Points de vue d'experts Fiducial

Par Olga Romulus, expert-comptable, direction des relations extérieures chez Fiducial.

La recherche de financement pour un futur franchisé

, par La Rédaction

Prêt à devenir franchisé ? Afin de concrétiser cette belle aventure, il faut désormais vous donner les moyens financiers de vos ambitions. Voici quelques conseils pratiques pour que cette quête ne se transforme pas en parcours du combattant … Par Olga Romulus, expert-comptable, direction des relations extérieures chez Fiducial.

Étape n°1 : bâtir son business plan

Le business plan est la feuille de route à trois ans du porteur de projet franchisé et se compose de :
– la présentation du projet et du candidat qui mettra en avant les aptitudes professionnelles du futur entrepreneur ainsi que ses arguments sur le choix de son enseigne ;
– le plan de financement qui met en regard les investissements nécessaires à la réalisation du projet, le besoin en fonds de roulement, et les ressources envisagées ;
– le compte de résultat prévisionnel qui présente les objectifs de chiffre d’affaires sur la base d’une étude de marché réalisée par le futur franchisé, marge, coût de personnel, loyers et frais généraux ;
– la prévision de trésorerie qui découle de ces hypothèses.
Pour l’élaborer, il est recommandé de faire appel à un professionnel, l’expert-comptable, qui proposera au futur franchisé des conseils personnalisés et des simulations pour l’aider à prendre sa décision

 

Étape n°2 : muscler son apport personnel

Le recensement des moyens financiers du futur franchisé est à faire au plus tôt afin d’envisager le niveau d’investissement possible dans le projet. Cet apport personnel devra être réel et disponible pour le créateur, c’est-à-dire sans risque de remboursement non maîtrisé à court terme, et pourra porter sur de la trésorerie ou des biens à nantir.
Pensez à le doper par des aides assimilées à de l’apport personnel comme par exemple :
– les prêts d’honneur : Réseau Entreprendre, Initiative France, Crédits solidaires ;
– les prêts de développement régional aux mesures ciblées (géographie, création d’emplois) ;
– le versement des allocations chômage sous forme de capital (ARCE) pour les demandeurs d’emploi ;
Les prêts d’argent par l’entourage (love money) pour que les prêteurs bénéficient de mesures fiscales comme le crédit d’impôt pour investissement PME.

 

Étape n°3 : faire le tour des banques

La tentation est grande de limiter sa demande de financement auprès de son partenaire bancaire habituel. C’est un bon début, mais ce n’est pas suffisant. Commencez votre prospection par les établissements qui connaissent votre réseau de franchise. La plupart des enseignes ont fait des démarches en ce sens auprès des grandes banques françaises. Cela vous fera gagner un temps précieux et une crédibilité auprès de votre interlocuteur local.
Qualifiez chacun de vos besoins avec un financement approprié :
– Long terme : travaux et investissements liés au concept ;
– Court terme : crédit de TVA sur les investissements, découvert ponctuel, saisonnalité, location financière.
Le cas échéant, envisagez de partager le risque en faisant appel à plusieurs banques. Pensez également à négocier les garanties exigées (caution personnelle, nantissement, …) et les coûts bancaires (taux intérêt, assurances d’emprunteur, commissions, …).
Une bonne solution pour fiabiliser ces démarches reste le recours au courtier en crédit professionnel.

 

Étape n°4 : pensez aux autres financeurs

En dehors du financement bancaire classique, d’autres moyens existent.
L’association peut permettre de compléter un financement avec un associé financeur, dont les termes de la sortie (durée, rémunération) peuvent être envisagés dès le début de la collaboration.
Le recours à des plateformes de crowdfunding rencontre également un succès grandissant.
Enfin, en cas de reprise d’un fonds existant, la location gérance permet de capitaliser pendant quelques années les fruits de son travail avant de le réinvestir

En conclusion, la recherche de financement est un jeu de séduction où le futur franchisé doit affûter ses armes pour convaincre et innover tout en sachant s’entourer des bons conseillers.

 Olga Romulus

Après une expérience professionnelle en grand cabinet d’audit puis à la direction financière d’une société industrielle, Olga Romulus est aujourd’hui expert-comptable au sein de l’équipe du pôle Franchise de Fiducial où elle conçoit et met en œuvre des solutions sur-mesure en comptabilité et gestion d’entreprise pour les besoins spécifiques des entreprises franchisées.

La Rédaction


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires