Actualités Home-privilège-devenir-franchis-officiel-de-la-franchise

Services à la personne : la franchise Home Privilèges veut dépoussiérer le marché

, par Camille Boulate

Le groupe Jade Services, maison-mère de l’enseigne Les Menus Services, commence le développement en franchise de son réseau Home Privilèges. Axé sur les prestations haut de gamme de ménage et de repassage, Home Privilèges vise une clientèle CSP+ et compte bien asseoir sa notoriété dans les principales villes de France.

Le marché des services à la personne continue de séduire les franchisés mais aussi les enseignes. Le groupe Jade Services, maison-mère du réseau spécialisé dans le portage de repas à domicile, vient d’amorcer le développement en franchise d’une nouvelle marque. Baptisée Home Privilèges, cette nouvelle enseigne, dont la première agence tenue en succursale a vu le jour en 2006, se focalise sur les prestations haut de gamme de ménage et repassage.

“On a souhaité dupliquer ce modèle qui fonctionne très bien en franchise, explique Hélène Moreau, responsable de la franchise Home Privilèges. L’idée étant de proposer des prestations premium et sur-mesure, dans un esprit Grand Hôtel.”

Le modèle économique de l’enseigne ne repose pas nécessairement sur une agence physique mais sur l’accompagnement et l’ultra-personnalisation des prestations. “Le franchisé qui veut ouvrir une agence qui a pignon sur rue pourra le faire. Mais nous recommandons uniquement d’avoir des bureaux dans l’une des rues les plus prestigieuses du centre-ville pour recevoir les intervenants. Pour les clients, 95 % d’entre eux nous contactent par Internet. Pour le reste, tout se passe au domicile du client, de la première visite commerciale au suivi des prestations”, détaille Hélène Moreau.

PLUS D’INFORMATIONS : Ouvrir une franchise dans le secteur des services à la personne dédiés au ménage

Marché de niche

Si le secteur des services à la personne est déjà très concurrentiel avec un certain nombre d’acteurs spécialistes et multi-services, Home Privilèges évolue sur un marché de niche avec comme cœur de cible les clients CSP +. “Nos clients gagnent bien leur vie. Le haut de gamme est une niche, où les clients veulent avant tout de la qualité dans la prestation. Et de la personnalisation. Nous avons des process spécifiques pour le pliage des serviettes ou des draps par exemple qui rappellent ceux des grands hôtels”, insiste Hélène Moreau. Logiquement, le coût des prestations est plus élevé et oscille entre 26 euros et 40 euros de l’heure. Pour un panier moyen d’environ 6 heures par semaine. “Pour que le travail soit bien fait, nous sommes sur des prestations de 3 heures”, souligne Hélène Moreau. Pour devenir franchisé Home Privilèges, pas besoin d’être issu du secteur des services à la personne. La tête de réseau s’intéresse particulièrement aux personnes en reconversion.

“Nous aimons les ex-salariés qui ont déjà managé des équipes et qui ont une appétence pour les ressources humaines. Car c’est un métier où il faut toujours avoir un pied dans le recrutement”, insiste la responsable de la franchise.

À LIRE AUSSI : Services à la personne, le bel âge de la Silver Economy

Business model atypique

Outre les prestations assez classiques de ménage et repassage, la particularité de l’enseigne Home Privilèges reste de proposer des prestations de gouvernante ou de major d’homme. “Là, par exemple, en fonction des besoins des clients, il s’agira de s’occuper de tout ce qui est machine à laver le linge ou la vaisselle, de faire des courses complémentaires si besoin, etc. Nous sommes dans l’utra-personnalisation des prestations. Ce qui rassure les clients c’est aussi le fait d’avoir affaire qu’à une seule et même intervenante”, développe Hélène Moreau. Et la responsable de la franchise l’assure : une assistante ménagère peut clairement évoluer à ce poste de gouvernante, plus attractif en matière de missions mais également de rémunération. Pour chapeauter le tout, outre le franchisé qui gérera son entreprise et le recrutement des intervenants, un coach sera nécessaire pour accompagner, épauler et contrôler le travail des assistantes ménagères et gouvernantes.

“Idéalement, un coach accompagnera une trentaine d’intervenants. Pour les profils, c’est très variable. Cela peut être des personnes qui viennent de l’hôtellerie et qui connaissent bien les procédures des grands hôtels. On aime bien ce type de profils car ils ont de l’expérience. Cela peut être également des assistantes ménagères que l’on fait monter en compétences et qui ont de l’appétence pour la formation”, analyse Hélène Moreau.

Pour atteindre l’équilibre financier, une agence Home Privilèges a besoin d’une dizaine d’intervenants pour une cinquantaine de clients. “Mais tout dépendra de comment le franchisé se développera”, insiste la responsable franchise.

À LIRE AUSSI : Se lancer dans l’entretien de la maison : la franchise fait-elle bon ménage ?

Une vingtaine d’agences d’ici 2025

Si le réseau possède une agence pilote à Paris depuis 2006 et une seconde agence en licence de marque à Bordeaux, la franchise semble désormais faire partie de la stratégie d’Home Privilèges. En 2021, quatre franchisés ont rejoint l’enseigne à Lyon, Toulouse, Rueil Malmaison et Nantes. L’objectif : accueillir 3 à 5 franchises par an. “Nous voulons un développement maîtrisé. Car nous sommes aussi dans un accompagnement poussé de nos futurs membres. On les chouchoute”, affirme Hélène Moreau. L’enseigne affiche toutefois ses ambitions et souhaite atteindre 25 agences d’ici 2025.

“Nous sommes en train également d’étudier la possibilité de nous installer sur des villes plus petites de 16 000 à 20 000 habitants. Une fois que nous aurons maillé les principales grandes et moyennes villes, nous serons à une cinquantaine d’agences et ce sera déjà satisfaisant. Nous avons déjà des candidats potentiels pour Nice, Orléans ou encore Reims. Nous aimerions aussi nous installer à Strasbourg”, détaille Hélène Moreau.

Côté chiffres, devenir franchisé Home Privilèges nécessite 60 000 euros d’investissement, dont 20 000 euros HT de droits d’entrée et 8 000 euros HT de formation, pour un apport demandé situé entre 10 000 et 20 000 euros. “Au bout de deux ou trois ans, le franchisé peut atteindre un chiffre d’affaires de 250 000 euros. Mais là encore, cela dépend de sa motivation, de son implication et de son potentiel de développement”, conclut Hélène Moreau.

Si devenir franchisé pour l’enseigne Les Menus Services vous intéresse, rendez-vous sur notre fiche Réseau à la Une dédiée à l’enseigne en cliquant ici.

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème