Actualités 33-Quick-Rosny_MatthieuEngelen

Quick relance son développement

, par Fabien Soyez

Cinq ans après avoir été racheté par le Groupe Bertrand, propriétaire du réseau Burger King France, Quick ne possède plus que 135 restaurants. Environ 300 ont en effet été transformés en Burger King. Alors que beaucoup pensait que la chaîne de fast-food d’origine belge allait disparaître, Quick prépare son retour. Sébastien Buchheit, directeur général de Quick, nous en dit plus.

 

Cinq ans après le rachat de Quick par le Groupe Bertrand en 2015, où en est le réseau ?

Alors que le projet de développement initial du Groupe Bertrand consistait à convertir nos restaurants en Burger King, nous avons constaté que la fréquentation des Quick demeurait stable, malgré la diminution du parc. Cela a donc confirmé l’appétence de nos clients pour notre marque. Dès le début, le Groupe Bertrand s’est engagé à céder notre enseigne fin 2020. Sans surprise, donc, nous sommes désormais ouverts à une reprise. Nous n’avons pas encore lancé le process de vente, mais il aura lieu courant 2020, et plusieurs actionnaires potentiels se sont déjà manifestés.

Avant notre rachat en 2015, nous faisions partie des leaders du secteur du fast-food en France. Avec l’implantation de Burger King, nous avons fait les frais d’une communication négative autour de notre enseigne. On nous disait morts. Mais il n’en est rien. En 2017, nous avons renoué avec la croissance. À la fin 2015, le chiffre d’affaires moyen d’un restaurant était de 1,8 million d’euros. Il s’élève aujourd’hui à 2,4 millions pour le périmètre de restaurants que nous conservons.

Nous avons alors lancé une grande campagne de communication. Elle était destinée à contrebalancer le message selon lequel nous allions disparaître, et à nous recentrer autour de nos burgers iconiques, le Giant et le Quick’ N Toast (tout en écartant d’autres burgers qui perturbaient notre message). Nous avons aussi continué à développer nos menus enfants, avec des licences de jouets très fortes.

 

© Matthieu Engelen.

© Matthieu Engelen.


 

Quelles sont vos ambitions pour les années à venir ?

Dès 2017, Quick France a réinvesti de l’argent dans la centaine de restaurants restants. Nous avons retravaillé notre concept, avec un écrin plus agréable et moderne, ainsi qu’avec des cuisines optimisées et plus efficaces. Aujourd’hui, 25 % de notre parc est rénové.

Tout ceci s’est traduit en 2019 par l’ouverture d’un nouveau restaurant à Paris, place de Clichy. D’où notre dernière campagne publicitaire, dans laquelle nous prévenions que “Quick sera toujours là” pour ses clients. D’autres ouvertures sont prévues cette année et en 2021, à Paris, mais aussi dans la région lilloise. Nous allons également nous réinstaller dans des régions françaises où Quick était présent autrefois.

Avec l’arrivée d’un nouvel actionnaire, le “Projet Quick” consistera d’abord à transformer la totalité de nos restaurants. Notre nouveau concept est déjà visible dans les points de vente de place de Clichy et de Rosny. L’idée est aussi de nous focaliser sur ce que nous savons faire de mieux et de nous concentrer sur nos recettes phares, au lieu de lancer un nouveau burger tous les deux mois. En parallèle, nous souhaitons ouvrir de nouveaux restaurants, afin de doubler notre parc d’ici 5 à 10 ans, et d’en compter entre 200 et 250 en 2030.
 

© Matthieu Engelen

© Matthieu Engelen

 

Prévoyez-vous un développement en franchise ou en succursale ?

Le pilier de notre développement reposera sur la franchise, qui devrait représenter 90 % de nos futurs restaurants. Nous recruterons environ 5 à 10 franchisés chaque année, dans un premier temps en Île-de-France, puis dans les grandes villes de province. Notre objectif est de réinvestir les métropoles où Quick n’est plus, tout en nous densifiant là où nous sommes encore aujourd’hui.

 

Quel profil de franchisés recherchez-vous ?

Quick sera toujours là pour vous, et nous comptons bien le répéter à nos clients. Nous avons devant nous un projet colossal et ambitieux, mais raisonné en matière de développement.

Pour atteindre nos objectifs, nous aurons besoin de recruter des franchisés impliqués dans la marque, opérationnels, acteurs de leur marché local et de leur environnement, avec une vraie sensibilité pour le commerce.

Nous recherchons des entrepreneurs expérimentés, plutôt issus de la restauration à table ou rapide. Mais nous ne sommes pas fermés à ceux qui viennent du retail, dans la mesure où ils ont déjà managé des unités commerciales d’envergure, avec des effectifs conséquents et une certaine complexité.

 
 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Plus d'informations sur ce réseau :


Sur le même thème


Vos réactions (3)

  1. Rolland, le

    Très heureux que la marque perdure ! Par contre il faut continuer a garder un concept non Halal, un Quick&Toast reste quand même bien meilleur qu’un Quick&Toast Crispy…

  2. Bayram Yuksel, le

    Bonsoir je serais intéressé pour une franchisés quick Halal je suis un chef cuisinier depuis plus de 20 ans j ai eu plusieurs resto à moi même et aujourd’hui je travaille dans un restaurant grille comme chef cuisinier.

  3. FierDeLaFrance, le

    C’est une excellente nouvelle ! :-)

    Vive Quick en France ! :-)

Répondre à Rolland Annuler la réponse.

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires