Actualités La_Cabane_Achille_Et_Camille_Officiel_de_la_Franchise

La Cabane d’Achille et Camille cible de potentiels multi-franchisés

, par Nathan Rayaume

Réseau de micro-crèche, lancé en 2014 à Nancy (54), La Cabane d’Achille et Camille opère son développement en franchise. Avec plus de 50 cabanes en France, l’enseigne articule son concept autour de la méthode Snoezelen.

Ouvert pour la première fois à Nancy (54), par Anne-Laure et Junior Noubissi, La Cabane d’Achille et Camille veut jouer la carte de la flexibilité et de l’innovation. En effet, le réseau propose aux parents d’enfants de bénéficier de l’accompagnement Snoezelen. Ce format, né aux Pays-Bas dans les années 70, se base sur des expériences sensorielles grâce à des colonnes à bulles ou encore des projecteurs de disque à huile. Cela favorise la détente, permet un lâcher-prise et propose un espace de vie plus calme via une thérapie multisensorielle. Concernant la flexibilité, l’enseigne mise également sur des horaires d’ouvertures particulières.

“Cela permet aux parents de retravailler peu de temps après la naissance de l’enfant. On a décidé d’imposer le moins de choses possibles, les cabanes sont donc ouvertes de 5h30 à 22h30, notamment pour les professions à horaires atypiques”, précise Anne-Laure Noubissi.

À LIRE AUSSI : Ô P’tit Môme, la franchise optimisée pour la petite enfance

Pour animer le quotidien des enfants, La Cabane d’Achille et Camille a adopté un programme pédagogique plutôt riche. L’enseigne travaille avec une illustratrice et édite plusieurs livres. Toujours dans ce sens, les équipes pédagogiques proposent des activités artistiques tout au long de l’année ainsi que des animations d’éveil. “Nous sommes au service des familles. Il y a une qualité d’accueil et un esprit de convivialité que nous souhaitons communiquer aux enfants et aux parents”, explique la fondatrice. Pour accompagner et tranquilliser les parents, à l’ère du tout digital, l’enseigne a décidé de créer une application, baptisée MyCabane permettant de recevoir quotidiennement des photos et des vidéos de leurs enfants.

La solution de la multi-franchise

C’est en 2017 que la première franchise La Cabane d’Achille et Camille a vu le jour. À date, une cinquantaine de micro-crèches sont ouvertes dans toute la France. Au total 6 sont en propre, principalement autour de Nancy et de sa région. Aujourd’hui, si la tête de réseau n’a pas d’objectif chiffré, elle prévoit son implantation dans les DROM en 2023, et plus précisément à La Réunion. Mais sans se précipiter :

“Nous souhaitons aller vers un développement raisonnable et raisonné, en permettant, notamment à nos franchisés de devenir progressivement multi-franchisés”, poursuit Anne-Laure Noubissi.

À LIRE AUSSI : Family Sphere garde le cap sur son développement

Situé en centre-ville ou en zone d’activité, aussi bien en zone rurale qu’en ville, le réseau souhaite s’installer au plus proche des parents, que ce soit à proximité de leur lieu d’habitation ou de leur travail. Pour se faire, les droits d’entrée des futurs franchisés ont été fixés à 25 000 euros avec des redevances qui s’élèvent à 5,5 % du chiffre d’affaires. Au total, l’investissement global pour ouvrir une franchise La Cabane d’Achille et Camille est d’environ de 170 000 euros. Concernant le profil des futurs candidats, il faut avoir clairement l’envie de s’impliquer totalement dans le projet, mais il n’est pas obligatoire, pour autant, de venir nécessairement du métier. Pour cela, deux semaines de formation sont proposées, alliant théorie et pratique. De plus, 2 jours avant l’ouverture, la tête de réseau vient également former l’équipe pédagogique, généralement constituée de 5 personnes. “L’avantage des crèches, c’est que l’on sait, en amont, le chiffre d’affaires qui sera généré. On ne peut pas se tromper. En revanche, il n’y a pas d’évolution de CA possible car nous restons sur un nombre de place fixe », conclut Anne-Laure Noubissi, la fondatrice de l’enseigne. Pour une Cabane d’Achille et Camille ( la capacité maximale d’accueil est de 12 places), il faut compter sur un local d’environ 150 mètres carrés pour un chiffre d’affaires moyen de 230 000 euros.

À LIRE AUSSI : Stratégie de communication : Réussir l’ouverture de mon magasin

Avatar

Nathan Rayaume
Journaliste


Sur le même thème