Actualités Norauto

Un franchisé Norauto et son formateur partagent leur expérience, à quelques semaines de l’ouverture du centre auto

, par Celine Black

Yannick Hermon, futur franchisé va très bientôt diriger le centre Norauto de Trets (13). Après avoir suivi deux formations dans des centres auto différents, il met un point final à son enseignement dans le centre auto de Le Pont de Beauvoisin (38). Michel Barral, expert magasin, se charge de la lui dispenser en le mettant au cœur de l’action : au contact du client, dans les règles de sécurité sanitaires requises au vue des circonstances actuelles. Pour nous raconter leur collaboration, les deux hommes se sont prêtés au jeu de l’interview.

 

De directeur de magasin à franchisé

 

Après un parcours professionnel dans le Retail, notamment en tant que directeur de magasin pendant 15 ans, Yannick a décidé de se tourner vers un secteur d’activité qu’il jugeait plus prometteur et plus sûr : “Le concept Norauto de magasin attenant à un atelier de réparation automobile est viable à long terme : les gens auront toujours besoin de faire réparer leur voiture, tout comme ils auront besoin de conseils en magasin pour l’entretenir.”

 

Ce fut une évidence d’entreprendre en franchise : “Chez Norauto, beaucoup de personnes nous font gagner du temps sur les process, outils, marketing, etc. pour que nous puissions nous concentrer sur notre cœur de métier : faire venir nos clients au centre, répondre à leurs besoins et leur donner envie de revenir.”

 

La formation sur le terrain chez Norauto

 

Le métier de Michel Barral consiste à accompagner les franchisés avant et après l’ouverture de leur centre auto, grâce à des formations sur le terrain. “J’ai un rôle d’accompagnateur. Mon objectif est de rendre les franchisés les plus autonomes possibles, alors je les laisse expérimenter”.

 

Yannick a donc réalisé sa formation dans 3 centres auto différents. En premier à Aubagne (13), une succursale de Norauto, où il a pu manier les outils informatiques tout en gérant un flux client important, propre à ce centre. Son stage découverte d’intégration s’est passé chez Marc Casabianca, franchisé du centre auto de Venelles (13), qui lui a fait part de son expérience, notamment sur la partie comptabilité. Il termine actuellement sa formation au Norauto de Pont-de-Beauvoisin (38), notre centre pilote, une succursale qui fonctionne comme un site de franchise. “L’objectif de cette dernière formation est de mettre le futur franchisé en situation, comme s’il était prêt pour le jour de son ouverture.”, nous précise Michel.

 

La formation Norauto : le bilan

 

Yannick nous raconte son recrutement chez Norauto : “le processus est bien rôdé. Norauto fait tout pour éviter les échecs. Ils s’assurent de trouver le bon profil candidat afin de garantir sa réussite.”

 

Et il dit vrai : Norauto mise davantage sur des profils que sur des diplômes. Yannick tient à démonter un préjugé : “il faut avant tout être commerçant dans l’âme, un bon manageur et avoir un minimum de sensibilité à la gestion. Même s’il est vrai que la connaissance technique est un plus, il est toujours possible de bien s’entourer, d’où l’importance de savoir recruter le bon chef d’atelier.” Norauto fait le nécessaire pour la montée en compétences de ses futurs franchisés grâce à un panel très large de formations.

 

Et quand on lui demande s’il a rencontré des difficultés majeures au cours de sa formation, Yannick explique “Les équipes Norauto sont très à l’écoute et réactifs : la moindre sollicitation trouve sa réponse, ils sont vraiment engagés vis à vis de leurs franchisés. J’ai été très agréablement surpris.”

 

Et pour la suite ?

 

Yannick reviendra 3 jours dans le centre de Pont-de-Beauvoisin (38) pour valider ses acquis et être fin prêt pour la période post-ouverture. Ensuite, il mettra en place toute l’implantation du magasin. Il devra gérer ses équipes en les formant à distance, avec des contraintes plus fortes en temps de Covid-19 pour respecter les mesures sanitaires. “La date d’ouverture est maintenue. Et je serais bien entendu sur place pour l’aider pendant 3 semaines”, ajoute Michel.

 

Avatar

Celine Black


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires