Analyses marché-occasion-officiel-de-la-franchise-observatoire-cetelem

Produits d’occasion : 85 % des consommateurs estiment indispensable l’offre de seconde main

, par Camille Boulate

Selon le dernier baromètre publié par l’Observatoire Cetelem, les préoccupations liées à l’économie circulaire deviennent prégnantes pour les consommateurs. Bonne nouvelle pour les enseignes : elles sont perçues comme légitimes pour proposer ce type d’offre. Explications.

L’Observatoire Cetelem a dévoilé, ce jeudi 27 janvier, les résultats de sa nouvelle étude réalisée à l’échelle européenne. Les attentes des consommateurs dans 17 pays ont ainsi été sondées, soit au total plus 15 000 répondants. “À l’échelle de la France, ce sont plus de 3 000 personnes qui ont été interrogées”, détaille Flavien Neuvy, directeur de l’Observatoire Cetelem. De manière globale, l’étude s’est intéressée sur le moral des ménages. Premier enseignement : en 2022, malgré la crise sanitaire et économique, le moral est à la hausse, passant de 4,7/10 (2021) à 5,4/10. Sur la situation personnelle également, les Européens sont plutôt optimistes. La moyenne globale ayant augmenté de 0,5 points (6,2 en 2022 vs 5,7 en 2021).

“Quand on regarde les intentions de consommer, là aussi on voit que les Européens sont plutôt enclins à dépenser, note Flavien Neuvy. 41 % déclarent ainsi vouloir augmenter leurs dépenses cette années, soit une hausse de 7 points”.  Parmi les pans de marchés qui sont plébiscités par les consommateurs, logiquement les voyages et les loisirs arrivent en tête.

À LIRE AUSSI : Cash Express passe au vert

Pouvoir d’achat sous tension

Toutefois, malgré cet optimisme global, des zones d’ombre sont bel et bien présentes. Comme le pouvoir d’achat qui est considéré en baisse. Ainsi, 86 % des Européens estiment que les prix ont, d’une façon générale, augmenté (+17 points). En France, 87 % des répondants sont du même avis.

“Il y a parfois une différence entre la perception et la réalité. Mais nous avons analysé les dépenses des ménages. On se rend compte que tout ce que l’on appelle les dépenses engagées et contraintes (loyers, prêts, dépenses liées à l’éducation, aux services de téléphonies, assurances, etc.) pèsent désormais plus de 40 % du budget des Français contre 35 % en il y a 30 ans, détaille Flavien Neuvy. Clairement, cela renforce ce sentiment de baisse de pouvoir d’achat car les Français, une fois toutes ces charges payées, se rendent comptent qu’ils ont moins de reste à vivre.”

Toutefois, l’Observatoire Cetelem insiste sur des aspects sociétaux et culturels qui ont évolué. “Il y a 30 ans, tout ce qui était lié aux abonnements téléphoniques, à la télévision sur abonnement n’existait pas. Aujourd’hui, cela fait clairement partie des usages, représentant des budgets parfois conséquents sur l’année”, ajoute Flavien Neuvy.

À LIRE AUSSI : Avec Everso, Easy Cash veut rendre le marché de l’occasion plus premium

La seconde main, tendance pérenne

Mais l’un des enseignements de ce nouveau baromètre reste la place que prend l’économie circulaire dans la façon de consommer des Européens. “En 2013, dans l’une de nos études, nous parlions de consommation alternative. Aujourd’hui, c’est clairement une tendance qui prend racine”, annonce Flavien Neuvy. Pour autant, quand les Européens sont interrogés sur l’économie circulaire, seuls 25 % des répondants déclarent en avoir entendu parler et savoir expliquer de quoi il s’agit. Des différences notables sont à noter entre les pays.

En effet, seuls 9 % des Slovaques, 11 % des Tchèques ou encore 15 % des Polonais semblent avoir connaissance de cette nouvelle tendance. À contrario, 29 % des Allemands, 26 % des Norvégiens, 28 % des Français ou encore 36 % des Italiens semblent être au fait de ce mode de consommation.

Malgré cette méconnaissance, 85 % des Européens estiment que l’économie circulaire jouit d’une bonne image. Parmi les raisons principalement citées : cela permet de préserver l’environnement et les ressources naturelles (85 %), de développer des produits et process de fabrication innovants (82 %) et de créer des emplois (75 %). À l’inverse, 65 % des répondants estiment que cela coûte cher, certains procédés de recyclage étant très couteux, 45 % pensent qu’il s’agit d’un marché encore peu réglementé, n’inspirant pas confiance et enfin 35 % jugent que l’économie circulaire est un effet de mode.

Plus d’informations : Ouvrir une franchise sur le marché de l’achat-revente de produits d’occasion

Gain de pouvoir d’achat

Mais de manière globale, au niveau européen, les répondants estiment que la démocratisation de l’économie circulaire (produits d’occasions, location et réparation de produits) permet de dépenser moins (75 %) et de gagner de l’argent (78 %). D’ailleurs, réaliser des économies reste le principal argument qui conduit à acheter des produits d’occasion pour 52 % des consommateurs européens. Pour 36 % des répondants, il s’agit également d’un moyen pour adopter un bon comportement afin de préserver les ressources et l’environnement.

“L’aspect économique est une motivation absolument centrale, confirme Flavien Neuvy. Et quand on demande aux sondés ce qu’ils feront de cet argent économisé, 52 % disent qu’ils le mettront de côté. Pour ceux qui vont le dépenser, 71 % indiquent vouloir faire un achat nécessaire. On remarque donc la notion très utilitariste.”

Aussi, l’Observatoire Cetelem s’est penché sur les vendeurs de produits d’occasion. Et les enseignements sont riches. Car sur les 12 derniers mois, près d’un tiers des consommateurs européens (24 %) vendent au moins une fois par mois des produits d’occasion. Un chiffre qui atteint 70 % si on inclut les personnes pratiquant la vente de produits de seconde main plusieurs fois par an.

“C’est une pratique clairement installée. Quand on analyse les comportements par tranche d’âge : les jeunes consommateurs sont les plus friands de cette pratique. Cela signifie que, pour les années qui viennent, il y aura une très forte progression de cette tendance”, affirme Flavien Neuvy.

En moyenne, la vente de produits de seconde main permet aux consommateurs européens de gagner 77 euros par mois. Sur les 18-34 ans, cela peut grimper jusqu’à 103 euros mensuels. Des sommes non négligeables et qui montrent le potentiel de marché si vous souhaitez devenir franchisé sur le marché de l’achat-revente de produits d’occasion !

À LIRE AUSSI : Happy Cash :  “J’ai incarné un inventeur  primé au concours Lépine !” 

Enjeux de réassurance

Ce contexte de marché posé, quels sont les acteurs qui en ressortiront gagnants ? Si les pure-players comme Vinted ou encore Back Market tirent leur épingle du jeu, les enseignes ont, elles aussi, leur mot à dire. Elles sont de plus en plus nombreuses à investir le marché. On le voit, depuis plusieurs mois, tous les secteurs d’activité s’essaient à la location ou à la vente de produits de seconde main. Decathlon, JouéClub ou encore Auchan et Gémo, pour ne citer qu’eux. L’Observatoire Cetelem montre d’ailleurs que pour 57 % des répondants, les produits proposés par les enseignes et les marques répondent le mieux à leurs attentes, plutôt que ceux vendus par des particuliers.

“Cela veut dire que les marques et les enseignes sont légitimes aux yeux des consommateurs pour investir ce marché et proposer des produits de l’économie circulaire. C’est donc très encourageant pour les acteurs traditionnels du commerce”, estime Flavien Neuvy.

Aussi, 41 % des acheteurs souhaitent privilégier une enseigne ou un magasin (physique ou en ligne) spécialisé dans la seconde main pour acquérir un produit. Plus globalement, les consommateurs perçoivent les enseignes qui vendent des produits de seconde main de manière très positive. Pour 86 % des répondants, il s’agit en effet d’une façon pour la marque d’être innovante et de penser de nouvelles manières de recycler. 85 % estiment aussi que c’est indispensable pour l’avenir et 82 % avancent que cela témoigne d’un engagement des marques pour préserver l’environnement.

“C’est un véritable levier à activer pour les enseignes”, concède Flavien Neuvy.

En revanche, l’un des enjeux auquel devront répondre les retailers est de pouvoir combler les attentes en termes de qualité et de garantie espérées par les utilisateurs. En effet, pour les réfractaires aux produits de seconde main, 30 % des répondants estiment ne pas faire confiance à ces références car non garanties. “Cette réassurance du consommateur est un véritable enjeu. Les grands gagnants du marché seront ceux qui y seront parvenus”, estime Flavien Neuvy.

À LIRE AUSSI : Réseau à la Une : Easy Cash, s’adapter pour mieux performer 

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème