Actualités Repar

Repair and Run s’ouvre à la franchise

, par Nicolas Monier

L’enseigne fondée par Nathanaël Benaym surfe sur l’engouement pour la mobilité urbaine et accélère le déploiement de son réseau.

La crise sanitaire aura réconcilié les Français avec le vélo et plus généralement avec toutes les formes de mobilité urbaine. Après avoir ouvert un premier atelier-boutique à Paris Bastille, l’enseigne Repair and Run a essaimé en propre d’autres magasins à Bordeaux et à Strasbourg, deux villes réputées pour leur politique en matière de pistes cyclables. À la fin de l’été 2020, l’enseigne, spécialisée dans la réparation des vélos et trottinettes électriques et créée par Nathanaël Benaym, s’est ouverte à la franchise en ouvrant un nouvel atelier à Bordeaux puis un autre à Marseille. “Pour compléter notre offre parisienne, nous avons souhaité ouvrir en propre un magasin à Paris Voltaire, près de notre atelier historique pour densifier notre maillage territorial sur cet arrondissement très sensible à la culture vélo. Nous avons également ouvert en franchise dans le quartier de la gare de l’Est et au courant du mois de mai, nous inaugurerons, sous ce même modèle, une boutique à Lyon”, explique Martine Bocquillon, directeur général de Repair and Run et ancienne fondatrice, en 2006, du réseau Point Service Mobiles.

A LIRE AUSSI : Réseau à la Une : Cyclable met un coup de pédale sur son développement

Idéalement, l’atelier boutique, implanté en centre-ville des grandes métropoles, offre une surface comprise entre 70 et 130 m². Il est divisé entre l’accueil client, le diagnostic ou les accessoires et l’atelier de réparation. En lancement d’activité, le magasin démarre avec deux ou trois personnes et peut monter jusqu’à six salariés.

“Nous cherchons des chefs d’entreprises qui savent s’impliquer dans ces services de proximité. L’important reste également le recrutement de techniciens ultra-compétents que nous pouvons former nous-même et qui ont vocation à monter en compétence”, note Martine Bocquillon.

Côté investissement, il est conseillé aux porteurs de projets d’avoir un apport personnel de 50 000 euros. Les dirigeants encouragent la montée en puissance dans le réseau et incitent les franchises à ouvrir deux ou trois ateliers.

Par ailleurs, Repair and Run a identifié une quarantaine de villes potentielles pour de futures implantations. “Nous cherchons à la fois des investisseurs et des candidats dans l’opérationnel. Il n’y a pas de règle. Ce qui compte c’est la dynamique créée entre le gérant, le technicien en chef et les salariés”, note Martine Bocquillon.

A LIRE AUSSI : Décathlon se lance dans la location de vélo

Avatar

Nicolas Monier
Journaliste


Sur le même thème