Se lancer en franchise Leonidas

Léonidas, une formation ancrée dans le terrain

, par Chloé Goudenhooft

Développée en France autour de master-franchisés, l’enseigne Léonidas articule sa formation sur le terrain, autour de ces partenaires référents. L’idée consiste à faire vivre, aux futurs franchisés, l’expérience du réseau au sein même des boutiques. Néanmoins, l’enseigne réfléchit à développer des modules plus théoriques, notamment avec son Académie, créée en janvier.

Dans l’enseigne de chocolat Léonidas, originaire de Belgique, la formation s’adapte au pays d’exploitation. En France, elle prend principalement la forme de deux semaines de stage. “Cette séquence permet d’initier les franchisés à la vie de la boutique”, synthétise Antoine Warein, directeur France de Léonidas. Le réseau s’organise autour de master-franchisés qui travaillent comme revendeurs et deviennent les relais des partenaires de la marque dans l’Hexagone. Pour cette raison, les master-franchisés sont aussi la pierre angulaire de la formation initiale des nouveaux entrants dans le réseau, c’est chez eux que se déroule cette phase de la formation. Chaque futur franchisé est envoyé chez le responsable de sa future région d’implantation. L’enseigne compte trois master-franchisés. Michel Ktorza, dirigeant de la société Davico, gère les franchisés du Nord de la France, de l’Est et du Centre. Guy Violier, à la tête de KKO situé à Lyon, s’occupe quant à lui de la région Sud-Est. Enfin, la région Sud et Grand-Ouest, qui s’étend jusqu’aux Sables d’Olonne, est sous la gestion de Jean-Claude Lebas, qui détient Choc’holding. “La maison-mère que je représente occupe le rôle de master-franchisé et de revendeur pour la Bretagne et le Nord de la France”, précise Antoine Warein. La maison-mère, en plus de son champ d’action autour des franchisés de sa région, se charge des succursales.

 

Présence en boutique

Pour le directeur France, cette organisation présente des avantages et, il le reconnaît, quelques inconvénients. “Le franchisé est assuré de se confronter aux problématiques locales de sa future zone et d’avoir en face de lui un acteur qui connaît sa zone de chalandise, les partenaires au niveau des bailleurs et tout ce qui mène à la réussite d’un magasin dans la région. Néanmoins, il y a une limite au fait de se référer à un porte-parole sur une région géographique : la formation de Bordeaux peut être différente de celle de Lyon.” Chaque master-franchisé est en effet libre d’appliquer sa propre politique de formation auprès des partenaires qu’il doit gérer.
Lors de ces deux semaines, le but est de laisser les nouveaux partenaires découvrir le merchandising de l’enseigne. “Ils apprennent ainsi tout ce qui concerne la partie conditionnement. Ils voient comment travailler une composition, réaliser des paniers garnis et tout ce qui a affaire au côté manuel. La préparation des produits, la mise en rayon, la connaissance des gammes de produits aussi, car nous avons une partie bonbon avec les pralinés, mais aussi toute une série de produits complémentaires tels que le chocolat chaud ou d’autres activités annexes.”

 

Belle histoire

À l’occasion de leur présence dans la boutique, les futurs entrepreneurs se familiarisent avec la gestion des stocks, qui n’est pas évidente avec des denrées périssables. “Compte tenu de la taille de nos boutiques, deux à trois collaborateurs par point de vente suffisent. Il n’y avait pas vraiment besoin de formation sur la partie management d’équipe. Tout ce qui concerne la saisonnalité de l’activité, la communication sur la zone de chalandise, la définition d’objectifs est abordée avec le master-franchisé sur le terrain.” Chacun recommande d’ailleurs son propre logiciel ou système de réseau informatique. Il n’y a pas de système de caisse commune.
Pour compléter cette partie pratique par de la théorie, une plate-forme d’e-learning a été lancée il y a un an et demi pour permettre à chaque futur partenaire de se former deux heures chez lui. “Nous leur proposons un module de présentation de l’enseigne. Ils peuvent faire la découverte à la fois de la filière du chocolat et de son processus de fabrication, et tout ce qui concerne la partie chimie-produit en quelque sorte.” Le programme porte également sur l’histoire de la marque avec les différentes étapes de son évolution : sa fondation en 1913 à Bruxelles, son extension en Belgique, France, Angleterre, Chine, etc. “Nous leur racontons la belle histoire de la marque !, précise le directeur France. Nous abordons ces thématiques plus corporate sous forme de vidéo notamment.” À l’issue des deux heures, une séance de mini-quiz est organisée par l’enseigne pour vérifier que les connaissances ont bien été assimilées. Le choix de diffuser ces informations par un site Web est strictement pratique. “C’est comme une salle de cours virtuelle, précise Antoine Warein. Cela évite de bloquer les partenaires qui sont probablement pris par des travaux ou autres en leur imposant une session le lundi de 14 heures à 16 heures, par exemple.”

Léonidas Académie

L’ensemble de cette formation est inclus dans le droit d’entrée, cela fait partie de l’intégration du nouveau partenaire, aux yeux de l’enseigne. En revanche, tous les frais liés notamment au logement du franchisé lors des deux semaines de stage sont à sa charge.
Néanmoins, pour parfaire certains aspects théoriques, et pour répondre à la demande du réseau, l’enseigne a créé la Leonidas Académie France, centre de formation nomade créé en janvier 2016 et qui a obtenu un numéro d’agrément, ce qui permet aux franchisés de financer leur formation par le biais des Opca (Organismes paritaires collecteurs agréés). Leur tarif est de l’ordre de 350 euros. “La Léonidas Académie propose un catalogue de cursus portant sur les techniques de vente, le comportement en magasin, ou les notions de produit et de merchandising, sur les réglementations, comme les taux de TVA, l’étiquetage…” Ces journées sont pensées pour être dispensées en région, chez les master-franchisés, pour éviter les déplacements et les frais supplémentaires. “Les idées de ces formations sont issues des remontées du terrain par les animateurs master-franchisés.”

gplus-profile-picture

Chloé Goudenhooft
Journaliste pour L'Officiel de la Franchise


Plus d'informations sur ce réseau :


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires