Analyses Format WEB  (3)

Cuisine Plus présente un nouveau concept

, par Camille Boulate

L’enseigne du groupe FBD a repensé son concept en réduisant le nombre de modèles exposés dans ses points de vente. Trois boutiques ont été rénovées. Une dizaine d’autres devraient suivre en 2021. Explications avec Franck Écalard, directeur général de Cuisine Plus.

Vous venez de présenter un nouveau concept de boutique. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Ce concept est inédit à tous les points de vue. Nous voulions mettre fin à ces ‘musées d’exposition’ que peuvent être les magasins de cuisines. Finalement, ce qui fait la différence, c’est que ce nouveau modèle ne ressemble à aucun autre. Déjà, parce que dès l’entrée du magasin, le consommateur fait face à La Fabrique, un linéaire de 26 mètres qui permet d’exposer toute la gamme Cuisine Plus et les matériaux proposés. C’est la première chose que le client voit en entrant. Aussi, nous avons bien écouté nos clients et ce qui en est ressorti était qu’ils avaient envie d’être libres en entrant dans le magasin. Ils n’avaient pas envie qu’un vendeur vienne les voir tout de suite, ils avaient besoin d’espace et de liberté. Dans cette optique, nous avons réfléchi notre concept pour qu’il soit plus aéré et disposé un espace réception, où il y a constamment un collaborateur pour les accueillir. Enfin, nous avons volontairement réduit le nombre de modèles exposés. Nous ne souhaitions pas assaillir le client donc nous sommes passés d’une quinzaine de cuisines exposées à 9. Un lieu de co-conception a été également pensé pour proposer un espace d’échange entre vendeurs et clients. Cet endroit permet aux consommateurs de toucher les produits et de s’immerger dans un univers.

Combien de magasins affichent actuellement ce nouveau modèle ? Et quelles sont vos ambitions ?

À date, nous avons trois magasins pilote qui ont été rénovés. Ces derniers sont situés à Narbonne, Montluçon et Toulouse. Pour cette année, nous avons dix ouvertures de planifiées et toutes se feront via ce nouveau modèle. Aussi, ce concept a été présenté à nos franchisés et il a rencontré un vif succès. D’ores et déjà, six d’entre eux se sont positionnés pour afficher ce nouveau concept en 2021. Sur les 62 magasins qui composeront le réseau à la fin de l’année, un bon tiers aura été rénové.

À LIRE AUSSI : Ixina déploie un nouveau concept de magasin

Est-ce que la crise a accéléré votre volonté de déployer ce nouveau modèle de magasin ?

Nous travaillons dessus depuis 2019. Cela faisait partie de la feuille de route et du plan stratégique prévu par l’enseigne. L’objectif était de positionner davantage le réseau sur le segment du premium accessible mais également de mettre en avant la qualité de service et l’accueil client qui font notre ADN. Donc, concrètement, la crise n’a pas forcément impacté notre volonté de faire évoluer notre concept. En revanche, elle a permis de travailler dessus de manière optimisée.

Plus globalement, quel a été l’impact de la crise de la Covid-19 sur votre activité ?

Nous avons réalisé en 2020 un chiffre d’affaires quasiment équivalent à celui de 2019. Ce qui est assez extraordinaire compte tenu de la situation. Donc concrètement, pour nous, l’impact a été neutre. Les consommateurs étaient très présents dès le déconfinement jusqu’en octobre, date du second confinement. Le mois de décembre a été très bon, nous avons définitivement comblé notre retard à ce moment-là.

Format WEB  (4)

Comment vous êtes-vous adapté ?

Outre l’accompagnement que nous avons déployé lors du confinement pour nos franchisés, lors de la reprise d’activité en mai, on s’est clairement dit qu’il fallait mettre le turbo sur la partie vente et conception à distance. Ce que nous avons fait. Dès le mois  de juin nous avons commencé à former et à installer les outils nécessaires qui permettaient de faire tout à distance, de la vente à la conception en passant par la signature électronique. Nous nous sommes équipés en matériel et avons formé les vendeurs. Ce pari s’est avéré gagnant car lors du second confinement, en novembre, nous avons réalisé 50 % du chiffre d’affaires habituel grâce à la vente à distance. Ce qui était clairement au-dessus des attentes que nous avions.

Malgré la crise, comment réagit le marché selon vous ?

À titre personnel, je suis très confiant. Il y a un véritable engouement autour de la cuisine. D’abord du côté des candidats. Nous avons d’ores et déjà une dizaine d’ouvertures de prévues et d’autres projets commencent à émerger. Nous n’avons pas forcément plus de candidatures mais la qualité des porteurs de projet est bien meilleure. Du côté de l’activité, nous sommes optimistes car le mois de janvier reste très bon.

À LIRE AUSSI : King Jouet modernise son concept de périphérie

Quels sont les profils que vous recherchez ?

Notre recherche est basée sur 4 types de profils différents. Le premier axe de développement est de faire appel à nos franchisés actuels à qui on suggère l’ouverture d’un autre point de vente quand ils le peuvent et lorsque le premier est bien lancé. Le second moyen pour nous reste de nous tourner vers les franchisés du groupe FBD. Car le groupe développe trois enseignes complémentaires (Cuisine Plus, Cuisines Références et Ixina) et certains profils peuvent ouvrir plusieurs points de vente dans ces différents réseaux. Ensuite, évidemment nous sommes ouverts aux profils externes. Généralement, les candidats classiques restent les cadres en reconversion. Nous avons d’ailleurs affiné notre formation pour accompagner de manière plus efficace les profils ne venant pas du secteur de la cuisine. Car ce n’est pas obligatoire. Ce que nous voulons avant tout ce sont des personnes qui ont eu des postes d’encadrement et qui ont une sensibilité commerciale. Enfin, notre quatrième axe de recrutement sont les jeunes profils. Nous nous sommes rendu compte qu’il y avait des personnes très talentueuses, qu’elles soient salariées dans nos points de vente ou des candidats classiques à la franchise, qui sont très performants commercialement mais qui n’ont pas l’assise financière suffisante pour se lancer du fait de leur jeunesse. Nous avons donc, depuis deux ans, mis en place une ‘bourse aux talents’ destinée aux profils de moins de 40 ans. Le principe est simple : en tant que franchiseur nous complétons l’apport personnel du candidat, via un prêt à durée et taux préférentiels, afin que le projet puisse aboutir auprès des banques. Cela fonctionne sur dossier et chaque candidat défend son projet.

Format WEB  (5)

Pour implanter un nouveau point de vente, quels emplacements visez-vous en priorité ?

Nous avons identifié une centaine de zones potentielles qui sont encore disponibles. Nous avons une soixantaine de points de vente aujourd’hui, l’objectif étant de doubler le maillage territorial à horizon 5 ans. En priorité, nous visons le Nord de la France car la métropole lilloise n’est pas encore pourvue de magasins Cuisine Plus. L’Est et le Nord Est sont encore des belles zones à couvrir tout comme le Centre et l’arc Atlantique. Pour s’implanter, il faut compter une zone de chalandise de 60 000 à 70 000 foyers. Nous visons des zones commerciales avec une surface idéale de 300 à 400 mètres carrés.

Le secteur de la cuisine vous intéresse ? Avant de vous lancer en franchise, consultez la fiche thématique en cliquant ici.

Camille Boulate

Camille Boulate


Plus d'informations sur ce réseau :

cuisine plus

CUISINE PLUS

35 ans après avoir démocratisé la cuisine équipée en France, Cuisine Plus continue sa montée en gamme. L’enseigne affirme avec un message fort « Sortez des standards » sa capacité à personnaliser à l’infini les projets cuisine de ses clients.

  • Apport :
    40000
  • Implantation :
    50

Voir la fiche enseigne


Sur le même thème