Analyses Montessori-Baby-Trees99

Baby Trees : « Nos franchisés doivent avant tout avoir une vraie passion pour la petite enfance »

, par Fabien Soyez

Elie-Laurent Lago, co-fondateur et responsable réseau de Baby Trees revient sur son concept de crèches bilingues français-anglais, articulées autour d’un projet Montessori.

 

Quel est le concept de Baby Trees ?

Nos micro-crèches ont pour particularité d’être bilingues (français-anglais). Avec ma femme, nous avons créé Baby Trees en décembre 2014, après un constat simple : les places en crèches sont chères (avec 300 000 sont non pourvues en France, il s’agit d’un vrai parcours du combattant pour les jeunes parents), et la pédagogie proposée y est souvent limitée. Grâce à l’expérience que mon épouse a acquise en Angleterre dans un établissement Montessori, nous avons mis au point un projet pédagogique autour de cette méthode d’apprentissage et du bilinguisme français-anglais.

L’idée est de permettre aux enfants d’appréhender les rudiments de l’anglais (certains en ressortent bilingues), et d’accompagner l’enfant vers l’autonomie – à travers une démarche éducative déclinée dans tous les aspects de notre fonctionnement (activités, programmes individualisés). Au sortir de la crèche, les enfants sont en général bilingues et beaucoup plus autonomes que les autres.

 

Pourquoi déclinez-vous désormais votre concept en franchise ? Et quels profils visez-vous ?

Si nous nous lançons dans la franchise, c’est parce que nous voulons développer autant que possible notre concept, afin de permettre aux familles de bénéficier de notre pédagogie exclusive. Pour cela, il nous faut multiplier les structures : or, le moyen le plus rapide de déployer un projet comme le nôtre, c’est de recruter des affiliés. Nous sommes franchiseurs depuis mars 2019. Nous avons à l’heure actuelle 3 établissements (en propre, accueillant environ 60 familles), à Strasbourg, et 3 contrats de franchise sont en cours de signature – en Alsace, en région parisienne et dans les Dom-Tom.

Notre politique est assez ouverte, pourvu que notre projet soit partagé par le candidat, car il est destiné au bien-être des enfants. Plus que des compétences, nous sommes ainsi en quête de savoirs-être. Nous recherchons des personnes qui ont un vrai attrait pour la petite enfance. Nous ne leur demandons pas de qualifications spécifiques, ni une maîtrise de la langue anglaise : il faut simplement qu’elles soient passionnées par la petite enfance et aient une appétence à vouloir travailler avec les jeunes enfants. Parmi la centaine de candidats qui nous ont déjà approché, nous comptons essentiellement des individus en reconversion professionnelle – notamment des mamans voulant trouver des solutions pour leurs enfants et ceux de leur quartier, et des salariés en quête de sens. Tous ont une vraie passion pour la petite enfance, partagent notre vision du métier et la démarche pédagogique proposée.

Pour être directeur de crèche, pas besoin d’être diplômé du secteur de la petite enfance. Nous accompagnons les futurs franchisés, en leur proposant une formation de deux semaines, réparties sur deux séances, afin qu’ils puissent prendre connaissance du quotidien du chef d’entreprise dans la petite enfance.

 

Concrètement, quel type de contrat proposez-vous au franchisé, et quels savoir-faire lui transmettez-vous ?

Nous proposons un contrat d’affiliation, avec exclusivité territoriale. Le droit d’entrée est de 20 000 euros (HT), et l’apport est également de 20 000 euros. L’investissement global dépendra d’un seul paramètre : le montant des travaux dans le local que les futurs affiliés trouveront. À ce sujet, les emplacements souhaités pour nos micro-crèches sont des communes d’au moins 20 000 habitants, des zones urbaines ou péri-urbaines, et les locaux doivent avoir une dimension de 120 m² minimum, avec une entrée de plein pied, ainsi qu’un jardin ou un espace extérieur. Nous pourrons nous porter acquéreurs des locaux. Si les travaux sont conséquents, le projet peut monter jusqu’à 120 000 euros, et dans le cas contraire, l’investissement total sera de 40 000 euros.

La formation (en interne) que nous proposons permet à l’affilié d’acquérir les méthodes de travail et les notions nécessaires en marketing, en commerce, en gestion et en RH, mais nous proposons aussi de nombreux outils pour faciliter ces tâches. Nous proposons aussi aux affiliés une formation à la méthode Montessori (auprès de professionnels de la petite enfance), ainsi qu’une immersion dans les crèches du groupe afin de la voir à l’œuvre. Au total, les candidats sont formés pendant 1 mois.

Montessori-Baby-Trees23

 

De quels avantages et de quel accompagnement bénéficieront vos franchisés ?

Les démarches administratives pour ouvrir une crèche ne sont pas toujours évidentes : nous sommes là pour les guider. Nous sommes aussi un accélérateur pour pouvoir monter le projet et ensuite optimiser la gestion au quotidien. Rejoindre Baby Trees en tant que franchisé, c’est ainsi bénéficier de nombreux avantages. D’abord, un suivi étroit de notre part, avant l’ouverture de la crèche, et tout au long de la vie de l’entreprise. Nous proposons un accompagnement à l’ouverture (aide au choix d’un local, validation de l’implantation par une étude locale du marché, création de plans 3D…), un accompagnement financier et une aide à la recherche de fonds, un suivi des travaux et une aide à l’organisation de l’espace de la crèche.

Ensuite, pendant l’exploitation de la structure, au quotidien, nous fournissons une assistance au recrutement, une formation du personnel (comptant au moins une personne anglophone) à notre méthode pédagogique, une gestion administrative et comptable simplifiée au maximum (grâce à des logiciels de suivi, de comptabilité et de facturation), et des outils pédagogiques exclusifs. Nous mettons aussi à disposition des franchisés les outils marketing et de communication du groupe.

 

Quels sont vos objectifs de développement ?

Forts de notre expérience et des outils que nous avons développés pour faciliter la gestion du projet et permettre aux affiliés de se consacrer pleinement à la démarche pédagogique de leurs crèches, nous projetons sereinement de nous déployer sur l’ensemble du territoire français. Concrètement, nous espérons recruter entre 7 et 10 franchisés par an, dans toute la France. La moyenne du secteur est de 7 par an, mais nous considérons que notre concept est extrêmement porteur. Il fait écho tant auprès des candidats que des familles : en 3 mois, nous avons déjà reçu des centaines de demandes.

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème