Analyses Format WEB  (30)

Century 21 : “Arriver par hasard et rester par passion”

, par Nicolas Monier

Racheté par le Groupe Arche en mai dernier à Nexity, le réseau Century 21 France fait face à la nécessité de renouveler un parc d’agences vieillissant. Les synergies avec son nouveau propriétaire, détenteur également des marques Guy Hoquet et Laforêt, devraient permettre à ce nouvel ensemble de renforcer ses parts de marché. Entretien avec Laurent Vimont, président de Century 21 France.

Quels sont aujourd’hui vos besoins en franchise ?

Nous souhaitons atteindre un réseau de mille agences d’ici cinq ans. Il y a encore beaucoup de territoires où l’on peut renforcer notre présence. Nous avons un outil de mesure de parts de marché et partout où nous sommes à moins de 5 % de parts de marché, nous décidons de renforcer le secteur. Nous avons ainsi identifié une centaine de zones. Paris en particulier mais aussi les grandes agglomérations. Mais ce n’est pas une obsession. L’essentiel reste surtout que les agences augmentent leur chiffre d’affaires. Nous sommes payés pour cela. Nous avons un deuxième sujet. Il va falloir également nettoyer notre réseau comme on le fait avec un bonzaï et se séparer d’agences qui ne sont plus en phase avec notre projet. Des places vont donc se libérer. Face au vieillissement des patrons d’agences, nous allons être confrontés à des renouvellements de contrat et aux remplacements de ces derniers qui partent faire autre chose ou à la retraite.

Existe-t-il un ADN précis du franchisé Century 21 ?

Il n’y a pas de profil type. Venez comme vous êtes, aurait dit un célèbre franchiseur de sandwich. C’est un merveilleux métier où l’on peut être diplômé ou pas ! Les gens y arrivent souvent par hasard mais y restent par passion. C’est formidable. Parmi mes grandes fiertés, l’une est d’avoir aujourd’hui près de 480 patrons qui ont démarré comme simple assistant ou conseiller immobilier. En interne, nous avons donc un immense réservoir de potentiels candidats à la franchise, à la reprise d’agence ou à la création pure.

À LIRE AUSSI : L’immobilier sans vis-à-vis souhaite ouvrir 30 agence d’ici 2024 

Le rachat par le groupe Arche va-t-il changer quelque chose pour les franchisés ?

Absolument pas ! Je vous rappelle, tout d’abord, que nous sommes un réseau constitué à 100 % de franchisés. Philippe Briand [président du groupe Arche] sait qu’il faut laisser les franchisés vivre leur vie. Ce sont des indépendants sur lesquels il n’a aucun pouvoir hiérarchique. Nous allons simplement travailler à mutualiser et améliorer les choses avec les autres enseignes du groupe. Rien de plus.

Quelle est la carte d’identité d’une agence Century 21 ?

Une agence emploie une dizaine de personnes. Elle réalise, en moyenne, 500 000 euros en transaction de chiffres d’affaires, 200 000 euros en gestion locative ainsi qu’un peu d’activité de syndic. D’ailleurs, nous nous tournons de plus en plus vers cet ADN d’agence en multi-activités (transaction, gestion et syndic). Pour les candidats, il y a un droit d’entrée fixé à 25 000 euros auquel il faut ajouter des frais de formation sur mesure et à la carte.

À LIRE AUSSI : Diagnostic immobilier : la filière se frotte les mains

Comment les agences ont-elles vécu la crise sanitaire ?

Sans casse ! Nous avons maintenu une pression positive avec des conférences que j’organisais, en moyenne, tous les dix jours. Nos patrons avaient de la trésorerie. Les PGE [prêt garanti par l’État] ont été utilisés tout comme le chômage partiel ce qui a permis à ces derniers de passer la crise sans trop de difficultés.

Laurent Vimont (photo CDI Médias)

Laurent Vimont (photo CDI Médias)

Quelle est la situation du marché aujourd’hui ?

Les taux d’intérêts sont historiquement bas. Nous constatons une bonne dynamique. De même, les délais de vente se contractent passant de 100 jours à 80 jours pour une maison et de 90 jours à 79 jours pour un appartement. Parmi les autres points intéressants à souligner, la hausse des transactions pour l’acquisition d’une résidence secondaire (+14,3 %). Nous constatons de plus en plus d’acquisitions de résidences hybrides situées à une heure des lieux d’emploi. Ces dernières favorisant le télétravail.

Et à Paris, il semblerait qu’un plafond de verre ait été atteint. Est-ce votre sentiment ?

Les prix dans la Capitale commencent à se réajuster : -3,6 % par rapport au premier semestre 2020. Le prix moyen au m² (10 287 euros) reste toutefois plus haut qu’en 2019. Sur les six premiers mois de l’année 2021, les volumes de vente chutent de 20 % par rapport à ceux de 2019. Nous n’avons retrouvé qu’une partie de nos clients. Lorsque les frontières rouvriront, les touristes, acheteurs-investisseurs, reviendront. Néanmoins, le marché parisien est revenu à la raison. Les acheteurs ont un peu repris la main. C’est la fin des excès !

À LIRE AUSSI : Marché immobilier et confinement : le jour d’après 

Et quid de l’Île-de-France ?

En Île-de-France, si les prix avaient augmenté en 2020, la tendance s’accélère sur le premier semestre 2021 en comparaison de la même période en 2020 : + 9,2 % pour les maisons (3 425 euros le m²) et + 9,8 % pour les appartements (4 642 euros le m²). Avec le télétravail, nous avons assisté à une redéfinition du bien-vivre. Les cadres moyens (42,4 % des acquéreurs) ont souhaité une pièce de plus ou encore un bout de jardin. Attention, ce sont des sauts de puces. Il n’y a pas d’exode. En région, l’activité est supérieure à celle de l’an passé mais également 10 % plus élevée qu’au premier semestre 2019.

Êtes-vous confiant sur les perspectives à venir ?

Les confinements successifs ont provoqué une épargne forcée chez nos concitoyens qui ont ainsi pu augmenter leur apport personnel. Sauf accident sur les taux d’intérêt ou sur les nouvelles normes d’octroi des prêts attendues pour l’été, la bonne dynamique du marché devrait se maintenir sur le second semestre 2021. n

Avatar

Nicolas Monier
Journaliste


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires