Loisirs haut de gamme : une reprise fragile

, par La Rédaction

 

Bateaux à moteur, yachts, caravanes, camping-cars ou encore quads : les loisirs haut de gamme n’ont pas été épargnés par la crise économique mondiale. En France, la reprise soutenue qui a lieu depuis 2009 s’est sensiblement essoufflée au 1er trimestre 2011. Est-ce le signe d’une stabilisation ou de la fragilité d’un marché ?
 
“La croissance des ventes de produits de loisirs haut de gamme ralentit en France après une très forte reprise en 2010 et pourrait se stabiliser à la mi-2011, l’indice retrouvant ses niveaux d’avant crise. Février et mars ont en particulier été deux des trois mois pendant lesquels la croissance a été la moins soutenue au cours des dix-huit derniers mois”, explique Emmanuel Gavignet, directeur général délégué de l’activité Commercial Distribution Finance de GE Capital (solutions de financements et services pour les entreprises). À l’image de nombreux secteurs, le marché des loisirs haut de gamme a subi les aléas économiques de plein fouet, devant faire face à un consommateur devenu hésitant, et aux dépenses plus orientées. Une étude réalisée par GE Capital* stipule qu’“avant août 2009, les ventes ont connu une baisse importante alors que la crise mondiale a fortement frappé la consommation européenne de produits de loisirs haut de gamme.” À titre d’exemple, une enquête réalisée en 2010 par les MLP (Messageries lyonnaises de presse) sur la presse caravaning confirme qu’en France “depuis 1996 et jusqu’en 2006, le marché du camping-car neuf a connu une croissance annuelle moyenne de 15 % ! La crise a eu raison de cette croissance constante, et l’année 2009 s’est soldée sur une baisse spectaculaire de 17,2 %.” Des produits qui nécessitent un budget conséquent, et qui sont donc les premières victimes des restrictions de budget des consommateurs français.
 
Une belle reprise suite à la crise
Le marché des loisirs haut de gamme en général ne s’est toutefois pas enlisé dans la crise. Toujours d’après GE Capital, “l’activité a enregistré une forte reprise au dernier trimestre 2010, menée par une forte activité dans les secteurs des véhicules de loisirs et des sports motorisés.” Si les habitudes des consommateurs ont changé avec la crise, les Européens s’accordent pour autant des plaisirs, malgré un pouvoir d’achat en berne, et quitte à sacrifier d’autres dépenses. C’est le cas pour le caravaning : “La fin de l’année [Ndlr : 2009] a tout de même fait renaître l’espoir chez tous les acteurs du secteur puisque, au mois de novembre, les ventes ont augmenté de 6,6 % puis de 2,4 % en décembre. Le premier semestre 2010 confirme ce regain de forme avec une hausse de 6,3 % des immatriculations de camping-cars neufs depuis le 1er janvier. Quant au marché du camping-car d’occasion, il fait encore mieux avec une augmentation de 12,2 % pour la même période”, constate l’étude MLP. 
 
Essoufflement en 2011
Une reprise qui s’est faite à grande vitesse et qui témoigne donc de l’attractivité du secteur des loisirs haut de gamme auprès des consommateurs français. Toutefois, malgré un regain de croissance exceptionnel après une baisse considérable, l’année 2011 s’annonce dès lors moins faste sur le marché français. Il semble cependant que si les ventes de ce type de produits ont ralenti, la tendance pourrait être à la stabilisation pour la fin d’année. L’étude GE Capital explique : “Malgré le ralentissement de la reprise, les ventes françaises de produits de loisirs haut de gamme sont en augmentation depuis six trimestres consécutifs, l’activité en janvier 2011 retrouvant et dépassant des niveaux jamais atteints depuis janvier 2008. Par ailleurs, l’indice européen a atteint son plus haut niveau depuis septembre 2008, en s’appuyant sur une reprise soutenue de l’activité depuis le point bas d’août 2009.” L’étude ajoute que “l’indice montre une augmentation de la demande de 3,27 % au premier semestre 2011 en France. Ce chiffre reste inférieur à la croissance européenne, laquelle connaît un rythme plus soutenu pour la deuxième fois consécutive (1er trimestre 2011 : 3,27 % contre 3,41 % ; 4e trimestre 2010 : 4,7 % contre 9,68 %).” Les Français seraient-ils plus frileux que leurs voisins européens en termes de loisirs haut de gamme ?
Quels sont alors les facteurs qui peuvent expliquer ce ralentissement de la croissance du secteur dans l’Hexagone ? L’étude GE Capital stipule que “cette croissance a été freinée au cours des trois premiers mois de 2011 en raison notamment d’un léger déclin général dans les sports motorisés, qui n’est que partiellement compensé par la forte croissance que connaît le secteur nautique.” Emmanuel Gavignet, quant à lui, souligne le caractère saisonnier de certains loisirs, notamment lorsqu’il s’agit d’activités nautiques. “Nous sommes convaincus que l’indice BTL est le reflet de la confiance des consommateurs français et les deux trimestres à venir permettront de bien mesurer le niveau de la demande dans ces activités à forte saisonnalité”, précise-t-il. Par ailleurs, si la croissance a certes diminué, cela doit être nuancé par une reprise spectaculaire l’année précédente, affichant des chiffres exceptionnels. En effet, “en Europe, le retour à une croissance modeste au 1er trimestre 2011 fait suite à des performances étonnement fortes au 4e trimestre 2010. Celui-ci avait enregistré la deuxième hausse la plus importante depuis la création de l’indice [début 2008]”, précise l’étude GE Capital. Par conséquent, la baisse semblait somme toute inévitable.
 
Vers une stabilisation du marché ?
Mais si 2011 a vu la croissance du secteur baisser, et notamment en France, quelles perspectives sont envisageables pour l’avenir ? D’après l’étude effectuée par GE Capital, “cette dynamique semble s’essouffler et si l’indice poursuit son évolution actuelle, la tendance pourrait se stabiliser au 2e ou 3e trimestre 2011.” Le marché semblerait donc tendre vers une stabilité retrouvée, faisant suite à quelques années de fluctuations. “En France, l’activité joue un rôle moteur au regard de la tendance européenne. Les données françaises de l’indice baissent plus tôt et légèrement plus que dans le reste de l’Europe mais passent, plus rapidement et beaucoup plus fortement, à une phase de reprise”, souligne l’étude. Si le budget des Français n’est pas au beau fixe, le secteur peut néanmoins compter sur un taux de renouvellement, ainsi que sur un changement des modes de consommation. Aujourd’hui, et notamment depuis l’apparition des RTT, les Français souhaitent faire une vraie place à leurs loisirs. L’étude réalisée par les MLP conclut : “Le camping-car a toujours autant la cote en France. Rappelons simplement que si le parc européen de camping-car est estimé à 600 000 véhicules, 230 000 d’entre eux sont immatriculés en France !”
 
*Étude réalisée grâce à l’indice de consommation des produits haut de gamme (indice BTL Big ticket leisure index) calculé par GE Capital à partir des ventes financées par GE Capital Commercial Distribution Finance en Europe sur le segment des produits de loisirs.

Avatar

La Rédaction


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires