Actualités Restauration

Restauration : les fédérations sonnent l’alarme !

, par Nicolas Monier

Deux études réalisées par les quatre principales organisations professionnelles font apparaître une chute inquiétante de l’activité des hôtels, cafés, restaurants et traiteurs organisateurs de réceptions.

Tout est parti d’une première enquête réalisée du 23 au 29 décembre 2021 auprès de 3 000 professionnels du secteur, juste après les annonces du Premier ministre Jean Castex, le 10 décembre dernier. “Alors que seulement 22 % des restaurateurs connaissaient encore une baisse d’activité au moins égale à 50 % de leur activité par rapport à 2019, ce pourcentage grimpe à 45 % dès la semaine 50 de 2021, celle qui suit les annonces gouvernementales”, précise l’enquête qui note également qu’à cette même période de l’année, 79 % des restaurateurs expliquaient avoir perdu au moins 30 % de leur chiffre d’affaires. Un constat extrêmement marqué sur le segment des cafés, bars, brasseries. On y enregistre, pour 85 % des établissements, des annulations de réservations au moins égales à 30 %. Et presque 60 % d’entre eux font face à des annulations au moins égales à 50 % des réservations.

À LIRE AUSSI : Restauration et crise sanitaire : se lancer aujourd’hui, un pari fou ?

La filière de l’hôtellerie est logée à la même enseigne. L’hôtellerie, par exemple, enregistre une baisse de chiffres d’affaires proportionnellement plus importante que le nombre des réservations. “En effet, en semaine 50 [date de l’annonce des mesures gouvernementales le 10 décembre], 42 % des hôtels ont perdu au moins 50 % de leur chiffre d’affaires et 74 % ont perdu au moins 30 % de leur chiffre d’affaires”, révèle l’enquête réalisée par le GNI, le GNC, le SNRTC et l’UMIH. Pour ces quatre fédérations, les annulations de réservations viennent principalement des touristes étrangers plus dépensiers que les clients français. Enfin, et c’est un constat alarmant, cette tendance semble se confirmer dans les premiers jours de l’année en cours. Interrogés, les hôteliers expliquent faire face à une chute brutale de leur activité :

“Un hôtelier sur 2 affirme perdre au moins 50 % de son chiffre d’affaires tandis que 3 hôteliers sur 4 avouent perdre au moins 30 % de leur chiffre d’affaires”, remarque l’enquête.

À LIRE AUSSI : Un été décevant pour la restauration

Une seconde enquête flash menée les 4 et 5 janvier 2022 auprès de 836 professionnels ne laisse guère de suspens sur l’état d’esprit de la filière. Pas moins de 85 % des restaurateurs déclarent rencontrer une baisse de leurs activités due aux contraintes sanitaires. “Une baisse qui atteint au moins 30 % du chiffre d’affaires pour 81 % d’entre eux”, notent les quatre fédérations. Parmi ces mesures, on peut rappeler l’interdiction de la consommation debout et l’instauration de jauges sur les évènements rassemblant du public. Face au télétravail qui grève l’activité ou à l’instauration du pass sanitaire, la profession demande plusieurs aides, notamment que l’éligibilité à l’aide à coût fixe soit ramenée de 50 % à 30 % de perte de chiffre d’affaires pour les entreprises du secteur et que le montant de l’indemnisation soit porté de 90 % à 100 % de l’EBE négatif (pour les entreprises occupant moins de 50 salariés.) Par ailleurs, pour les établissements, subissant une perte de chiffre d’affaires au moins égale à 65 % ou connaissant une baisse d’activité du fait des mesures sanitaires mises en œuvre, les fédérations réclament “un accès à l’activité partielle sans reste à charge.” Elles souhaitent également que “les exonérations de charges de Sécurité Sociale annoncées soient mises en œuvre dès décembre 2021” pour toute entreprise du secteur HCR faisant face à “une perte de chiffre d’affaires au moins égale à 65 % ou connaissant une baisse d’activité du fait des mesures sanitaires mises en œuvre.”

À LIRE AUSSIRestauration : la bonne dynamique se poursuit, mais des doutes persistent

Avatar

Nicolas Monier
Journaliste


Sur le même thème