Actualités best-638x361

B’est : “Nous n’ajouterons pas de charges supplémentaires à nos locataires”

, par Nicolas Monier

Le centre commercial B’est, implanté à Farebersviller (Moselle), devrait être concerné, d’ici probablement une semaine, par l’instauration du pass sanitaire. Avec une majorité de franchisés, ce dernier se prépare à la mise en application des règles gouvernementales. Entretien avec Barthélemy Jeanroch, directeur du centre.

Quel est le niveau de vaccination du personnel travaillant dans le centre commercial actuellement ?

Nous devons, je pense, avoir une couverture vaccinale d’environ 90 %. À partir du 30 août, le personnel devra présenter soit un QR code attestant de la vaccination, soit un test PCR positif de moins de six mois. Ou alors un test PCR négatif qui aura une durée de validité de 72 heures. La profession a été lourdement touchée, dans son ensemble, avec sept mois et demi de fermeture sur ces 18 derniers mois. Dans notre centre, où il y a beaucoup de gérants franchisés, j’ai le sentiment, c’est mon avis personnel, que ces derniers et leurs équipes sont plus sensibles à la situation économique de leur entreprise que dans un grand groupe où les conséquences peuvent être moins visibles par les salariés. De plus, la suspension de contrat sans versement de salaire fait réfléchir.

À LIRE AUSSI : Ouvrir en centre commercial : une bonne idée pour les franchisés ?

 Comment vous préparez-vous à l’instauration du pass sanitaire ?

Nous allons, sur les quatre entrées du centre, mettre en place une personne en charge de la vérification du pass. Entre 8h30 et 20h30. Nous allons jouer avec nos effectifs et la sécurité de l’hypermarché Auchan dans le centre commercial. Il s’agit ainsi d’éviter de recruter du personnel supplémentaire pour ne pas rajouter de charges à nos locataires dont une majorité, je vous le rappelle, sont indépendants. Il faut espérer que cela puisse tenir. Car pour la période de Noël, si l’obligation de vérifier le pass sanitaire est maintenue, nous devrons alors doubler les effectifs pour faire face à l’afflux de consommateurs. À l’entrée principale du centre commercial, nous avons installé, avec un partenaire médical, un chalet pour que nos clients puissent réaliser un test antigénique (résultat dans les quinze minutes). Les tests auront lieu du lundi au samedi entre 11h et 18h.

 Avez-vous des inquiétudes sur la fréquentation dans les jours à venir ?

Non, pas vraiment. Ce qui m’inquiète le plus, c’est le pass sanitaire obligatoire pour les adolescents de 12 à 17 ans à partir du 30 septembre prochain. Dans un centre commercial à vocation familiale comme le nôtre, et c’est encore une fois mon sentiment personnel, si les parents ont moins d’inquiétude à se faire vacciner, je pense, en revanche, qu’il y a une crainte possible pour leurs enfants. Le taux de vaccination des 12/17 ans étant assez faible, j’espère que la fréquentation du centre ne va pas fléchir dans la foulée. L’avenir le dira.

À LIRE AUSSI : B’est : “Nous avons sur ce centre une majorité de franchisés”
Barthélemy Jeanroch, directeur du centre commercial et de loisirs B’est. (Photo CDI Médias)

Barthélemy Jeanroch, directeur du centre commercial et de loisirs B’est. (Photo CDI Médias)

Avatar

Nicolas Monier
Journaliste


Sur le même thème

Cafés-hôtels-restaurants – Zoom sur les enseignes

, par La Rédaction

Bars, brasseries et restauration à thème
Alto Café
Créé en 2005, le concept de cafés, boissons et petite restauration Alto Café s’est lancé en franchise en 2009. Le contrat est signé pour cinq ans. Le candidat doit s’acquitter de 22 000 euros de droit d’entrée et prévoir un investissement compris entre 57 000 et 77 000 euros (hors local). En octobre 2011, l’enseigne réunissait sept franchises et quatre unités en propre.