Bonnes pratiques Accompagner stage immersion

Accueil d’un candidat en stage : entre prudence et transmission

, par Julie Tadduni

Il arrive fréquemment que des candidats à la franchise fassent des stages d’observation au sein du réseau. L’occasion pour le franchisé de faire part de ses bonnes pratiques et d’exposer la réalité du métier. Toutefois, il faut veiller à bien organiser cette immersion*.

Accueillir un candidat à la franchise au sein de votre point de vente, dans le cadre d’un stage d’observation, est une étape clé pour celui qui intègrera peut-être bientôt le réseau, mais aussi pour vous qui allez devoir le prendre en charge. Un stage qu’il ne faut pas négliger et bien préparer en amont. “Avant d’accepter quoi que ce soit, il faut demander des détails à la tête de réseau, conseille Laurent Delafontaine, co-fondateur d’Axe Réseaux, membre du Collège des experts de la FFF. Le franchisé doit s’assurer qu’une clause de confidentialité a été signée, ainsi qu’une clause de non débauchage du personnel. En effet, si le candidat trouve l’un des vendeurs du franchisé qui l’accueille très performant, il n’aura pas le droit de lui proposer de travailler dans sa future unité.” Ensuite, exigez aussi une convocation précise ou seront notés les horaires et les modalités du stage, une sorte de feuille de route.

 

Le candidat doit savoir rester à sa place…

Une fois que le futur franchisé sera dans vos locaux, vous pourrez reprendre point par point les éléments présents sur sa convocation, afin d’organiser au mieux ses journées. “Rappelez-lui qu’il est là en tant que spectateur. Ainsi, il ne devra pas interpeller les clients et le personnel”, rappelle Laurent Delafontaine. Commencez ensuite par une visite détaillée du magasin en lui expliquant l’agencement qui a été fait. Vous pourrez ensuite lui présenter les outils mis à disposition par le franchiseur. “Entre temps, laissez-lui le temps d’observer, de prendre des notes, suggère le co-fondateur d’Axe Réseaux. Profitez ensuite de la pause déjeuner pour effectuer un premier débrief. Vous vous exposez alors à deux types de questions. Celles directement liées au concept, et celles qui vont toucher au contrat, au franchiseur… Évitez de répondre à la seconde catégorie, c’est à la tête de réseau de le faire. De même, s’il vous demande combien vous gagnez, communiquez lui des ratios métier et non des chiffres personnels qui ne lui apporteront pas beaucoup d’informations.” Pour lui, il y a plus de valeur ajoutée à se cantonner à expliquer le concept, sa mise en œuvre et les difficultés que vous avez pu rencontrer au lancement. En outre, Laurent Delafontaine ajoute qu’il ne faut pas transmettre de documents au stagiaire. “Ils doivent être communiqués par le franchiseur. Il ne faut pas perdre de vue que la personne en face de vous n’a pas encore signé. Elle n’a pas à connaître les marges qui sont effectuées sur les tarifs par exemple.” Une fois l’expérience terminée, sachez également rester objectif.

 

… et le franchisé aussi

À l’issue du stage, le franchiseur sera certainement curieux de savoir si l’expérience a été positive ou non. Toutefois, ne vous posez pas en juge. “Une fois, un franchisé m’avait expliqué que le stagiaire lui avait demandé comment ne pas déclarer la totalité de son chiffre d’affaires… C’est le genre d’informations qui doit arriver aux oreilles du franchiseur, rapporte Laurent Delafontaine. Cependant, il est important de ne pas se placer dans un rôle de recruteur. Ce n’est pas le travail du franchisé. C’est pourquoi au lieu de savoir ce qu’il a pensé de son stagiaire, il faudra plutôt lui demander comment s’est passée l’expérience.” Ne vous attardez pas sur des détails ou sur la personnalité du candidat, mais plutôt sur son intérêt pour le réseau et ses capacités à devenir un bon franchisé.

 

*Article publié dans le numéro de mars 2015 de L’Officiel de la Franchise.

gplus-profile-picture

Julie Tadduni
Journaliste Web et community manager pour L'Officiel de la Franchise


Sur le même thème