Actualités Soldes

À deux jours des soldes, toujours pas d’ouverture automatique des commerces le dimanche

, par Nicolas Monier

Chaque commerçant doit encore faire une demande auprès du préfet pour pouvoir ouvrir le dimanche. À deux jours des soldes et face au couvre-feu généralisé, les fédérations souhaitent que le gouvernement tranche rapidement.

Depuis samedi dernier, l’ensemble de la France est concernée par le couvre-feu imposé à 18h. Pour les commerces, il est nécessaire de s’adapter en modifiant notamment leurs horaires. “La partie achat en sortie de bureau est désormais compromise. C’est un secret pour personne, l’après 18h représente entre 20 et 25 % du CA quotidien de certaines enseignes”, explique Véronique Discours-Buhot, déléguée générale de la FFF. Et cette dernière d’ajouter :

“Ce sont encore les commerces dits non essentiels qui vont en pâtir. Les achats plaisir ou d’impulsion n’ont pas de raison d’être lorsqu’il n’est plus possible de flâner.

Même constat pour Emmanuel Le Roch, délégué général de Procos :  les consommateurs arbitrent désormais leur temps de course. Nous nous sommes rendu compte, dans les départements déjà concernés par ce couvre-feu, que les ouvertures plus tôt le matin n’étaient pas efficaces. Cette donne va peut-être changer avec l’habitude prise par les consommateurs.” Du côté de la fédération du commerce associé (FCA), dont beaucoup d’enseignes sont en régions, on observe que les horaires ont été modifiés. Ceux qui étaient fermés entre midi et 2 ont ouvert, etc. Là aussi, même constat :  “il est encore difficile de voir les retombées à l’heure actuelle. Si l’évolution du comportement d’achat des clients s’en trouve modifiée”, remarque Alexandra Bouthelier, déléguée générale de la FCA.

A LIRE AUSSI : Le commerce spécialisé se rattrape en décembre

Pour les différentes fédérations professionnelles, il est urgent pour le gouvernement de rendre automatique l’ouverture le dimanche, notamment avec la période des soldes qui débute ce mercredi, 20 janvier. Rappelons qu’actuellement chaque commerçant doit demander individuellement au préfet la possibilité d’ouvrir le dimanche. “L’ouverture automatique le dimanche est indispensable. Simplement aussi et surtout pour pouvoir mieux répartir les flux de clients tout au long de la semaine”, note Emmanuel le Roch. Rappelons qu’à ce jour le gouvernement n’a toujours pas répondu à cette demande.

“Lors de la dernière conférence du premier Ministre, le jeudi 14 janvier, ce dernier conseillait aux commerçants d’ouvrir le dimanche. C’est bien. Il faut désormais que l’exécutif aille au bout de sa démarche en simplifiant la chose”, explique Emmanuel Le Roch.

La FCA pense, de son côté, que cette ouverture automatique ne se fera pas. La fédération estimant que le gouvernement préférera déléguer ces décisions aux préfets. L’ouverture le dimanche, face à la pression syndicale, reste en France un sujet sensible.

A LIRE AUSSI : La non-ouverture “automatique” des commerces les dimanches de janvier ne passe pas

Si le couvre-feu était amené à être prolongé d’ici quinze jours, les fédérations appellent aussi le gouvernement à se pencher sur la reconduction de cette ouverture le dimanche. “Bien évidemment, le droit du travail doit être respecté. Nous en sommes bien conscients. Ce sont simplement des mesures exceptionnelles dans des périodes exceptionnelles. Beaucoup de chefs d’entreprises indépendants rognent aussi sur leurs congés, le temps consacré à leur famille, etc”, remarque Véronique Discours-Buhot

Avatar

Nicolas Monier


Sur le même thème