Actualités l'onglerie

L’Onglerie®, ce n’est pas qu’un travail…

, par Celine Black

Originaire de Serbie, Danijela Liétart vient de vendre l’institut L’Onglerie® de Saint-Quentin-en-Yvelines acquis en 2014 afin d’ouvrir un nouveau salon à Rambouillet le 11 mars dernier au 48 rue du général de Gaulle. Un local flambant neuf de 35 m2 muni de trois tables et d’un pédispa, plus proche de son domicile, qui lui permet de voir grandir ses deux petites jumelles âgées de 3 ans et demi.

 
« L’amour, l’amour, l’amour… ». C’est bien l’amour qui a poussé Danijela Liétart à s’installer en France auprès de son mari Jonathan. En 2011, alors âgée de 29 ans, quelques années après avoir validé une maîtrise en biochimie, la jeune femme originaire de Novi Sad fait la rencontre de celui qui allait devenir son époux lors de vacances en Espagne. « À l’époque, comme beaucoup de Serbes, je cumulais deux emplois. Je travaillais à l’institut Pasteur et je continuais ma passion pour les ongles grâce à laquelle j’avais en partie financé mes études », se souvient la jeune femme. « Ce fut un véritable coup de foudre et il me demandait en mariage six mois plus tard… » Tout est en-suite allé très vite pour le jeune couple. « J’ai rejoint Jonathan à Lille où nous sommes restés quelques mois avant de nous installer en Ile-de-France à Saint-Cyr-l’École. Je commençais à bien maîtriser la langue française et j’avais envie de travailler. » Après un stage effectué grâce à Pôle Emploi au sein de l’institut L’Onglerie® à Plaisir, Danijela décroche un emploi dans un bar à ongles. « J’ai vraiment vécu cette expérience négativement, raconte la jeune femme. Les prestations et les soins étaient vraiment low-costs sans parler des conditions d’hygiène ! J’ai tenu deux se-maines avant de démissionner et de vouloir me mettre à mon compte. »

 
« L’image de marque de L’Onglerie® est très rassurante »
Quelques expériences plus tard et après avoir pris ses marques dans la région, Danijela soutenue par son mari, contacte le réseau de franchise L’Onglerie®, car « la qualité des prestations et des pro-duits, le professionnalisme du réseau et l’image de la marque sont très rassurants ». « Laurent Treuil, le responsable du développement nous a informé que l’institut situé à Saint-Quentin-en-Yvelines était sur le point d’être vendu. Nous avons sauté sur l’occasion ! » , se remé-more-t-elle. « La patronne de l’époque a accepté de m’embaucher quelques mois afin que je com-prenne l’état d’esprit de l’enseigne et les conditions de travail. J’ai fini par racheter l’institut en fé-vrier 2014 après avoir validé mes acquis et mon expérience dans le centre de formation de L’Onglerie® à Bordeaux. »
Avec l’aide de sa salariée Johana Renard qui l’accompagne encore aujourd’hui, elle fait bondir le chiffre d’affaires de 40 % ! « Puis les années ont filé, nos deux petites jumelles sont arrivées et Jo-nathan et moi avons déménagé à Rambouillet. »

 
« J’ai toujours eu dans l’idée d’ouvrir un second institut », raconte Danijela. « C’est pourquoi j’ai imaginé un temps, ouvrir un autre établissement sur notre lieu de résidence. Puis, après avoir discu-té avec mon époux, nous avons décidé qu’il était préférable pour mes filles et moi de ne gérer qu’un
seul salon. J’ai donc vendu celui de Saint-Quentin-en-Yvelines et ouvert un nouvel institut à Ram-bouillet qui se situe tout près de l’école des filles et de notre domicile. »
À ce jour Danijela fait travailler trois prothésistes ongulaires et compte bien, un jour, ouvrir un autre centre L’Onglerie® « quand les filles seront plus grandes ».
Mais pour l’instant, « je profite de la compagnie de mes clientes, dont certaines sont devenues des amies… Car L’Onglerie®, ce n’est pas qu’un travail ! ».

Celine Black


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires