Analyses edh_vivid

Citéclaire, réseau de distribution de solutions d’éclairages, veut allumer toute la France

, par Julie Falcoz

Le réseau de distribution de solutions d’éclairages aux collectivités publiques souhaite recruter 70 franchisés d’ici 2021, à raison d’un par département.

 

Créée il y a 7 ans, en franchise depuis 2018, Citéclaire vend des systèmes d’éclairage à des collectivités publiques : lampadaires, mobilier urbain connecté et autonome, intérieur et extérieur des bâtiments pour les mettre en valeur.

Nous sommes un intégrateur. Cela signifie que nous partons du besoin du client pour ensuite faire fabriquer auprès de 15 fabricants du monde entier, explique Jean-Yves Roux-Levrat, directeur général délégué de Citéclaire. Nous pouvons modifier leurs produits standards. C’est presque du sur-mesure.

Pour se développer, l’enseigne veut être présente sur tout le territoire pour être au plus près des décisionnaires dans les institutions ciblées. Pour cela, un franchisé est attribué par département. L’objectif est d’atteindre 70 franchisés d’ici 2021, sachant que pour les départements à faible activité économique, il est possible d’en prendre plusieurs, jusqu’à trois zones.

 

Ni droit d’entrée, ni royalties

Si Citéclaire propose bien un contrat de franchise, avec notamment la remise d’un DIP, le réseau ne demande ni droit d’entrée, ni royalties. “En conformité avec notre démarche RSE, nous avons opté pour une relation partenariale avec nos franchisés inscrite dans un business Model Gagnant –Gagnant. 

Outre des obligations de respects de la marque et des règles des relations avec l’éco-système, la seule obligation que nous imposons est d’être exclusivement votre fournisseur”, indique le réseau. Le franchisé a ainsi obligation d’acheter tous les produits chez Citéclaire, qui se rémunère en prenant une marge entre le prix de revient et le prix de cession, qui représente 10 à 14 %. À noter que le franchisé prend également une marge de distribution.

Pour les franchisés, nous proposons un catalogue extrêmement complet de services optionnels comme la formation ou encore la comptabilité”, précise Jean-Yves Roux-Levrat. Le profil recherché ? “Un vendeur dans l’âme, avec une certaine capacité à entrer en relation avec les autres. Des contacts dans la sphère publique peuvent être un plus pour avancer plus vite”, conclut-il.

 

 

 

Avatar

Julie Falcoz
Journaliste


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires