Actualités Tati

Tati se réorganise et dévoile ses objectifs

, par Camille Boulate

Le réseau Tati, racheté par le Groupe Philipe Ginestet (GPG, maison-mère de Gifi) en 2017, vient de présenter ses axes de réorganisation. Si le groupe avait déjà annoncé, il y a quelques semaines, que 49 magasins passeraient sous enseigne Gifi, d’autres précisions viennent d’être apportées concernant le reste du réseau. Explications.

 

Passée sous le giron de Gifi, l’enseigne Tati peine à se redresser. Malgré les 150 millions d’euros investis par le Groupe Ginestet, suite à son rachat en 2017, le réseau continue d’afficher des pertes importantes, évaluées à 50 millions d’euros par an en 2019 et 2020. “Ce qui n’est pas soutenable durablement”, explique le Groupe Philippe Ginestet. Thierry Boukhari, directeur général délégué du groupe Tati, explique ainsi que malgré un plan de redressement important, la clientèle n’est pas revenue. À la crise du textile qui sévit depuis 2009 avec une concurrence accrue sur les petits prix, se sont ajoutées des difficultés structurelles découvertes au moment de la reprise : des stocks en inadéquation avec la demande, une image de marque plus dégradée que prévue, des départs volontaires, l’obligation de mettre en place un nouveau système d’information.”

 

49 magasins deviendront Gifi

Dans ce contexte, le groupe GPG vient de dévoiler ses axes stratégiques concernant le réseau Tati. Un projet dont “l’objectif est de redéployer et pérenniser l’activité pour sauvegarder un maximum d’emplois”, affirme ainsi Thierry Boukhari. Le premier axe de restructuration avait été annoncé, il y a quelques semaines, et concerne 49 magasins Tati qui passeront sous les couleurs de Gifi. Cela représente 430 emplois. “Les contrats de travail ne changeront pas, ils resteront dans la même société. L’objectif est de terminer le transfert au cours du 1er semestre 2020”, précise l’enseigne. Par ailleurs, le réseau affirme que les magasins d’ores et déjà transformés affichent une augmentation de leur chiffre d’affaires de 60 % en moyenne.

 

Reprise et cession

Concernant les magasins restants, le Groupe Philippe Ginestet adopte différentes stratégies. Si le magasin historique de Barbès, à Paris, restera ouvert (50 emplois CDI) et tentera de retrouver un équilibre d’ici 2022, 25 points de vente sont à la recherche de repreneurs. “Ces magasins sont trop proches du réseau Gifi pour être basculés sous cette enseigne”, explique le réseau. Plusieurs pistes sont d’ailleurs à l’étude et une première offre a déjà été faite par Trafic (acteur du discount dans le textile en Belgique) sur deux unités à Charleville-Mézières et Longwy. “Les représentants du personnel sont actuellement consultés”, explique le groupe GPG. 13 magasins, affichant des pertes durables, devraient être également fermés. Ces unités “ne peuvent ni être basculés sous enseigne Gifi en raison de leur proximité, ni faire l’objet d’une réorientation commerciale”, précise le groupe.

 

Nouvelle enseigne

Face à cette évolution, certaines fonctions administratives et logistiques seront réduites, notamment au sein de la centrale d’achat de Tati et de l’entrepôt Garonor. Un PSE concernant 188 collaborateurs, sur l’ensemble des sociétés Tati, est par ailleurs en projet. “Les mesures de reclassement interne et externe sont notre priorité”, précise Thierry Boukhari. Enfin, pour une trentaine de magasins, le groupe Tati réfléchit à une nouvelle enseigne de déstockage, spécialisée sur les produits d’équipement de la personne, de la maison et sur l’alimentaire en “en cycle court”. Le projet, qui sera porté par Christophe James, président de Tati diffusion, et une équipe de managers ne prévoit aucun changement d’effectif ou d’activité. Le groupe précise par ailleurs que, jusqu’à la création d’une nouvelle enseigne en 2020, les 30 magasins concernés continueront d’être exploités sous la marque Tati, avec le même mode d’approvisionnement. “Les collaborateurs ne verront aucune évolution dans leurs fonctions si ce n’est moins de mise en rayon, et ils pourront ainsi se concentrer plus sur l’accompagnement des clients et la vente”, affirme le groupe.

Camille Boulate

Camille Boulate


Plus d'informations sur ce réseau :


Sur le même thème