Actualités Carl's Jr , restaurant de La Garde (Toulon), janvier 2018.

Carl's Jr , restaurant de La Garde (Toulon), janvier 2018.

“Nos ouvertures ont pris du retard mais se feront !” Stéphane Brescia, master franchisé Carl’s Jr 

, par Nicolas Monier

L’ouverture d’un restaurant Carl’s Jr, enseigne spécialisée dans le burger, au centre commercial de Vélizy 2 (Yvelines) a été l’occasion de faire le point avec Stéphane Brescia, master franchisé exclusif de la marque californienne en France.

Accélérer son implantation en France en pleine période de Covid-19. Ne trouvez-vous pas que c’est un pari osé ?

La marque Carl’s Jr a plus de 80 ans. Elle a déjà connu plusieurs crises. Elle se relèvera de celle-là comme des précédentes. Nos ouvertures qui auraient dû se faire cette année se feront progressivement l’année prochaine. Nous consolidons pour le moment notre restaurant de Toulon ouvert en 2018. C’est un modèle en succursale qui sert d’établissement pilote, d’étendard de la marque mais également de lieu de formation. Nous ouvrons aujourd’hui un nouveau restaurant à Vélizy 2 (Yvelines). Également en succursale. Une autre ouverture, toujours en propre, prévue en mars prochain, suivra au sein de l’aéroport Paris Charles-de-Gaulle. La crise de la Covid-19 nous a permis de faire bouger les lignes. Le drive du restaurant de Toulon a vu son activité bondir de plus de 50 %. Sachez que pour cet établissement, pour l’instant, notre activité représente entre 40 et 50 % de plus que ce que nous avions prévu initialement. Ce modèle à la frontière entre la restauration rapide et la restauration à table nous permet de nous différencier en jouant sur notre carte d’authentiques burgers californiens.

A LIRE AUSSI : Hôtellerie et restauration : qui se taille la part du lion cet été ?

Comment voyez-vous ce développement sur le sol français ?

Nous souhaitons, tout d’abord, conserver 20 % de nos restaurants en succursale. Nous allons ensuite rechercher deux types de chefs d’entreprise. Sous la forme de joint-venture, nous nous associerons alors avec des dirigeants capables d’ouvrir une dizaine d’établissements au sein d’agglomérations de plus de 300 000 habitants. Ce partenariat se fera en location gérance. Nous recherchons également des dirigeants qui auront vocation, eux, à ouvrir, un, deux ou trois restaurants au maximum. Là aussi, cela se fera par le biais de la location gérance. La répartition capitalistique s’articulera entre 60 % pour la marque et 40 % pour le franchisé. Nous souhaitons garder un œil sur l’enseigne et être en partenariat resserré avec les différents chefs d’entreprises qui décideront de nous rejoindre.

Quel devra-t-être l’investissement financier à consentir pour vous rejoindre ?

En fonction de l’implantation et de la taille de l‘établissement, le chef d’entreprise devra être en mesure d’avoir au moins 300 000 euros d’apport personnel. L’enveloppe totale oscille donc entre 500 000 et 1 million d’euros. Notre plan de développement prévoit une moyenne de dix nouvelles ouvertures par an. D’ici à 10 ans, ce seront ainsi 120 restaurants ouverts sur le sol français. Quant à notre planning de déploiement, notre agenda s’articulera autour de plusieurs inaugurations en avril au Perthuis (Aix-en-Provence), en mai dans la ville de Le Pontet (Avignon), en juillet à Bordeaux Bègles Ces établissements comporteront également un drive, axe fort de notre développement. Trois nouvelles ouvertures suivront par la suite à la fin du mois de septembre 2021.

A LIRE AUSSI : Buffalo Grill officiellement candidat à la reprise de Courtepaille

Avatar

Nicolas Monier


Sur le même thème