Se lancer en franchise absence

Comment gérer un abandon de poste

, par Camille Boulate

Un salarié qui ne se présente plus au travail et ne donne aucune nouvelle : cela vous arrivera sûrement dans votre vie de franchisé. Mais sachez que ces situations peuvent se résoudre assez rapidement et parfois même être anticipées.

 
Être chef d’entreprise n’est pas un long fleuve tranquille. Il peut vous arriver que, du jour au lendemain, l’un de vos collaborateurs ne se présente plus sur son lieu de travail. Si un tel cas de figure se présente, ne paniquez pas et reposez-vous sur vos équipes présentes pour pallier cette absence dans un premier temps. “Mais si au bout de deux ou trois jours votre salarié ne s’est toujours pas manifesté, malgré vos relances, il faut agir notamment en envoyant un courrier d’avertissement puis une mise à pied et enfin déclencher la procédure de licenciement”, souligne Caroline Morizot, dirigeante du cabinet de conseil CM Franchise.

 

Soyez en contact avec les agences d’intérim

Si l’abandon de poste intervient toujours quand on s’y attend le moins vous pouvez en revanche l’anticiper un maximum. “En créant un lien avec les agences d’intérim de votre secteur géographique et en leur envoyant les types de postes que vous êtes amenésà rechercher”, indique Caroline Morizot. Une façon de pouvoir réagir rapidement en cas d’absence prolongée d’un de vos salariés. Car se reposer sur vos collaborateurs déjà en place, c’est bien mais cela comporte des limites. Notamment parce que cela implique la polyvalence de tous les membres de vos équipes. “Par exemple, si vous travaillez dans la restauration, il est difficile de dire à quelqu’un en cuisine de passer en salle et vice versa”, prévient Caroline Morizot.

 

Sollicitez le franchiseur

Mais quoi qu’il en soit, relativisez et profitez de cette période pour faire le point sur les tâches qui étaient confiées à ce salarié. “Surtout quand la personne est depuis longtemps dans l’entreprise. Voyez donc cette épreuve comme l’occasion de repartir sur un nouveau recrutement et n’hésitez surtout pas à solliciter votre franchiseur ainsi que les autres membres du réseau qui ont pu être confrontés à la même situation et donc peuvent vous aider”, conseille Caroline Morizot.

Par ailleurs, jetez également un œil au manuel opératoire que le franchiseur a dû vous remettre lors de votre arrivée. Celui-ci vous donne plusieurs outils pour vous soutenir dans le recrutement (contrats type) mais également dans les procédures pour vous séparer du collaborateur absent. “Il doit y avoir des modèles de lettres de mise à pied, de licenciement etc. Mais le mieux reste de pouvoir négocier avec votre salarié afin d’éviter une longue procédure. S’il est dans l’échange, privilégiez le dialogue en proposant par exemple une rupture conventionnelle”, précise Caroline Morizot.

 

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème


Vos réactions (7)

  1. Benoit, le

    Voici mon histoire (au seins d’une association culturelle)
    Un employé intervenant à temps partiel (2 fois par semaine) ne se représente pas après son congé (Noël). Peu avant, il nous avait parlé qu’il partait passer ses vacances avec son amie à la neige. (5 ans sans jamais une absence)
    Notre premier réflexe a été de l’appeler par téléphone, chez lui et sur son portable et, aucune réponse malgré les messages.
    Ayant son adresse, nous nous rendons chez lui, aucune réponse et son véhicule est garé dans la rue… Nous laissons un mot dans sa BAL. Après quelques jours, nous recevons un appel de ses parents qui s’inquiètent de ne pas avoir eu de nouvelles et nous les informons de la situation.
    Au final, il s’est avéré que cette personne s’était pendue à son domicile suite à une rupture amoureuse.
    Mon conseil, dans un cas similaire et sans nouvelle de votre employé, n’hésitez pas à donner une alerte (Pompier etc…) avant de penser aux procédures. Préoccupons nous , avant tout, du coté humain. Dans les autres cas, il y a souvent des signes (humeur, absences, mésentente entre collègue etc…) et on peut le prévoir ou du moins ne pas être surpris quand cela arrive.

  2. Vanessa, le

    Au-delà de la dimension « humaine », je suis plus que surprise par la réponse juridique : « il faut agir notamment en envoyant un courrier d’avertissement puis une mise à pied et enfin déclencher la procédure de licenciement ».
    En fait, il faut surtout envoyer une mise en demeure de justifier les absences et ensuite convoquer à un entretien préalable. Mettre en mise à pied quelqu’un qui n’est déjà pas là ne sert strictement à rien.
    Et aucun intérêt de négocier avec quelqu’un dont on s’est assuré au préalable qu’il ne veut plus venir. Une procédure simple et correcte permettra de régler la situation sous environ 3 semaines.
    Signé, une RH

  3. laurent, le

    le commentaire de camille était suffisant :
    « Mais si au bout de deux ou trois jours votre salarié ne s’est toujours pas manifesté, malgré vos relances »
    Robert et Marianne , en parfaits donneurs de leçons , n’en ont pourtant pas tenu compte ! …sans doute aveuglés par leur idéologie moralisatrice

  4. Camille Boulate, le

    Bonjour,

    Effectivement, l’idée de l’article était d’apporter un éclairage au niveau du droit et de donner des conseils afin de palier l’absence d’un salarié dans l’urgence. Mais il va de soi, qu’avant d’engager une quelconque procédure, il faut s’assurer que son collaborateur ne rencontre pas une difficulté.

    En tous cas, merci pour votre vigilance.

  5. Pierre, le

    cet article concerne un point de droit. Un employeur qui néglige cette dimension peut être ennuyé par la suite. Les déserteurs de poste sont rarement des accidentés mais plutôt des personnes qui ne respectent pas le lien contractuel. C’est ainsi. rien n’empêche l’employeur d’intervenir positivement par ailleurs si son employé est bloqué pour raison de force majeure.
    prenons les choses dans l’ordre.

  6. Robert, le

    Quel terrible éclairage sur le monde moderne. Lorsqu’un salarié ne se présente pas et ne donne pas signe de vie, on s’inquiète D’ABORD de son sort. Il y a de quoi s’inquiéter quant à l’humanité des animateurs et rédacteurs de ce site.

    1. Marianne, le

      Entièrement d’accord avec vous Robert, je trouve cet article choquant dans son point de vue unilatéral.

Répondre à Pierre Annuler la réponse.

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires