Actualités experiencesilenceofficieldelafranchise

Le centre de flottaison Expérience Silence cherche ses prochains franchisés

, par Valentine Puaux

Anciens joueurs professionnels de hockey sur glace, Julien Baylacq, Christophe Tartari et Stéphane Gervais s’éloignent du monde de la compétition pour se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Et fondent, il y a 7 ans, Expérience Silence, un centre de flottaison ouvert à tous les publics. Le trio dispose aujourd’hui de deux établissements en France et recherche des candidats à la franchise pour démocratiser le concept.

Après les patins et les trophées, le maillot de bain. Retraités du hockey sur glace, Julien Baylacq, Christophe Tartari et Stéphane Gervais se lancent dans la création d’un centre de flottaison. Un projet pilote naît à Grenoble en 2018 sous la marque Expérience Silence, avant qu’un second établissement n’ouvre à Lyon en 2020 en franchise. L’objectif ? Apporter une expérience sensorielle inédite à une clientèle en quête de bien-être et de détente, coupée le temps d’un moment du reste du monde.

“La flottaison est une pratique répandue aux Etats-Unis et Canada. En France, cela l’est beaucoup moins. Quand nous nous sommes lancés, il n’y avait qu’un centre à l’époque et peu de communication autour de cette activité en général. Les cocons dans lesquels vous vous allongez contiennent des sels d’Epsom. C’est propre à la récupération sportive, mais cela s’adresse à tout type de clientèle. Que ce soit pour soulager les douleurs articulaires, musculaires ou chroniques. Sinon, pour faire le vide dans son esprit, lutter contre l’anxiété ou retrouver la créativité et l’inspiration“, expliquent de concert Julien Baylacq et Christophe Tartari.

Aujourd’hui, le centre grenoblois, qui n’a pas de concurrence propre à son marché donc, enregistre un chiffre d’affaires de 150 000 euros. Et il a déjà accueilli cette année environ 3 000 personnes“selon les fondateurs. Un bémol cependant pour ces entrepreneurs précurseurs de la flottaison : l’activité globale d’Expérience Silence a été légèrement freinée par la crise sanitaire.

À LIRE AUSSI : Ouvrir une franchise à Lyon : faites votre choix !

Et Julien Baylacq et Christophe Tartari d’ajouter :

“La flottaison est très récente. Le projet de franchise est ralenti par a Covid, mais nous ambitionnons de pérenniser Grenoble et d’accompagner Lyon. L’investissement est certain, mais les banques ne connaissent pas encore l’activité. Au vu du succès de ces deux emplacements, nous ciblerons, à terme, les grandes villes. Nous avons des demandes.“

120 m2 de cocons et de sérénité

Pour rejoindre l’aventure et proposer à des clients une heure de baignade insolite, il faudra toutefois présenter certains prérequis. Les fondateurs d’Expérience Silence recherchent des entrepreneurs novateurs et inspirés, capables de déployer et d’incarner la marque partout en France, qui en est encore à ses balbutiements.

C’est encore mieux si la personne possède la fibre commerciale. Ou qu’elle soit implantée dans la ville en question, qu’elle ait du réseau et des connaissances de son milieu. Le bouche à oreille est essentiel pour le démarrage et pour sensibiliser les gens. Même après quatre ans d’ouverture et une communication bien en place, nous n’avons pas encore touché tous les publics. C’est d’ailleurs notre réseau local qui nous a permis de démarrer plus sereinement“, précisent les deux anciens sportifs impatients de pouvoir répondre à des demandes spontanées d’implantation, via leur formulaire en ligne.

“Le premier franchisé était ingénieur et s’est reconverti“, indiquent à titre d’exemple Julien Baylacq et Christophe Tartari.

Par ailleurs, l’ouverture d’un centre Expérience Silence ne se fait pas de sitôt. Il faut compter un an entre les démarches administratives et l’ouverture et au moins 120 m2 de surface, parce qu’il faut faire des travaux et être conformes aux normes ERP et PMR. Et respecter un certain poids lié à l’utilisation des machines“, prévient le duo.

Prévoir une enveloppe d’au moins 250 000 euros

Si pour l’heure chaque centre dispose de trois cocons (un cocon par client), le futur candidat à la franchise pourra en avoir plus si souhaité, mais tout dépendra de la fréquentation“. Il faudra également disposer des fonds nécessaires. Comptez environ 250 000 et 350 000 euros d’investissement global et un apport personnel de 100 000 euros minium afin que les banques suivent. Et 20 000 euros pour les droits d’entrée hors taxes“, poursuivent les fondateurs du concept. Ils ajoutent que le futur franchisé bénéficiera aussi de leviers pour se lancer dans ce secteur et d’une formation sur la partie commerciale“. Au delà d’une formation initiale au savoir-faire de l’enseigne, il bénéficiera en effet d’un accompagnement en matière de communication et de gestion des réseaux sociaux.

En parallèle de la franchise, Expérience Silence pourrait aussi se développer autour d’une stratégie annexe, comme la licence de marque avec des clients potentiels.

À LIRE AUSSI : Ces sportifs qui choisissent la franchise pour se reconvertir

Avatar

Valentine Puaux


Sur le même thème