Actualités Les babadines - off

Les Babadines : “Le franchisé doit bien connaître son territoire”

, par Camille Boulate

Enseigne du groupe AMA, qui développe les réseaux AD Seniors et Crèches Expansion, Les Babadines a pour ambition d’être l’alternative aux maisons de retraite pour les personnes dépendantes avec des établissements à taille humaine alliant aide à domicile, prestations de santé et animations. Le point avec Arnaud Maigre, directeur général et fondateur de l’enseigne.

 

Le réseau Les Babadines a vu le jour en début d’année. En quoi consiste ce nouveau concept ?

Il réunit l’ensemble de nos métiers, c’est-à-dire qu’en plus de l’hébergement de personnes âgées, chaque établissement intègre une agence de services à la personne AD Seniors et une Crèches Expansion accueillant une dizaine d’enfants. Le but étant de mutualiser un certain nombre de services tout en permettant  de baisser les coûts pour les bénéficiaires.

 

Concrètement, comment s’organisent vos établissements ?

Un établissement Les Babadines pourra accueillir entre 20 et 40 personnes qui seront logées dans des appartements. Nous ne voulons pas aller au-delà, car nous souhaitons offrir le meilleur accompagnement possible et répondre à toutes les attentes des bénéficiaires. Nous ne sommes en aucun cas une résidence services, il n’y a pas de réfectoire et chaque personne possède sa propre cuisine. En revanche, ce que nous proposons ce sont des services médicaux, la présence d’une auxiliaire de vie 24 heures sur 24 et la mise en place d’animations, notamment avec les enfants présents en crèche, afin que les personnes âgées ne rompent pas leur vie sociale.

 

Quels sont les profils de franchisé que vous recherchez pour intégrer votre réseau ?

La première chose, c’est que le futur franchisé doit bien connaître le territoire sur lequel il s’implante. Car il va devoir se constituer un réseau de personnels de santé indépendants (kinésithérapeutes, médecins, infirmiers) qui viendront effectuer des consultations et des soins au sein de l’établissement. Tout cela sera facilité s’il est issu du territoire où il souhaite s’installer. Ensuite, il faut avoir conscience que le concept repose sur une opération immobilière qui, à terme, fera du franchisé le propriétaire d’une trentaine de logements. Il faut donc avoir un apport personnel conséquent, situé entre 100 000 et 150 000 euros. Enfin, nous voulons des opérationnels qui géreront les habitants, les plannings des intervenants médicaux et les animations.

 

Quelles sont les localités que vous privilégiez pour vous développer ?

Notre concept convient à des intercommunalités de 30 000 à 40 000 habitants. Nous ne pouvons pas investir des grandes villes car le coût du foncier y est trop important et un franchisé ne pourra l’assumer.

 

Quels sont vos objectifs d’ouverture ?

Pour le moment, nous avons un établissement opérationnel tenu en propre à Clamart (92). Un second devrait ouvrir ses portes à Bourges au mois de mars. Notre objectif est d’avoir deux établissements Les Babadines opérationnels d’ici à la fin 2019. Mais il faut avoir en tête que ce sont des projets très longs : rien qu’entre la réservation du terrain et la fin des travaux il faut compter entre 9 mois et 1 an de délai.

gplus-profile-picture

Camille Boulate


Sur le même thème