Bonnes pratiques recrutement franchise

J’ai recruté un proche… et je le regrette

, par Julie Tadduni

Lorsque l’on prend les rênes d’une entreprise, il peut paraître tentant de recruter un membre de son entourage. Si cela peut être l’occasion de tendre la main à une personne compétente, l’aventure peut parfois mal tourner.*

“Et si tu travaillais pour moi  ?” L’intention qui se cache derrière cette proposition est louable. Franchisé, vous êtes à la tête de votre point de vente et souhaitez recruter un proche, que ce soit parce que vous rêver de travailler ensemble ou encore pour tendre la main pendant une période de chômage. Toutefois, il peut arriver que l’on regrette amèrement cette proposition parce que la personne en question n’est pas à la hauteur de la tâche demandée, ne travaille pas correctement ou fait régner une mauvaise ambiance. Que faire une fois que l’on s’est engagé ?

 

Établir des bases solides

Avant même de proposer à un membre de son entourage de travailler pour soi, il faut mûrement y réfléchir. Il est exclu de prendre cette décision sur un coup de tête, au détour d’une conversation”, recommande Ludovic Martin, coach de managers et dirigeants.
Une fois que vous aurez pesé le pour et le contre, si vous souhaitez vous lancer, il est primordial de faire les choses de manière relativement formelle, comme pour un candidat au recrutement classique. “Vous ne devez pas hésiter à rappeler au salarié qui vous est familier que les contextes professionnel et privé sont deux choses différentes. Ainsi, vous pouvez effectivement lui proposer de travailler pour vous de manière informelle, mais ensuite, convoquez-le à un entretien d’embauche, comme tout autre demandeur d’emploi. Pendant ce rendez-vous, indiquez-lui qu’il n’aura aucun traitement de faveur et que sur place, vous serez le patron”, conseille le coach.

 

Proche, ou pas tant que ça ?

Même en prenant toutes ces précautions, si la situation n’est pas satisfaisante, deux cas de figure se présentent à vous. Il faut expliquer point par point ce qui ne convient pas, sans pour autant vous culpabiliser. Après cela, si vous ne constatez aucun changement de sa part et que la personne est encore en période d’essai, vous pourrez et devrez mettre fin à son contrat. Une étape difficile. “Lorsque l’on fait une telle proposition à un membre de son entourage, il faut tout de suite imaginer cette situation. S’il ne fait pas l’affaire, vous devrez agir, avec tout ce que cela implique.
En revanche, si votre proche a validé sa période d’essai, difficile de rompre son contrat. Mais dans les deux cas, le dialogue reste la solution et il faut veiller à ne jamais le rompre. “S’il n’y a plus de communication vous pouvez, en plus d’un salarié, perdre un ami ou un membre de la famille. Soyez prudent, mais restez ferme. Convoquez la personne en question, dites-lui ce qui ne va pas, ce que vous attendez précisément d’elle et écoutez ce qu’elle a à vous dire. Peut-être ne se sent-elle pas bien au sein de l’entreprise et n’ose pas vous en informer directement”, suggère Ludovic Martin. Si vous êtes suffisamment liés, le membre de votre entourage devrait être capable de comprendre ce qui ne fonctionne pas dans votre collaboration. “Si ce n’est pas le cas, à moins d’une erreur de la part du chef d’entreprise, il faut se poser la question de savoir dans quelle mesure vous étiez proches…

 

*Article publié dans le numéro du mois d’avril de L’Officiel de la Franchise.

gplus-profile-picture

Julie Tadduni
Journaliste Web et community manager pour L'Officiel de la Franchise


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires