Actualités Patrick Asfar (à gauche), franchisé Hippopotamus et Philippe Héry, directeur général de l'enseigne.

Patrick Asfar (à gauche), franchisé Hippopotamus et Philippe Héry, directeur général de l'enseigne.

Hippopotamus veut accélérer son déploiement en franchise

, par Nicolas Monier

Face à une baisse de plus de 50 % de son CA sur le premier semestre 2020, Hippopotamus fait le dos rond tout en poursuivant la rénovation de son parc de restaurants. Enseigne typique de la restauration à table, la filiale du Groupe Flo tire 5 % de ses revenus grâce au digital.

Baisse de trafic, couvre-feu, renforcement des règles sanitaires. La restauration souffre notamment à Paris privé de ses touristes et de ses salariés en télétravail. En dépit du contexte, l’enseigne Hippopotamus, filiale du groupe Flo (propriété du groupe Bertrand), continue de faire passer ses restaurants sous son nouveau concept de steak house à la française. À la fin de l’année, Hippopotamus devrait signer quatre nouvelles ouvertures (en franchise) à Compiègne (Hauts-de-France), Éragny (Île-de-France), Le Mans (Pays de la Loire) et Montauban (Occitanie) et trois rénovations de restaurants (deux succursales et une franchise).

Sur 120 restaurants, nous comptons aujourd’hui 40 steak house”, explique Philippe Héry, directeur général de l’enseigne.

Pour rendre son offre attractive, Hippopotamus propose une franchise totale, 100 % capex [capital expenditure] ou également de la location gérance. La marque a fait ses comptes. Le passage au concept de steak house a vu le CA de ses restaurants augmenter en moyenne de 30 %. Une rénovation dont le coût est estimé à 1 800 euros le m². Si le CA moyen par restaurant s’élève à 1,8 million d’euros, le panier moyen lui s’établit à 23 euros.

A LIRE AUSSI : [Evénement] L’Officiel de la Franchise lance le programme ReStart !

Avec la crise de la Covid-19, la marque a souhaité comme ses concurrents accélérer son développement digital. En moins d’un an, la livraison, en partenariat avec Uber Eats et Deliveroo, représente désormais 5 % de son CA. Quant au panier moyen, il s’établit à 31 euros via ce segment.

“L’offre viande en livraison, c’est 70 % le soir et 30 % à midi. Avec un pic, le dimanche soir. En revanche, le Click & Collect n’est pas encore dans l’état d’esprit de nos clients”, remarque Philippe Héry.

Sur le premier semestre 2020, Hippopotamus a affiché un CA de 27,5 millions d’euros contre 57,9 millions d’euros durant les six premiers mois de l’année 2019. Le passage, semaine après semaine, de nouveaux départements en alerte maximale entrainant un couvre-feu ne va pas améliorer la situation. Il a fallu également faire face au confinement et aux fermetures. D’autant plus à Paris. La Capitale, 15 % du parc de la marque, représente 30 % de son CA. On se souvient que le Groupe Flo avait obtenu un PGE de 35 millions d’euros.

A LIRE AUSSI : Nouveau look pour Hippopotamus

En quête de nouveaux candidats, Hippopotamus espère entre 20 et 22 nouveaux projets d’ouvertures sur 2021. “D’ici là, nous devrions disposer d’un parc de restaurants ventilé entre 70 % de franchisés et 30 % de succursales”, note Philippe Héry. L’appartenance au groupe Bertrand favorise les déploiements sous une autre marque : Léon de Bruxelles, Au Bureau, Volfoni, Burger King, etc. “Hippopotamus compte aujourd’hui huit multi-franchisés”, précise Philippe Héry.

A LIRE AUSSI : Buffalo Grill met la main sur Courtepaille

Avatar

Nicolas Monier


Sur le même thème