Actualités Thierry Cotillard, président d'Intermarché et de Netto.

Thierry Cotillard, président d'Intermarché et de Netto.

Intermarché et Netto accélèrent leur transformation

, par Nicolas Monier

Filiales des Mousquetaires, les enseignes Intermarché et Netto entament le relooking de leurs points de vente. Quatrième acteur dans l’agroalimentaire français, le groupe entend conquérir de nouveaux consommateurs en misant sur les évolutions sociétales : l’écologie et une consommation plus durable.

 

À une période où il est indispensable de se réinventer face à une clientèle de plus en plus exigeante et soucieuse des nouvelles problématiques environnementales, les enseignes se doivent d’innover. En évitant le ripolinage succin. Santé alimentaire, souffrance animale ou encore production locale font désormais partie des attentes consommateurs. À Douvaine, en Haute-Savoie, Intermarché a racheté en 2018 un point de vente à l’un de ses adhérents pour le transformer en prototype. L’occasion pour la marque de tester différentes innovations. L’accent a été mis sur une consommation plus responsable. Les produits régionaux sont valorisés. Le bâtiment se veut plus respectueux de l’environnement. L’agro-écologie de plus en plus disponible tandis que l’enseigne souhaite à horizon 2020 bannir 140 additifs. L’empreinte carbone doit être également réduite via des emballages 100 % recyclables d’ici 2025 et le label HVE (haute valeur environnementale) s’imposera peu à peu. Pour inciter ses adhérents (1 826 pour Intermarché) à opérer cette transformation, la centrale se contente de mettre en avant les bons chiffres du point de vente test. Seule la carte incitative prévaut. Depuis juillet 2019, l’enseigne prototype affiche, selon les semaines, des hausses de CA de 30 à 40 %.

 

 

 

 

Un bilan qui devrait fortement inciter les adhérents à adopter ce nouveau concept. D’autant que la centrale est prête à mettre la main à la pâte. Une aide financière allouée qui pourrait atteindre plus de 100 euros par m². Entre 70 et 80 % de l’apport revenant à l’adhérent. L’occasion aussi pour ces derniers de se rendre compte de la marge semi-nette, frais de personnel soustraits, mise en perspective par la centrale dans son bilan. Intermarché ayant recruté quinze personnes pour le lancement du concept à Douvaine. Les dirigeants d’Intermarché restent néanmoins discrets sur le montant total de l’investissement nécessaire à la refonte totale du point de vente savoyard. En effet, ce dernier, en portage auprès de la centrale, se veut une nouvelle vitrine entièrement repensée. Les adhérents n’auront pas vocation à revoir totalement leur point de vente mais à moduler leurs espaces en fonction de leurs besoins. Et cela sans avoir à immobiliser trop longtemps leurs différents espaces.

 

 

 

Pour ces relookings, les deux enseignes ont fait appel à l’agence de design Intangibles. Dans le cas de Netto et de l’enseigne test implantée à Prévessin-Moëns (Ain), il s’agissait d’essayer de sortir des règles du hard-discount. Bien entendu, au-delà des codes couleurs revus, l’axe reste encore majoritairement articulé autour de la mise en avant des prix bas. Nouveau logo, façade ouverte, lumière naturelle, imitation bois, Netto souhaite rendre plus glamour son image de hard-discounter. Avec l’ambition d’arriver à l’ouverture de son trois-centième points de vente d’ici la fin de l’année. Là encore, les dirigeants de Netto mettent en avant les bons chiffres du magasin test pour inciter les chefs d’entreprise adhérents (293 au total) à se lancer dans le relooking de leur point de vente. Repris en 2014 par Pascal Rossato également président de Netto, l’enseigne affichait alors un CA de 5,2 millions d’euros en 2014. Elle devrait atteindre les 13 millions d’euros d’ici la fin de l’année.

 

 

 

Avatar

Nicolas Monier


Sur le même thème