Actualités Synalia bijoux orfèvres

La Guilde des Orfèvres, une enseigne du groupe Synalia.

Synalia : en quête d’un nouveau souffle

, par Julie Tadduni

Le groupement de bijoutiers indépendants Synalia (Julien d’Orcel, La Guilde des Orfèvres, Ozencia, Heure & Montres, Mégalithes) a connu de nombreux mouvements à sa direction et s’est restructuré ces dernières années. Rencontre avec Gautier Daniel, directeur administratif et financier, système d’information et supports.

Beaucoup de changements ont eu lieu à la tête du groupe. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous sommes une coopérative et à la fin de l’année 2013, c’est toute la direction générale du groupement qui a changé sur décision du conseil d’administration. L’objectif était de revoir notre organisation pour être plus concurrentiel. Parmi la direction générale actuellement en place, il y a donc un mélange de personnes qui étaient déjà présentes au sein du groupement auparavant, à d’autres postes, et des nouveaux, comme moi. Nous avions besoin d’un souffle de jeunesse et de monter en compétences. L’année 2014 a été consacrée à toutes ces transformations et depuis ce début d’année 2015, l’organisation est en place.

 

Quelles sont les conséquences sur vos adhérents ?

Nous avons clarifié notre offre. Pas mal de nos marques se recoupaient en effet en termes de marché. Aujourd’hui, nous avons une enseigne différente pour chaque positionnement. Nous avons également mis en place un label, intitulé le Cercle Vendôme, auquel peuvent adhérer des joailliers qui souhaitent uniquement bénéficier de notre communication.
En parallèle, nous désirons offrir des solutions clés en main à nos adhérents, avec par exemple des vitrines prêtes à l’emploi proposées chez Julien d’Orcel, avec des produits déjà sélectionnés. Nous offrons désormais un accompagnement très fort au niveau du développement mais aussi en amont de la création. Autrefois, notre offre de services n’était pas complète, spécialement en ce qui concerne l’assistance des adhérents. Aujourd’hui nous sommes sur tous les fronts.

 

Quelles sont les perspectives du groupe désormais ?

Le marché de la bijouterie est en pleine restructuration. La révolution qui a touché les parfumeries et les opticiens il y a 10 ans est en marche sur notre secteur. Nous offrons une alternative au succursalisme pour y faire face. Nous avons de grosses ambitions de développement avec désormais, la possibilité de créer de nouveaux points de vente.

Avatar

Julie Tadduni
Journaliste Web et community manager pour L'Officiel de la Franchise


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires