Actualités Alain Griset, Ministre délégué en charge des petites et moyennes entreprises. Mardi 13 octobre, Bercy.

Alain Griset, Ministre délégué en charge des petites et moyennes entreprises. Mardi 13 octobre, Bercy.

Alain Griset : “Deux tiers des entreprises n’ont pas utilisé leur PGE !”

, par Nicolas Monier

Ministre en charge des TPE/PME, Alain Griset est revenu sur le plan “France Relance” présenté le 3 septembre dernier. L’occasion pour le membre du gouvernement Macron de revenir sur les dispositifs d’aide aux entreprises.

À l’occasion d’un petit déjeuner informel, Alain Griset, ministre délégué auprès du ministre de l’Économie, des finances et de la relance, chargé des petites et moyennes entreprises, est revenu sur la situation actuelle, plus d’un mois après la présentation du plan France Relance. L’occasion pour ce dernier de rappeler que 600 000 entreprises avaient bénéficié d’un PGE pour un taux de refus de 2,8 %. “Ce PGE n’est pas une subvention. Nous avons négocié d’ailleurs les taux d’intérêt qui, sur une période de six ans (c’est-à-dire la période de remboursement), peuvent osciller entre 1 % et 2,5 % en fonction de la durée de remboursement”, explique le ministre. Et ce dernier d’ajouter : “Deux tiers des entreprises n’ont pas utilisé leur PGE.” Parmi les autres mesures mises en avant, les reports de cotisations sociales face à la crainte de la montée du nombre de défaillances d’entreprises qui pourraient s’accélérer à partir du 7 octobre prochain. En effet, le délai de 45 jours ayant redémarré le 24 août dernier, pour toutes les entreprises ayant bénéficié d’un gel salvateur, le mercredi 7 octobre était donc le dernier moment pour se rendre au greffe du tribunal de commerce. “Au 6 octobre dernier, il n’y avait pas plus de défaillances d’entreprises qu’en 2019”, note Alain Griset. Difficile d’en savoir plus pour le moment. Le ministre a également rappelé que le plan “France Relance” prévoyait la création d’une centaine de foncières pour redynamiser les centres-villes. Le but du gouvernement : que cet objectif soit atteint à la fin du premier semestre 2021. Par ailleurs, Alain Griset a précisé que 30 % du plan de relance devait être mis en place l’année prochaine.

À LIRE AUSSI : En alerte maximale, Paris laisse ouvert ses restaurants sous certaines conditions

Simplification

Conscient qu’il faut simplifier les démarches administratives des entreprises TPE/PME, le ministre prépare actuellement plusieurs mesures. “Parmi les propositions que nous allons émettre, la possibilité pour les entreprises d’avoir un seul numéro d’identification pour l’Ursaff, les caisses de retraites, etc. Pour aller vers toujours plus de simplification”, remarque le ministre. À ceux qui reprochent au gouvernement de n’avoir mis dans le plan de relance que 40 milliards d’euros à destination des petites et moyennes entreprises, ce dernier se veut pragmatique : “Il existe en France quelque 1 791 aides à destination des entreprises. Quelles sont les entreprises qui bénéficient de l’ensemble de toutes ces aides aujourd’hui ? Les organisations représentatives comme les entreprises doivent aussi se saisir de ce qui existe.”

À LIRE AUSSI : Crise : comment gérer sa trésorerie ?

 

Situation tendue

Force est de constater que le nouveau ministre se retrouve désormais en première ligne. Confronté au fait de devoir composer avec ce qu’il revendiquait dans une ancienne vie, il a été président de l’U2P (Union des entreprises de proximité), le ministre se veut néanmoins serein :  “Les représentants de l’U2P savent que je n’ai pas changé de numéro de téléphone. Nous les écoutons comme toutes les fédérations interprofessionnelles”, assure le ministre. Interrogé sur les réactions de défiance des fédérations des Bouches-du-Rhône lors de la fermeture des restaurants le 27 septembre avant leur réouverture le mardi 6 octobre, Alain Griset sait qu’il doit composer avec le ministère de la Santé et le conseil scientifique. “Dans l’heure où j’ai appris la fermeture des restaurants et des bars à Marseille, j’ai appelé Renaud Muselier le président de région Provence-Alpes-Côte d’Azur ainsi que les différentes fédérations pour identifier des solutions rapides et efficaces. La profession a eu le sentiment d’être stigmatisée à tort. Mais je rappelle que les restaurants ont été prévenus un jeudi soir et ont fermé le dimanche, ce qui leur a permis d’avoir la fin de semaine pour liquider leur stock.” Le ministre sait que la situation est tendue et que de nouveaux tours de vis seraient mal interprétés par les différentes filières professionnelles. “Le gouvernement ne souhaite pas reconfiner. Et fera tout pour l’éviter. Financièrement, un nouveau confinement, serait insupportable.”

Article réalisé en collaboration avec Camille Boulate

Avatar

Nicolas Monier


Sur le même thème