Actualités Bohebon

Bohébon s’ouvrira à la franchise dès 2023

, par Valentine Puaux

Après avoir co-fondé une marque dédiée aux poke bowl à Toulouse en 2019, Rémi Boglio souhaite désormais évangéliser son concept d’établissement.

Rémi Boglio avait envie d’entreprendre. Issu du monde de la restauration, ce dernier co-fonde l’enseigne Bohébon, spécialisée dans les poke bowl, en 2019 avec plusieurs amis. Et s’implante à Toulouse au centre commercial Labège 2 avant d’ouvrir un second établissement en centre-ville en janvier 2021. Depuis, les commandes de poke bowl au thon et au saumon s’enchaînent avec succès au comptoir, jusqu’à persuader l’entrepreneur de s’ouvrir à la franchise. Et de ne pas se contenter d’un kiosque en centre commercial et d’un restaurant à deux pas de la place St-Georges.

“Aujourd’hui nous travaillons essentiellement autour de la région Sud-Ouest puisque nous sommes situés à Toulouse. Mais nous avons envie de plus. Le local ne suffit pas. La priorité c’est d’ouvrir en propre : 50 établissements sur quatre ans si possible avant de chercher des franchisés dès 2023”, explique Rémi Boglio, le fondateur de Bohébon. Et ce dernier d’ajouter : “Nous proposons une offre de restauration basée sur du fait-maison, principalement autour de quatre plats principaux à succès : le chirashi saumon, mangue et avocat, le tataki de saumon avec le piment d’espelette, le chirashi hawaïen et le thon twisté zesté.”

PLUS D’INFORMATIONS : Ouvrir une franchise dans le secteur de la restauration

Dans les projets prévus à moyen terme, une nouvelle implantation en région parisienne qui se fera soit en centre-ville, soit en centre commercial d’ici la fin d’année :

“Nous travaillons avec la foncière Carmila qui a été sensible à notre projet. Mais, même si nous avons signé un partenariat de 10 ans avec elle, ce n’est pas un contrat exclusif. Nous ciblons donc une future zone tout près de la capitale, mais pour l’heure, elle n’a pas encore été définie.”

Cet emplacement viendra notamment compléter son chiffre d’affaires, soit 487 000 euros cumulés pour ses deux restaurants cette année. Ensuite, à partir de 2023, ses équipes et lui chercheront de futures implantations. Toutefois, si le modèle de la franchise l’intéresse et le motive, il ne représentera pas la majorité de l’activité de Bohébon. ”Sur les 75 implantations prévues, nous pourrions en avoir 25 en franchise.” Le recrutement des futurs candidats n’a donc pas encore commencé. Même si, toutefois, les sollicitations sont nombreuses pour intégrer le réseau.

À LIRE AUSSi : Fish brasserie et poké bowl : la mer s’invite dans nos assiettes

“Nous sommes sollicités par des enseignes qui se restructurent ou qui vont vers la restauration. Nous avons surtout besoin de personnes de terrain ou d’entrepreneurs dans l’âme désireux de se donner des moyens. Nous aimerons rencontrer des personnes ayant envie de changement et capables aussi d’avoir les reins assez solides pour ouvrir deux ou trois points de vente sur plusieurs années. Nous leur donnerons alors tous les moyens, les outils et le savoir-faire nécessaires pour réussir”, indique Rémi Boglio.

Pour rejoindre cette aventure, les futurs franchisés devront payer des droits d’entrée de 25 000 euros, comprenant l’utilisation et les process de la marque, la formation et l’assistance à l’ouverture ainsi qu’une redevance de 5 %.

L’investissement moyen pour un kiosque lui, sera compris entre 140 000 et 180 000 euros dont un apport de 45 000 euros, pour un chiffre d’affaires estimé entre 450 000 et 800 000 euros, suivant l’emplacement. Et pour l’investissement moyen de cellule, entre 170 000 à 210 000 euros, dont un apport de 60 000 euros (hors rachat d’un fonds de commerce) pour un chiffre d’affaires estimé entre 500 000 euros et 1 million d’euros,  là encore, selon l’emplacement”, conclut le fondateur de l’enseigne.

À LIRE AUSSI : Restauration : la bonne dynamique se poursuit, mais des doutes persistent

Avatar

Valentine Puaux


Sur le même thème