Actualités Cavavin

Cavavin : “Une dizaine de nos caves sont à reprendre”

, par Camille Boulate

Chaque année, l’enseigne Cavavin effectue une dizaine de cessions de points de vente, majoritairement dues à des départs à la retraite. Le point avec Etienne Boivin, responsable du développement.

 

Vous avez annoncé que plusieurs boutiques sont en quête de repreneur. Est-ce exceptionnel ? À quoi cela est dû ?

Notre enseigne a plus de 35 ans d’existence, nous avons donc un réseau mâture. Le fait que nous ayons des points de vente qui sont à céder n’a rien d’anormal au contraire. Plus l’enseigne a d’ancienneté, plus nous avons des personnes qui peuvent partir à la retraite. C’est en grande majorité la raison pour laquelle nous avons, à ce jour, une dizaine de caves qui sont à céder.

Quels sont les profils que vous recherchez ? Est-ce les mêmes que pour un candidat “créateur”?

Nous n’avons pas réellement de profil type, que ce soit pour les créateurs ou les repreneurs. Nous recherchons avant tous des porteurs de projet qui sont épicuriens, qui aient le sens du commerce et du contact. Le côté technique n’est pas ce qui prime le plus car nous proposons des formations qui permettent d’acquérir des connaissances. En revanche, reprendre un point de vente est un challenge différent. Ce n’est pas forcément plus compliqué mais il faut que le candidat soit motivé par l’exercice. Car il y a une clientèle de base qu’il faut savoir garder et puis il faut savoir aller chercher des leviers de croissance.

À lire aussi :

FFF : Michel Bourrel, PDG de Cavavin, réélu président de la FFF 

 

Les conditions d’accès au réseau sont-elles les mêmes que le candidat soit repreneur ou créateur ?

Non, il ne s’agit pas des mêmes conditions. Sur une reprise de magasin le droit d’entrée se situe entre 4 000 et 6 000 euros, contre 20 500 euros pour une création. Ce montant inclut la formation. Après, l’investissement global dépend de beaucoup de choses : du chiffre d’affaires, de la marge mais aussi de l’excédent brut d’exploitation réalisé par le point de vente.

Quelles sont les caves qui sont, aujourd’hui, disponibles à la reprise ?

Nous avons plusieurs points de vente qui sont en quête d’un repreneur. Il s’agit des boutiques d’Asnières (92), Aubagne (13), Auvers sur Oise (95), Chilly Mazarin (91), Malakoff (92), Monceau les Mines (71), Muret (31) et Pithiviers (45).

Camille Boulate

Camille Boulate


Plus d'informations sur ce réseau :


Sur le même thème