Actualités Eva-officiel_de_la_franchise

Eva boucle une nouvelle levée de fonds de 5 millions d’euros

, par Nicolas Monier

L’enseigne d’esport, spécialisée dans les jeux de réalité virtuelle, s’est ouverte dès le départ à la franchise. Parmi ses projets, outre son déploiement en succursale, le développement d’un tout nouveau jeu prévu pour l’été 2023.

L’enseigne Eva (Esports Virtual Arena) joue à fond la carte de l’expérience immersive. Créé en 2018, le spécialiste du jeu en réalité virtuelle vient de boucler une nouvelle levée de 5 millions d’euros auprès de différents business angels et de Bpifrance. Une opération qui fait suite à celle de 2 millions d’euros réalisée à l’été 2019 auprès de Trust Esport. “Ce tour de table devrait nous permettre de développer un nouveau jeu qui sortira durant l’été 2023. Par ailleurs, et parce que nous avons fait les choses différemment, nous allons commencer à développer nos arènes de jeu en succursales”, annonce Jean Mariotte, l’un des trois cofondateurs de l’enseigne. En effet, si Eva compte aujourd’hui 15 arènes de jeu, elles sont toutes exploitées en franchise. “Lors de la présentation de notre concept au Paris Games Week en 2019, nous avons noué des contacts qui ont, tout de suite, exprimé le souhait d’ouvrir leur propre salle en franchise, poursuit Jean Mariotte. Nous avons aujourd’hui 48 salles qui sont en cours d’installation sur le sol français. Par ailleurs, nous venons de signer l’ouverture de 30 salles aux États-Unis via un master-franchisé.” D’ici deux ans, Eva devrait compter une centaine de salles dans toute la France.

À LIRE AUSSI : L’Hachez-Vous vise Le Mans, Marseille et la région parisienne d’ici fin 2022

Les équipes de l’enseigne ont développé un jeu de tir immersif baptisé After-H. Ce dernier, à la manière d’un League of Legends créé en 2009, peut être constamment enrichi par ses créateurs. “Tous les quatre mois, nous apportons d’ailleurs des modifications à notre jeu”, précise le cofondateur. Pour le candidat souhaitant se lancer dans l’aventure, plusieurs impératifs. Tout d’abord financier, car l’ouverture du concept nécessite une enveloppe en moyenne de 600 000 euros dont 150 000 euros d’apport personnel. Puis côté implantations, le porteur de projet devra, avec l’aide de l’enseigne, identifier un emplacement compris entre 1 500 et 2 000 m² en périphérie urbaine et dans une zone de chalandise de 400 000 personnes.

“Notre concept s’articule autour de deux terrains de jeu de 5 00 m² chacun. À cela s’ajoute, une surface de bar/restauration”, précise Jean Mariotte.

En outre, le candidat devra être “esport friendly”, selon les propres mots du cofondateur.

Eva vise avant tout les fans d’esport, car à la manière d’un jeu vidéo sur console, ces derniers ont la possibilité de venir régulièrement s’entraîner et se perfectionner. Et surtout jouer en équipe. Ainsi, en plus d’un tarif à 19 euros la session de 40 minutes, l’enseigne a développé un forfait illimité à 90 euros par mois. Et elle pourrait envisager une offre spéciale pour les entreprises. “Si au départ, notre segment B to C représentait 70 % de notre activité, nous voyons de plus en plus d’entreprises adhérer au concept, notamment via des sessions de teambuilding”, remarque Jean Mariotte. Parmi les autres objectifs des fondateurs, transformer l’image véhiculée par l’esport : “C’est encore trop perçu comme un non sport qui cultive une idée reçue de sédentarité. Il n’ a qu’à venir dans nos arènes pour se rendre compte de combien les joueurs se dépensent”, affirme Jean Mariotte.

À LIRE AUSSI : Réseau à la Une : Virtual Center veut devenir la référence sur le marché de la réalité virtuelle

Avatar

Nicolas Monier
Journaliste


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires