Bonnes pratiques Monsieur Store

Christophe Laurut, franchisé Monsieur Store à Montelier.

“Le bouche-à-oreille compte dans notre métier”

, par Audrey Pelé

Christophe Laurut est franchisé Monsieur Store à Montelier (26). Ce gérant, qui a une expérience commerciale certaine, a ouvert son point de vente par goût du défi. L’appui de son réseau lui a permis de réussir son lancement et son franchiseur l’aide aujourd’hui dans son quotidien*.

Avant d’ouvrir un point de vente Monsieur Store dans la Drôme, Christophe Laurut avait travaillé pendant dix ans dans le secteur de la menuiserie en franchise. “J’avais deux concessions et je gérais 15 salariés. Mon activité marchait bien mais je recherchais un nouveau challenge et je voulais évoluer vers une offre de produits plus large.” En octobre 2013, il ouvre donc sa boutique Monsieur Store qui propose notamment à la vente des stores, pergolas, ainsi que des fenêtres. En amont de l’ouverture, une opération de communication a été organisée grâce à son franchiseur. “Nous avons distribué un petit journal qui me présentait avec l’offre du magasin à plus de 30 000 exemplaires dans un rayon de 30 kilomètres autour de la boutique”, explique le gérant. Un outil qui lui a permis de réellement faire connaître son point de vente et d’attirer les premiers clients. “Une bonne communication est très importante au départ. Nous avons eu des bons retours et j’ai pu rapidement démarrer mes premières ventes.”

 

Bien choisir ses produits

Pour démarrer son activité, il a pu choisir sa marchandise via les fournisseurs de son franchiseur. “En amont, il est essentiel d’anticiper, explique-t-il. Il faut cibler les produits que l’on souhaite présenter aux clients dans la salle d’exposition pour que le magasin ne soit pas vide le jour J. Il faut avoir à l’esprit qu’il y a des délais de fabrication et de livraison.” Il conseille d’ailleurs aux futurs franchisés de choisir des éléments phares de la marque. “L’exposition des produits c’est notre vitrine.”
Et bien sûr, les premières commandes doivent être irréprochables. “Tout doit être carré dès le début. Nous devons expliquer très clairement nos prestations aux clients et bien sûr respecter les délais de livraison. Le bouche-à-oreille compte dans notre métier. Nous avons d’ailleurs un système de parrainage qui permet aux clients qui nous amènent un filleul de bénéficier de promotions.”

 

Des réunions avec les autres franchisés

Dans son quotidien, le franchisé travaille avec son épouse qui s’occupe de la partie administrative et de l’accueil commercial. De son côté, Christophe Laurut gère notamment la vente chez les clients. “Dès le démarrage de mon activité, j’ai fait le choix de m’appuyer sur un commercial, ce qui représente un coût. Mais j’ai dû m’en séparer car les résultats escomptés n’étaient pas au rendez-vous. Il faut savoir faire vite marche arrière”, explique le gérant. Il a été amené à faire lui-même de la prospection commerciale, du porte-à-porte et la visite de salons, par exemple.
Pour l’aider dans son quotidien, le gérant peut s’appuyer sur les conseils d’un autre franchisé Monsieur Store proche de son point de vente et qui est son parrain attitré pendant un an après l’ouverture. “Il est là pour suivre mon activité. Je l’ai surtout appelé au démarrage mais il m’arrive encore de le contacter.” Le franchisé peut également compter sur l’appui de son franchiseur. “Nous pouvons participer à des réunions régionales trois à quatre fois par an pour échanger avec les collègues des départements d’à côté. Nous discutons des problématiques que nous rencontrons et des bonnes pratiques que nous mettons en place. Ces moments d’échanges nous apportent beaucoup. Il ne faut pas rester isolé.”

 

*Article publié dans le numéro de décembre-janvier 2015 de L’Officiel de la Franchise.

gplus-profile-picture

Audrey Pelé
Journaliste pour L'Officiel de la Franchise


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires