Se lancer en franchise Yellow Korner

Yellow Korner met la priorité sur les rencontres

, par Marie Roques

Si Yellow Korner a mis en place un système très souple pour l’organisation de ses formations, les franchisés doivent néanmoins assister à une partie théorique au siège de l’enseigne et une partie pratique au sein de la galerie principale située en plein cœur du Marais à Paris. Rencontres, échanges et sources d’inspiration sont les maîtres mots des différentes sessions.

L’enseigne de galeries spécialisées dans la photographie d’art, Yellow Korner, fête ses 10 ans cette année. “Concrètement, la marque a vu le jour en 2006, souligne Laurent Perry-Spencer, son directeur du développement. Nous nous sommes ouverts à la franchise en 2010.”
Aujourd’hui, le réseau compte 25 unités en France, dont 13 en commission-affiliation et 45 à l’international. “Pour être tout à fait précis, nous proposons un contrat de commission-affiliation, indique Laurent Perry-Spencer. L’affilié ne finance pas le stock, le franchiseur assume cet aspect. Il s’agit d’un avantage pour le partenaire surtout au moment de l’investissement et pendant toute la durée du contrat.” L’enseigne compte poursuivre son développement en France et en Europe. “Il s’agit de notre home market, appuie le directeur du développement. Quasiment la moitié de notre budget d’ouverture est fait sur ce territoire.” Yellow Korner a également des ambitions ailleurs dans le monde comme en Asie et compte se développer fortement en Amérique du Nord.

 

Souplesse garantie

Pour accompagner son développement en France le spécialiste de la photographie d’art recherche des partenaires ayant un vrai profil entrepreneurial mais aussi une bonne compréhension d’un modèle financier et des notions de gestion. “Il est aussi essentiel d’être bien intégré professionnellement à son territoire d’implantation, précise le responsable du développement du réseau. De plus, si l’on ne demande pas à nos partenaires d’être des érudits de la photographie d’art, il est essentiel d’avoir une appétence pour les produits.”
Dans cette perspective, Yellow Korner propose, à ses futurs partenaires, une formation très complète. “Sachant qu’ils sont accompagnés assez vite dans l’avant-projet, note Laurent Perry-Spencer. Nous allons les assister dans la préparation du business plan, le choix de l’emplacement ou encore dans le rétroplanning d’ouverture.”
Il faut également savoir que la formation se déroule selon les disponibilités du partenaire. L’enseigne est très souple sur ce point. Pour autant, “la formation est rigoureusement obligatoire et les candidats la trouvent essentielle pour bien démarrer leur activité”, assure Laurent Perry-Spencer.

 

S’imprégner de l’univers Yellow Korner

La formation se compose d’une première partie qui comprend l’enseignement initial. Elle dure entre deux et quatre semaines, toujours en fonction des disponibilités du partenaire. Elle se déroule avant l’ouverture pour que le candidat “puisse s’immerger de l’univers Yellow Korner.”
Le premier volet est placé sous la responsabilité du responsable de réseau et dure une petite semaine. L’objectif de ces quelques jours est de donner la possibilité aux partenaires, non seulement de s’imprégner de l’univers de l’enseigne mais aussi de rencontrer différents interlocuteurs. Pour cela, les nouveaux chefs d’entreprise doivent se rendre au siège de Yellow Korner, situé rue des Francs-Bourgeois à Paris. “Avant de démarrer l’activité, il est essentiel de rencontrer des hommes, de voir des visages”, constate Laurent Perry-Spencer.
Pendant ce premier temps, le responsable de réseau va essentiellement présenter les produits Yellow Korner, les règles d’exposition au sein d’une galerie et donnera l’opportunité aux franchisés de rencontrer des photographes de passage dans les locaux, et d’échanger avec eux pour mieux comprendre leur travail. “Cela peut donner l’occasion à un partenaire d’approfondir un univers”, constate Laurent Perry-Spencer.
Vient ensuite la formation pratique réalisée en immersion dans la galerie principale de Yellow Korner également située rue des Francs-Bourgeois à Paris. “Il y a aussi la possibilité d’être itinérant et de passer dans deux ou trois galeries parisiennes, précise le responsable du développement. L’objectif étant de se mettre en situation, et toujours de se familiariser avec la marque.” Les participants pourront également, au cours de cette session, découvrir le système d’information Yellow Korner, le fonctionnement de la caisse, la prise et le passage de commande de photos, avec notamment le système du click and collect.

 

Sur-mesure

Les partenaires sont également invités, au sein des galeries à échanger avec le public amateur de photo. “C’est important de se jauger avant l’ouverture”, plaide Laurent Perry Spencer. Cette partie pratique dure entre dix jours et trois semaines et demie, toujours selon les disponibilités des partenaires. “Nous privilégions les formations longues, mais pour des raisons pratiques, tout le monde ne peut pas rester aussi longtemps.”
Vient ensuite le temps de la formation continue une fois que le franchisé a ouvert sa galerie. Les sessions concernant les nouvelles procédures de fonctionnement, les nouveaux formats ou finitions de photos sont régulièrement organisées. “Nous planifions également des séances lorsque nous lançons un nouvel univers, ajoute Laurent Perry-Spencer. Il est nécessaire de pouvoir s’imprégner des nouveautés mises en place.” Si la formation initiale, comprise dans le droit d’entrée est obligatoire, la formation continue est vivement recommandée. À noter qu’elle n’est pas payante.
Yellow Korner propose aussi un accompagnement sur des sujets spécifiques aux franchisés que ce soit au niveau local ou encore pour des montées en compétences sur certains points comme le discours autour des univers ou encore sur le processus de vente.

gplus-profile-picture

Marie Roques
Journaliste pour L'Officiel de la Franchise


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires