Actualités Carrefour-officieldelafranchise

Location-gérance : des salariés Carrefour en souffrance selon la CFDT

, par Nicolas Monier

Le syndicat dresse le portrait de collaborateurs inquiets. Plus de 15 000 d’entre eux ont ainsi vu leurs points de vente évoluer et céder à des gérants. Au contraire, pour le géant de la grande distribution, la location-gérance permet surtout de ne pas fermer un magasin, tout en sauvant l’emploi.

Dans son 3e baromètre sur les salariés Carrefour paru en juin 2022, la CFDT revient notamment sur la situation des employés dans les magasins concernés par la location-gérance. Comme l’explique le syndicat, depuis le début du Plan de transformation 2022, plus de 15 000 salariés ont vu leurs magasins cédés à des repreneurs en location-gérance. Pour la CFDT, Carrefour deviendrait une entreprise à deux visages. Quant à la location gérance, elle serait “vécue comme une épée de Damoclès par de nombreux salarié(e)s”, note le syndicat avant de poursuivre :

Les avantages présumés de la location-gérance se heurtent à un modèle social basé sur la réduction des coûts.”

Pour les 10 % de salariés interrogés et concernés par la location-gérance, il ressort plusieurs difficultés : la perte des acquis sociaux (97 %), la dégradation des conditions de travail (89 %), un dialogue social plus difficile (86 %) et le risque de perdre leur emploi (85 %).

À LIRE AUSSI : Contrat, attention à la clause de non-concurrence ! 

Une fatigue accrue

Il semblerait donc que les salariés ayant été repris dans le cadre d’une location-gérance se sentent plus en souffrance par rapport à l’ensemble des répondants. Ils seraient plus fatigués, à la fois physiquement (74 % vs 69 % de l’ensemble des répondants) et moralement (71 % vs 64 %). De même, ils seraient plus nombreux à prendre des médicaments à cause de leur travail (29 % vs 20 %). Enfin, ces salariés auraient été plus nombreux à avoir eu, comme le souligne la CFDT, des problèmes de santé sur les douze derniers mois (40 % vs 35 %). En somme, près d’un salarié sur deux déclare ne pas être bien dans son entreprise (47 % contre 35 %). D’ailleurs, plus de la moitié des répondants estiment que leur magasin sera concerné par le passage en location-gérance d’ici un à deux ans. Pour ces derniers, plusieurs craintes : le manque d’investissement humain et matériel de Carrefour dans leur magasin (95 %), la crainte pour leur emploi (73 %) ou encore le manque de confiance dans l’entreprise pour évoluer professionnellement (79 %)

À LIRE AUSSI : Contrat : location-gérance et franchise ne font pas bon ménage

Redresser la performance des magasins

Au sein du groupe Carrefour interrogé à ce sujet, on estime que “la location-gérance peut permettre de maintenir l’emploi là où ce n’était pas une évidence et éviter de fermer un magasin.” Et le groupe d’ajouter :

“Carrefour travaille main dans la main avec chacun de ses partenaires afin d’accompagner ces passages en location-gérance de la meilleure façon possible pour chacun des salariés et leur garantir le maintien de nombreux acquis sociaux. Ceci s’inscrit dans une longue tradition de dialogue et d’accompagnement social qui est celle du groupe.

L’entreprise dirigée par Alexandre Bompard tient d’ailleurs à rappeler qu’en 2018, deux accords avaient ainsi été signés et prévoyaient, pour tout passage en location-gérance, plusieurs points. Parmi lesquels : “la création d’une instance paritaire, qui suit l’application de l’accord relatif aux garanties sociales, qui est informée préalablement des projets de location-gérance, et plus généralement du fonctionnement de la location-gérance et de la franchise ainsi que de la situation de chaque magasin passé en location-gérance.” Etait prévue aussi une “clause sociale qui permet de maintenir de nombreux avantages pour les  personnels transférés.” La direction de Carrefour précise également que la location-gérance est complémentaire au modèle intégré. C‘est aujourd’hui, pour le géant de la grande distribution, le seul modèle de gestion qui permet de redresser la performance de certains magasins en grande difficulté. “Le management de proximité permis par ce mode de gestion favorise en effet une plus grande stabilité managériale, tout en offrant une gestion plus agile du locataire-gérant sur l’exploitation du magasin”, conclut la direction.

À LIRE AUSSI : Carrefour accélère le passage de 43 magasins en location-gérance

Avatar

Nicolas Monier
Journaliste


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires