Analyses Bordeaux,,,Aquitaine,France,-,11,05,2021,:,Joueclub

JouéClub : “Depuis la fin août, l’enseigne affiche une hausse d’activité de 20 % !”

, par Nicolas Monier

Le secteur du jouet qui réalise 50 % de son chiffre d’affaires sur les trois derniers mois de l’année fait face aux difficultés d’approvisionnement dues aux embouteillages dans le transport maritime. Une situation qui n’inquiète pas Jacques Baudoz, président du groupement coopératif. Explications et perspectives.

Tout d’abord, quelle est la situation actuelle ? On évoque des risques de pénurie qui pourraient durer ?

Nous sommes à + 20 % de stock par rapport à la même période de l’année dernière. On évoque les questions de stock mais ce sont plutôt les problèmes d’acheminement qui congestionnent le marché. Nous avions anticipé cette conjoncture en passant très en amont les commandes aux fournisseurs. Il n’y aura pas de ruptures mais des retards ou des décalages ponctuels. Nos adhérents ont passé, dans un premier temps, dès avril dernier, leurs commandes à notre centrale d’achat, correspondant à 100 % de leur besoin de stock. Puis en mai, nos adhérents ont planifié les livraisons pour chacun de leur magasin auprès des différents fournisseurs partenaires.

PLUS D’INFORMATIONS : Ouvrir une franchise dans le secteur des jouets

Le secteur du jouet se porte bien. Combien comptez-vous aujourd’hui de magasins ?

Nous avons aujourd’hui, à date, 300 points de vente. Nous sommes sur un rythme de 10 ouvertures par an. En 2021, pour l’instant, six magasins ont vu le jour. Depuis la fin du mois d’août, l’enseigne est à + 20 % d’activité.

Quel profil de candidat recherchez-vous ?

Il faut avoir impérativement l’esprit coopératif et collectif. C’est plus que nécessaire. Nous signons un contrat moral avec nos adhérents. Il n’y aucune redevance prélevée sur le CA. La coopérative est simplement commissionnée sur les achats réalisés par l’intermédiaire de la centrale. Au sein du conseil d’administration, nous retrouvons 14 adhérents qui ont un vrai pouvoir de décision.

À LIRE AUSSI : JouéClub :  “Nous sommes à +20 % de stock par rapport à la même période l’année en 2020” 

L’adhérent est donc vraiment au cœur de la stratégie de l’enseigne ?

Complètement ! Récemment, par exemple, nous avons mis en place des groupes de travail pour faire évoluer l’enseigne vers de nouvelles problématiques digitales, commerciales ou encore sociétales. Ces groupes sont constitués d’une véritable task force d’une vingtaine d’adhérents, âgés de 30 à 40 ans, fins connaisseurs du marché de jouet. Parmi les projets, la seconde main que JouéClub est en train de tester dans quatre magasins pilotes. Cela doit être un engagement clé en matière de RSE. Qui plus est, le marché de la seconde main progresse fortement depuis plusieurs années. Avec l’aide de notre réseau, nous cherchons les meilleures solutions pour nos clients et nos magasins, afin de définir la meilleure organisation à proposer à l’ensemble de nos adhérents.

Avec des notions de proximité que l’on retrouve également dans la politique de l’enseigne ?

Plus que jamais ! Nos adhérents et leurs équipes ont participé à la création de notre catalogue de Noël, diffusé le 6 octobre dernier. Nous ne sortons donc pas un seul et unique catalogue mais 300 unités personnalisées, qui permettent de valoriser les équipes auprès de leurs clients. Nos adhérents sont avant tout des commerçants qui connaissent bien leurs clients. Avec notre catalogue personnalisé, nous renforçons ainsi la proximité avec les consommateurs.

À LIRE AUSSI : L’adhérent au coeur de la stratégie de JouéClub

Quelles ont été les grandes tendances de ce Noël 2021 ?

JouéClub, cette année, mettra en avant, les grandes licences qui séduisent le public. La Pat’ Patrouille pour le premier âge mais également Harry Potter pour les plus âgés ou encore la culture manga avec Naruto et les produits dérivés du jeu vidéo Among Us. Nous serons les seuls cette année à proposer les poupées Bratz [MGA Entertainment] qui fêtent leurs 20 ans. Bien entendu, avec la folie Pokémon, nous allons proposer des coffrets exclusifs très prisés par les collectionneurs. Il faudra également compter sur les intemporels jeux de société ou encore les dinosaures qui ont toujours une forte attractivité chez les enfants. Pour la première fois, cette année, JouéClub va s’adresser directement aux adultes en sortant, en décembre prochain, un catalogue dédié au “kidult”, nouveau segment de marché proposant de forts leviers de croissance.

À LIRE AUSSI : Jouets : les magasins contribuent à la bonne santé du secteur

Le digital prend également de plus en plus de place ?

Il est important d’associer pleinement les différents magasins à la communication de l’enseigne. Outre des live shopping qui se tiennent deux fois par mois, au niveau national, à partir de début octobre et ce jusqu’à fin décembre, certains adhérents JouéClub ont également ouvert des comptes TikTok pour faire vivre leur magasin. Avec un certain succès. Le digital représente désormais 15 % de l’activité de notre enseigne.

Quels investissements sont nécessaires pour pouvoir ouvrir un magasin ?

L’investissement global dépend de la taille du point de vente, il faut considérer l’agencement du magasin au concept JouéClub, environ 250 euros le m2, et un stock de départ d’une valeur minimum de 100 000 euros. Nos adhérents référents et la coopérative appliquent un protocole d’accompagnement des nouveaux magasins qui garantit la réussite. n

Avatar

Nicolas Monier
Journaliste


Sur le même thème