Points de vue d'experts Financement franchise partenaires

Comment bien financer votre création d’entreprise

, par La Rédaction

Les banques accompagnent très volontiers la franchise, c’est un modèle qui a fait ses preuves. En France, les banques se sont structurées pour accompagner son développement, le financement des franchisés et se sont dotées d’un pôle Franchise. Par Florence Soubeyran, responsable Commerce et Franchise Banque Populaire chez BPCE

 
Pour bien préparer la phase du financement de sa création d’entreprise, il faut connaître le montant moyen d’investissement requis pour s’installer avec la franchise choisie, ce sont des informations que l’on trouve aisément sur les sites spécialisés en franchise ou sur les sites des franchiseurs. Pour 73 % des franchisés l’investissement est inférieur à 200 000 euros.

Une fois le montant total des investissements requis pour la création de l’entreprise déterminé, on peut établir le plan de financement. Les investissements sont financés par les apports personnels du porteur du projet et le recours au financement bancaire incluant parfois du crédit-bail.

En général, le niveau d’apports personnels requis varie entre 20 % et 40 % de l’investissement global.  Ce pourcentage d’apport personnel est la part que représentent les économies rassemblées par le porteur du projet sur le montant global de l’investissement (y compris le droit d’entrée à l’enseigne, l’achat du fonds de commerce ou du droit au bail, les travaux d’aménagement, les honoraires divers, la publicité avant ouverture… et le BFR). Il est généralement autour de 30 % pour les activités de commerce. Cas dans lequel le nantissement du fonds de commerce est souvent possible et plutôt autour de 40 % pour les activités de services pour lesquelles les investissements sont majoritairement de nature incorporelle. Il peut être autour de 20 % lorsqu’il s’agit d’un dossier de reprise ou d’un deuxième point de vente, par exemple. Les apports peuvent être complétés éventuellement par des aides à la création d’entreprise type prêt d’honneur.

 

Bien préparer son dossier de demande de financement

Ensuite, un plus est d’avoir choisi un franchiseur qui a mis en place des partenariats avec les pôles Franchise des banques, lesquelles accompagnent très volontiers le financement des bons dossiers. Le parcours sera accéléré car les banquiers interrogés connaissent l’enseigne, le concept, le modèle économique.

Enfin, comme pour tout dossier de création d’entreprise, bien préparer et s’impliquer fortement dans son dossier de demande de financement sont primordiaux. C’est-à-dire en amont dans la réalisation de l’étude du marché de sa zone d’implantation, laquelle va être nécessaire pour la réalisation du prévisionnel d’activité – ou business plan – qui est l’un des éléments clefs des documents présentés au banquier. Ce business plan sera réalisé avec l’expert-comptable, idéalement un expert-comptable qui connaît le modèle de la franchise, et à partir des ratios types qui auront été transmis par le franchiseur. Vous pouvez aussi solliciter une expertise juridique auprès d’un avocat spécialisé franchise en amont pour la bonne compréhension de votre DIP.

Une demande de financement n’est pas décidée du fait des garanties proposées. Le nantissement du fonds de commerce est incontournable, et généralement  la caution du dirigeant parce qu’il s’agit de création d’entreprise – souvent partielle. Les organismes de cautionnement mutuel tels que Socama, BPI France, Saccef ou la Siagi sont également de bons compléments qui permettent de limiter la caution personnelle du dirigeant.

En conclusion, il est important de s’impliquer à chaque étape du projet. Il faut avant tout être convaincu soi-même (on en est que plus persuasif) et bien connaître son projet de création en franchise. Le banquier va étudier la faisabilité d’ensemble et s’attacher à la cohérence globale du projet entre l’entrepreneur, son parcours, son expérience, le marché local, le prévisionnel d’activité… L’expert-comptable peut vous accompagner lors du rendez-vous chez le banquier. Le franchiseur, en revanche, cela n’est pas souhaitable.

 

La Rédaction


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires