Analyses Assorted,Candies,In,The,Candy,Store

À Pâques, le marché du chocolat semble avoir retrouvé des couleurs

, par Nicolas Monier

La dernière campagne pascale aura fait mieux qu’en 2019. De quoi motiver les candidats à la franchise désireux de se lancer après une année blanche.

Les derniers chiffres révélés par NielsenIQ sont assez encourageants. Le tout premier confinement strict avait plombé le secteur qui, selon l’institut d’études, avait enregistré “27 % de ventes en moins lors des 6 semaines de la campagne pascale 2020”. Plus grave encore durant l’année écoulée, “47% des marchandises étaient encore en stock après le lundi de Pâques.” Autant dire que les porteurs de projet avaient légitimement de quoi freiner des quatre fers avant de se lancer dans un secteur hautement saisonnier. Mais force est de constater que les derniers chiffres laissent apparaître de très bonnes tendances. Les Français semblent ne pas avoir boudé leur plaisir.

“2021 révèle donc, sans surprise, en forte croissance pour la grande consommation et pour les chocolats saisonniers (+48%) en particulier, et les ventes de ces derniers atteignent même un niveau dépassant celui de 2019, avec un chiffre d’affaires supérieur de 9%”, remarque NielsenIQ.

À LIRE AUSSI : Devenir franchisé dans un secteur saisonnier : soyez prévoyant pour minimiser les risques

Si l’institut d’études ne détaille pas le chiffre des enseignes en franchise, elle donne néanmoins un état des lieux assez précis pour la grande distribution. De quoi extrapoler sur une tendance générale de marché qui s’inscrit à la hausse. Sur les segments hyper, super, drive et proxi, le dernier CA généré par les chocolats de Pâques a été de 318 millions d’euros contre 215 millions d’euros en 2020 et 291 millions d’euros en 2019. “Après une édition 2020 à oublier donc, les ventes ont logiquement rebondi très fortement, tant en supermarchés qu’en hypermarchés. À contrario, les ventes ont faibli dans le circuit drive : ce dernier avait fortement bénéficié, entre mars et mai, de reports en provenance des magasins physiques l’an passé”, note NielsenIQ. Dans le détail, l’évolution pour les hypermarchés de moins de 7500 m2, entre 2021 et 2019, s’inscrit à la hausse (+ 8 %). De même pour les supermarchés de moins de 2 000 m2, la progression a avoisiné les 5 % tandis que la proxi urbaine et le drive ont respectivement affiché des croissances de 20 % et 143 %.

2021, meilleure campagne sur les 3 ans

L’institut d’études que la campagne des 6 semaines précédant le lundi de Pâques monte crescendo. Le point culminant arrivant lors de dernière semaine, cette dernière représentant la moitié du CA réalisé. Comme le note NielsenIQ, Pâques 2021 demeure incontestablement la meilleure campagne des trois dernières années. “Cette édition réussie des chocolats de Pâques confirme en tout ce que suggèrent les derniers classements (références les plus vendues, meilleurs lancements 2020…). Covid-19 ou pas, la gourmandise et les achats plaisir gardent en effet une place à part dans l’alimentation des Français. Ces derniers manifestant en parallèle leur volonté de mieux manger”, conclut NielsenIQ

À LIRE AUSSI : Coronavirus : les chocolatiers tentent de limiter la casse pendant la période de Pâques

Avatar

Nicolas Monier
Journaliste


Sur le même thème