Analyses Format WEB  (43)

Coiffure : le secteur ne retrouvera pas son niveau d’activité d’avant-crise en 2021

, par Camille Boulate

Dans sa note annuelle, l’Union nationale des entreprises de coiffure (Unec) fait le bilan de l’année 2020 et se projette sur les mois à venir. Sans surprise, les chefs d’entreprise du marché de la coiffure ont été fortement impactés. Et malgré les bonnes performances post-confinements, l’activité ne retrouvera tout de suite son niveau d’avant-crise.

Le marché de la coiffure se remet doucement des longs mois de fermeture qui ont impacté le secteur en 2020. C’est le constat de l’Union nationale des entreprises de coiffure (Unec), qui publie sa note annuelle concernant les chiffres de l’année 2020. Sans surprise, le marché accuse une baisse de 19,5 % de son chiffre d’affaires en valeur, par rapport à 2019. “L’année 2020 a été particulièrement difficile pour les entreprises de coiffure. Jugées non essentielles en 2020, elles ont subi de plein fouet le premier confinement de printemps puis le second du mois de novembre 2020”, analyse l’Unec.

À LIRE AUSSI : Coronavirus : le secteur de la coiffure réclame la suppression d’un trimestre de charges 

Nouvelles habitudes

Malgré une reprise plus qu’encourageante à l’issue du premier confinement en mai 2020, 6 chefs d’entreprise sur 10 de ce secteur affirmaient enregistrer une baisse significative de CA entre mai et août 2020. En cause notamment les nouvelles habitudes prises par les clients lors du premier confinement, un espacement des visites ou encore la généralisation du télétravail “moins propice à l’entretien régulier de sa coupe ou de sa couleur”, affirme l’Unec. À cela s’ajoutait évidemment le climat anxiogène dû à l’épidémie mais aussi l’annulation de nombreuses cérémonies ou fêtes familiales qui ont freiné fortement la consommation des services de coiffure.

À LIRE AUSSI : Addict Paris vous offre un salon de coiffure clé en main

Une année 2021 encore impactée

Malgré sa capacité de rebond lors des périodes post-confinement, le marché peine à renouer avec la croissance en 2021 et à retrouver ses performances d’avant la crise. En effet, même si les salons de coiffure ont été considérés comme commerce essentiel depuis le début de l’année et n’étaient donc plus concernés pas les restrictions de fermeture liées à l’épidémie, un certain nombre de sites situés en galeries commerciales fermées ont été tout de même à l’arrêt, impactant logiquement les performances du marché. Plus globalement, l’Unec estime que la consommation et le visitorat sont restés fortement affectés en ce début d’année. Selon les chiffres de l’Union des entreprises de coiffure, un grand nombre d’entreprises reste confronté à une baisse d’activité par rapport à 2019.

“Il est désormais certain que le secteur ne retrouvera pas en 2021 le niveau d’activité d’avant-crise”, affirme l’Unec.

Pour autant, les chiffres dévoilés ne semblent pas si alarmants. En effet, d’après l’étude mensuelle du mois de juin, si un tiers des dirigeants se disaient inquiets ou très inquiets quant à l’avenir de leur entreprise, 60 % des répondants estimaient avoir retrouvé leur niveau de chiffre d’affaires de juin 2019.

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème