Actualités shutterstock_1311211976

Conforama dans la tourmente

, par Mathilde Seifert

Article mis à jour le 10 juillet à 12h30 :

32 magasins Conforama et 10 de l’enseigne Maison Dépôt sont menacés de fermeture. Selon Le Parisien, le nombre de points de vente menacés pourrait doubler. Le groupe Conforama a annoncé le 2 juillet vouloir supprimer 1 900 postes d’ici mars 2020.

Le plan de restructuration présenté par Conforama ne serait qu’un début. Selon Le Parisien, le nombre de magasins concernés pourrait doubler. Initialement, 32 points de vente Conforama et 10 unités Maison Dépôt, membre du groupe, étaient menacés de fermeture. D’après le quotidien, 76 points de vente pourraient être en danger si la nouvelle stratégie de la marque est un échec. Contactée par nos soins, l’enseigne confirme que, pour l’heure, 32 unités sont concernées par cette restructuration. Aussi, selon l’AFP, à la suite de la décision du conseil d’administration d’écarter Frank Deshayes, directeur général France de Conforama, l’inquiétude des syndicats grandit. Ce jeudi, la direction du groupe et les représentants syndicaux vont se retrouver lors d’un second comité central d’entreprise (CCE) extraordinaire. Davantage d’informations devraient être divulguées à cette occasion.

 

Un avenir incertain

Présenté le 2 juillet, le plan était annoncé comme étant le seul moyen de redresser la situation. Si sur les 32 magasins concernés, 1 900 postes étaient menacés les unités épargnées devraient subir 600 licenciements. Aucun métier n’est exempté puisque 124 licenciements au siège social et 26 au service après-vente sont programmés.

La débâcle a commencé dès 2017 avec l’annonce des malversations comptables effectuées par l’actionnaire majoritaire, le consortium sud-africain Steinhoff. L’un des scénarios envisagés par la maison mère à ce moment-là était une cession totale ou partielle du groupe. En mars, plusieurs repreneurs potentiels s’étaient révélés. Parmi les prétendants se trouvait le numéro 3 du meuble, But mais également le groupe Fnac Darty, Maisons du Monde ainsi qu’un fonds d’investissement précise LSA. Toutefois, les dirigeants de l’enseigne Conforama assuraient être autonomes financièrement vis-à-vis de Steinhoff.

En avril dernier, l’avenir de Conforama apparaissait en demi-teinte entre le départ du PDG Alexandre Nodale et le processus de refinancement. Ce dernier, prévu en deux phases, devait dans un premier temps rembourser partiellement la dette du groupe mais également financer les besoins en trésorerie et améliorer ses performances. La seconde phase annoncée était un plan de restructuration devant concerner les magasins dits “déficitaires”. Ce projet, flou à l’époque, se transforme à présent en plan social. L’hypothèse de cession n’est cependant plus à l’ordre du jour. La direction générale assure ne pas vouloir brader l’enseigne, comme le rapporte FO.

 

Quel impact sur les franchisés ?

Seuls 3 magasins Conforama sont exploités en franchise sur l’ensemble de la France. L’impact, s’il y en a un, sera donc limité affirme le groupe. Selon la CGT et FO, une réunion extraordinaire est prévue aujourd’hui pour détailler les lignes de ce plan de restructuration ainsi que les points de vente touchés. Parmi les 32 magasins annoncés, 8 sont situés en Île-de-France dont 2 à Paris intra-muros.

Avatar

Mathilde Seifert


Sur le même thème