Actualités papilles&papillottes

Papilles & Papillottes, le goût de l’épicerie fine et de la franchise

, par Camille Boulate

L’enseigne d’épicerie fine créée par DV Group, spécialiste du cadeau touristique alimentaire, amorce son développement en franchise. Le premier point de vente a vu le jour en 2017 près de Nantes. L’enseigne a accueilli son premier franchisé fin 2019.

Exposant pour la première fois sur le salon Franchise Expo Paris, qui se clôture ce mercredi 23 mars, l’enseigne Papilles & Papillottes amorce son développement en franchise. Derrière cette jeune enseigne d’épicerie fine, DV Group, entreprise spécialisée dans les cadeaux touristiques alimentaires. “J’ai créé le groupe il y a trente ans. Tout a commencé quand je confectionnais des sachets de caramel au beurre salé pour le Puy-du-Fou, se rappelle Damien Vergnault, président fondateur de DV Group. Petit à petit, nous avons développé nos propres produits de conserverie et de biscuiterie que nous distribuons auprès de magasins indépendants.” Au fil du temps, l’idée d’ouvrir ses propres magasins émerge du côté de DV Group. Une idée qui prend vie en 2017 près de Nantes. Deux ans plus tard, fin 2019, un premier magasin franchisé voit le jour à la Roche-sur-Yon.

“Malgré la crise de la Covid-19, ce magasin a surperformé. En 2021, le point de vente a réalisé 1,6 million d’euros de chiffre d’affaires, après une année 2020 déjà très bonne (1,5 million d’euros de CA)”, détaille Damien Vergnault.

PLUS D’INFORMATIONS : Ouvrir une franchise dans le secteur de l’épicerie fine

Différents formats de magasin

Pour se développer, le réseau mise sur trois formats de magasins. Un premier d’une surface de 80 mètres carrés, destiné davantage au centre-ville, qui présente 20 % des produits d’une boutique classique. “Il s’agit des références réalisant 80 % des ventes”, souligne le fondateur de l’enseigne. Le second format, d’une superficie de 200 à 250 mètres carrés s’adresse aux emplacements de centres commerciaux. “C’est le format standard d’une épicerie fine”, explique Damien Vergnault. Enfin, le format le plus grand de Papilles & Papillottes s’exprime sur 400 mètres carrés et se destine particulièrement aux zones commerciales et retail park. Côté investissement, en fonction du concept, il faut compter entre 250 000 à 800 000 euros, dont 35 000 euros de droits d’entrée. Au niveau de l’approvisionnement, 35 % des références présentes en magasins concernent les marques propres de DV Group.

“Les 65 % restants sont des fournisseurs français que nous avons référencés, notamment sur les domaines du vin, alcool ou du chocolat, détaille Damien Vergnault. Nous laissons aussi une marge de manœuvre en matière d’approvisionnement, à hauteur de 10 %, pour que nos franchisés puissent mettre en valeur des producteurs et fournisseurs très locaux.”

À LIRE AUSSI : Le Comptoir de Mathilde compte doubler son réseau d’ici 5 ans

Mailler son territoire

Si l’enseigne a la capacité d’absorber de nombreuses ouvertures, notamment grâce à ses capacités logistiques et ses entrepôts répartis un peu partout en France, Papilles & Papillottes souhaite garder la maîtrise de son développement. “Nous visons entre 3 et 5 ouvertures par an dans un premier temps, à la fois en franchise et en succursale. Pour atteindre une vingtaine de points de vente d’ici 5 ans. À terme, nous souhaitons conserver 10 % du parc tenu en propre”, précise le fondateur du réseau. Si devenir franchisé Papilles & Papillottes vous intéresse, sachez qu’une zone de chalandise de 50 000 habitants sera nécessaire pour que le business model s’exprime pleinement. Les villes touristiques sont notamment dans le viseur de l’enseigne.

“Il y a cette dimension plaisir et cadeau qui reste très importante dans notre business model. Nous proposons aux clients d’élaborer son propre coffret cadeau. Cela fonctionne très bien”, précise Damien Vergnault.

À LIRE AUSSI : Comtesse du Barry se relooke et veut accentuer son développement en franchise

En 2022, l’enseigne entend accueillir a minima deux franchisés. Du côté des profils, aucune compétence spécifique requise pour la tête de réseau. L’enseigne ne se ferme pas la porte aux investisseurs mais préfère toutefois les franchisés qui seront opérationnels dans leur point de vente. “Le commerce, c’est un vrai métier, cela nécessite d’être au contact du terrain. Aussi, l’idéal pour nous serait qu’un franchisé occupe l’ensemble de la ville et ouvre trois points de ventes sous nos différents formats afin de couvrir au mieux sa zone”, conclut Damien Vergnault.

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème