Se lancer en franchise web-off-formation-speedburger-2018

L’accompagnement comme crédo chez Speed Burger

, par Camille Boulate

Articulée autour d’une partie théorique et pratique, la formation chez Speed Burger dure un mois. Mais l’enseigne adapte son programme en fonction des profils des candidats. L’objectif : donner toutes les bases nécessaires aux franchisés pour qu’ils soient opérationnels le plus vite possible.

 

Chez Speed Burger, la formation s’étale sur plusieurs semaines. “Au total, le cursus dure un mois”, précise Marius Gaudard, responsable du développement au sein de l’enseigne. Intégré au montant du droit d’entrée (20 000 euros HT pour les restaurants couvrant une zone de plus de 70 000 habitants et 12 000 euros HT pour les autres), le cursus de formation est adapté au candidat et à son projet. Mais que vous soyez issu du secteur ou non, sa durée restera inchangée. “C’est une formule à la carte. Notamment pour le côté théorique, où l’on fait un point sur la réglementation sociale, sur la gestion du personnel, etc., indique Marius Gaudard. Ce volet peut durer une journée comme trois selon le vécu et les connaissances du candidat.” La phase pratique reste la plus importante pour l’enseigne, qui entend former ses futurs franchisés à tous les postes. “C’est notre premier objectif. Le franchisé doit connaître tous les métiers de son point de vente. De la mise en place, à la production, en passant par l’accueil client au comptoir ou par téléphone et la préparation des commandes, il doit tout maîtriser”, explique Marius Gaudard.

 

Une formation sur mesure

Découpée en différents modules, la partie pratique de la formation a donc été pensée pour enseigner les principaux savoir-faire de tous les métiers présents dans un restaurant Speed Burger. “À chaque fois que le futur franchisé est sur un poste et qu’il a compris son fonctionnement, on passe à la suite, insiste Marius Gaudard. Au total, la formation pratique dure une vingtaine de jours et se déroule dans notre unité pilote, près d’Angers. Si à la fin de cette phase d’apprentissage, nous constatons que le candidat n’est pas prêt, nous n’hésitons pas à rallonger le temps de formation.” Ainsi, au terme du processus, les futurs franchisés devront savoir tenir leur restaurant, mettre en place les services, réceptionner les marchandises mais aussi se servir des outils de production comme la friteuse. “D’autres choses devront être maîtrisées comme les recettes de la carte, la connaissance des produits mais aussi des cuissons, ajoute le responsable de formation. Des choses essentielles qu’ils devront savoir transmettre à leurs collaborateurs.”

La polyvalence avant tout

Chez Speed Burger, la polyvalence reste donc le maître-mot. Et l’enseigne recherche avant tout des personnes qui voudront et sauront s’impliquer au quotidien dans leur point de vente. “Nous ne recherchons pas des investisseurs ou ne plébiscitons pas la multifranchise, admet le responsable du développement. Car quand on n’est pas présent dans son commerce, cela devient vite compliqué.” Il est primordial pour l’enseigne que le franchisé soit le plus souvent dans son restaurant. “Connaître l’ensemble des postes est très important, surtout pour pouvoir former les autres membres de l’équipe”, rappelle Marius Gaudard. D’ailleurs, les futurs collaborateurs peuvent également suivre le cursus proposé par l’enseigne. “Sans coût supplémentaire pour le franchisé (excepté le déplacement et le logement sur place), nous pouvons les accueillir au sein de notre unité pilote, explique Marius Gaudard. Généralement, la formation est plus condensée puisque les futurs salariés ne viennent pas toute la durée du cursus mais sur les modules qui sont relatifs à leur poste.” Au démarrage, le franchisé est également accompagné pendant une vingtaine de jours mais qui ne sont pas forcément consécutifs. “C’est plutôt un accompagnement sur le long terme. Le formateur peut revenir à la demande du franchisé s’il a besoin de revoir certains aspects du cursus”, précise le responsable de la formation. Et une fois opérationnel, le franchisé peut continuer à faire appel à l’enseigne pour toujours plus se perfectionner puisque plusieurs modules de formation complémentaires ont été déployés sur différentes thématiques (gestion, management, etc.)

Accompagner vers la performance

Mais les franchisés ne sont pas toujours capables de déterminer leurs besoins de formation ou ceux de leurs équipes. Tout simplement parce qu’ils sont focalisés sur le bon fonctionnement de leur affaire. “C’est pour cela que nos animateurs passent le plus régulièrement possible au sein de nos restaurants, toutes les six semaines environ”, assure Marius Gaudard. Quand les animateurs s’aperçoivent que quelque chose cloche au sein d’un restaurant comme la non-maîtrise des process ou des équipes peu performantes, ils aiguillent systématiquement le franchisé vers une formation complémentaire. “Contractuellement, cela a un coût pour le franchisé de 600 euros par jour. Mais c’est surtout pour ne pas qu’il y ait des abus, concède Marius Gaudard. Jusqu’à présent, nous n’avons jamais facturé les jours de formation en plus. Nous préférons avoir des équipes qui performent. En revanche, si nous sommes amenés à intervenir beaucoup auprès d’un franchisé parce qu’il y a par exemple beaucoup de turnover, c’est que le management n’est peut-être pas bon. Et c’est là-dessus que l’on va agir.”

gplus-profile-picture

Camille Boulate


Sur le même thème