Bonnes pratiques signature_contrat_officiel_franchise

Comment relever le niveau en orthographe de vos collaborateurs

, par Camille Boulate

Il peut vous arriver d’être confronté à des collaborateurs mauvais en orthographe. Selon le secteur d’activité dans lequel vous évoluez, cela peut avoir un véritable impact négatif pour l’image de votre société…

Faire des fautes d’orthographe ou de grammaire n’est jamais bien perçu. Cela l’est encore moins dans le milieu professionnel car on renvoie une mauvaise image, tant auprès de son employeur, que de ses collègues ou encore des potentiels clients. “Quand on reçoit un écrit avec des fautes, on se pose légitimement la question de la rigueur et de la motivation, analyse Mylène Chaussat, responsable entreprises pour le Projet Voltaire, solution de remise à niveau en orthographe. Ce qui est sous-jacent, c’est la notion de confiance. C’est comme quand on reçoit un candidat en entretien et qu’il a une tache de café sur sa chemise : on se demande si l’on va pouvoir lui confier le poste, s’il est assez sérieux…” Ainsi, pour un chef d’entreprise, l’orthographe peut devenir un enjeu important. La raison ? Les écrits sont de plus en plus nombreux en milieu professionnel.

“En moyenne, on estime qu’un collaborateur peut envoyer 33 e-mails par jour et qu’il passe un quart de sa journée à rédiger des documents”, insiste Mylène Chaussat. Dans le même temps, le Projet Voltaire constate que les jeunes générations maîtrisent moins de règles d’orthographe et de grammaire que leurs aînés. “L’une des explications reste que le nombre d’heures de cours dédiées au français en primaire a diminué de 50 %”, ajoute Mylène Chaussat. Ainsi, une mauvaise maîtrise peut impacter directement ou indirectement l’image de l’entreprise. Face à un devis ou à un menu de restaurant truffé de fautes, le client risque de s’interroger sur le sérieux de la société et/ou du service rendu.

Ne pas stigmatiser

Pour l’entreprise, l’orthographe apparaît donc comme un enjeu important puisqu’elle risque d’impacter directement ou indirectement son image à l’extérieur. Mais alors, comment aborder le sujet avec le ou les salariés concernés ?

“L’orthographe est un sujet douloureux, intime voire tabou pour un adulte”, rappelle Mylène Chaussat. Gardez à l’esprit qu’il faut donc être le plus diplomate possible avec vos collaborateurs pour ne pas les braquer. Ainsi, si vous estimez que leurs lacunes sont préjudiciables pour votre entreprise, abordez le sujet en douceur et proposez de les former. Adoptez un message déculpabilisant et n’hésitez pas à opter pour une formation collective. “C’est une manière de ne pas stigmatiser le salarié concerné. Puis quel que soit son degré de maîtrise, on a tous besoin d’une remise à niveau et cela ne peut être que bénéfique pour l’entreprise”, insiste Mylène Chaussat. Même avis du côté de Caroline Morizot, dirigeante du cabinet CM Franchise, qui conseille d’intégrer le volet dédié à l’orthographe à un processus de formation plus global. “Une équipe a toujours besoin de se former, sur divers sujets. Ce n’est jamais mauvais pour les collaborateurs et cela permet à la personne concernée par les lacunes de ne pas se sentir seule”, précise-t-elle.

Former de manière ludique

Mais il peut arriver que certains membres de votre équipe soient totalement réfractaires à l’idée de suivre une formation dédiée à l’orthographe. “On ne peut pas forcer un collaborateur. En revanche, le franchisé ou le manager peut tenter de le convaincre en mettant en avant l’impact positif que cela aura sur son activité mais aussi sur sa confiance en lui”, indique Mylène Chaussat. De plus, misez sur des formations simples à aborder, accessibles facilement et originales de manière à ce que les salariés n’aient pas forcément l’impression de faire quelque chose de contraignant. “Au sein du Projet Voltaire, nous proposons un module d’une dizaine d’heures qui permet de revoir les 140 règles d’orthographe et de grammaire les plus utilisées. Tout se fait en ligne, de façon ludique et ne demande pas plus d’une quinzaine de minutes”, avance Mylène Chaussat.

Pour Caroline Morizot, le choix du type de formations dépendra surtout des métiers présents dans la société mais aussi de la culture de l’entreprise. “Si les équipes sont habituées à travailler ensemble, une formation collective peut être en effet plus adaptée. Mais si le franchisé opte pour un cursus individuel, il sera nécessaire d’effectuer un suivi des collaborateurs”, assure-t-elle.

Valoriser les progrès

Pour séduire vos salariés et les inciter à se remettre à niveau en orthographe, vous pouvez également miser sur le jeu en organisant par exemple un concours ou bien un quiz interne. Une initiative qu’il est possible de mettre en place avant même de parler de formation. “Cela permet d’amener le sujet de façon décalée, originale et ludique, sans qu’aucun salarié ne se braque ou ne se sente visé particulièrement”, insiste Mylène Chaussat. Par exemple, laisser en salle de pause une boîte de jeu axée sur la thématique de l’orthographe et de la grammaire peut être une bonne idée. “Les salariés vont se challenger, s’interroger et vont remarquer par eux-mêmes quels sont les progrès qu’ils ont à faire”, ajoute-t-elle.

Une manière simple et efficace de dédramatiser les lacunes rencontrées par certains collaborateurs et de les inciter à se remettre à niveau par la suite. “Les formations sont parfois considérées comme barbantes par les salariés. Mettre un système de récompenses (prime, avantages en nature…) est aussi un très un bon moyen de motiver les troupes et de valoriser les progrès de chacun”, ajoute Caroline Morizot.

gplus-profile-picture

Camille Boulate


Sur le même thème


Vos réactions (1)

  1. ajcsu, le

    Personne n’est parfait: La tâche est une action à accomplir, la tache est une salissure. Et ça ne se prononce pas de la même façon.
    A bon entendeur…