Actualités Ouvrir une franchise H. de B. minceur (Officiel de la Franchise)

H. de B. minceur, entre rééquilibrage alimentaire et digitopression

, par Nicolas Monier

Déployée à la fois en licence de marque et en franchise, l’enseigne fondée par Marie-Astrid Heucq de Baets souhaite accélérer son développement en misant sur deux méthodes bien identifiées.

Avec la pandémie et les confinements successifs, force est de constater que nos concitoyens ont fait le yo-yo avec leur poids. Dans ce contexte, les enseignes ont vu leur activité exploser.  De son côté, H. de B. minceur, après avoir lancé son réseau en licence de marque, mise désormais sur la franchise pour mailler le territoire. Sa méthode est articulée sur deux axes bien identifiés. Le rééquilibrage alimentaire et la digitopression (sorte d’acupuncture sans aiguilles). “Notre concept est basé uniquement sur une alimentation saine à base de légumes, féculents, poissons, viandes, produits laitiers et fruits. Cela sans aucun complément alimentaire ni crème minceur”, explique Marie-Astrid Heucq de Baets, fondatrice de l’enseigne. Et cette dernière d’ajouter : “Nous ciblons des personnes en bonne santé. Pour les gens malades et souffrant de problèmes de poids graves, il existe des médecins spécialisés. En parallèle, nos cures s’accompagnent de soins articulés autour de la digitopression, une méthode énergétique naturelle, originaire de la médecine traditionnelle tibétaine. À la clé, pour le patient, la décrispation des blocages énergétiques.”

À LIRE AUSSI : Studio Comme J’aime vise l’ouverture de 250 établissements d’ici 2024

Si le premier centre en licence de marque a vu le jour en 2009, la franchise a commencé à se déployer au sein de l’enseigne en 2022. À ce jour, H. de B. minceur, c’est 33 centres répartis dans toute la France. “Avec la mise en place de notre logiciel de suivi des patients, il nous fallait passer, pour des raisons juridiques, sur le modèle de la franchise. Ce que nous faisons donc aujourd’hui. Nos actuels licenciés ont la possibilité de rester sur leur modèle existant ou de basculer en franchise”, poursuit Marie-Astrid Heucq de Baets. La formation, un des éléments clés de l’enseigne, s’inscrit sur une durée de trois semaines. Elle se poursuit également après six mois d’activité pour le franchisé et ensuite tous les ans. Le coût des droits d’entrée et de la formation a été fixé à 20 500 euros.

PLUS D’INFORMATIONS : Ouvrir une franchise dans le secteur du diététique, minceur

Le programme de H. de B. minceur est articulé autour d’un système de cure personnalisée. “Si vous avez, par exemple, douze kilos à perdre, il faudra compter pour le patient sur une cure de trois mois”, explique Marie-Astrid Heucq de Baets. Alors que l’enseigne est implantée notamment dans l’Ouest de Paris, le Nord de la France ou encore la Bretagne, elle cherche désormais à densifier son réseau dans l’Est et le Sud-est de l’Hexagone. Particularité : l’enseigne ne détient pas de succursale. “Si le règlement juridique me l’autorise, c’est surtout pour moi la volonté de me consacrer pleinement à la formation des praticiens H. de B. minceur”, poursuit la fondatrice.

À LIRE AUSSI : La diététique : Un marché qui pèse

Quant au profil de candidat recherché, l’enseigne n’a pas d’idée préconçue. Nul besoin d’être d’ores et déjà diététicien ou expert en digitopression. La formation prodiguée par le réseau y pourvoit et permet au porteur de projet de lancer son activité. “Je voudrais également insister sur le fait que notre méthode assure une cohésion entre le corps et l’esprit. C’est indispensable car nos patriciens travaillent également sur le moral et éventuellement sur la perte de confiance de nos patients”, conclut Marie-Astrid Heucq de Baets.

Avatar

Nicolas Monier
Journaliste


Sur le même thème