Bonnes pratiques En pratique (Officiel de la Franchise)

Franchisés, cet été, faites-vous une place au soleil !

, par Camille Boulate

La période estivale est bien souvent un temps fort de la consommation pour les Français. Côté franchisé, que l’activité soit boostée ou non, il y a des bonnes pratiques à appliquer. Gestion des plannings, des stocks et recrutement des saisonniers… Beaucoup de choses sont à anticiper. Voici quelques conseils pour vous épauler.

Être franchisé, c’est composer avec des périodes d’affluence plus fortes que d’autres. La saison estivale approchant, il est temps de vous demander comment anticiper au mieux les deux mois d’été. “C’est aussi le rôle du franchiseur de cadencer l’activité tout au long de l’année et de transmettre cela au franchisé, rappelle d’emblée Sylvain Bartolomeu, président et dirigeant associé pour le cabinet Franchise Management. La tête de réseau a une organisation et une expérience concernant les périodes hautes et basses par rapport à l’exploitation du concept.” Si vous êtes un jeune franchisé, il peut être intéressant de questionner votre tête de réseau. “Demander à son enseigne un benchmark des franchisés installés dans des zones équivalentes à la sienne peut être un très bon réflexe. Cela vous permet d’analyser comment cela se passe et surtout de voir ce qui se pratique (réduction de masse salariale, vacances imposées, fermeture du point de vente, embauches de saisonniers, etc.). Cela vous donne des pistes de ce qui peut être intéressant d’appliquer lors de votre première saison”, décrypte Emmanuelle Courtet, directrice générale du cabinet Progressium.

À LIRE AUSSI : Devenir franchisé : ne loupez pas vos premiers recrutements

Quel que soit le secteur d’activité dans lequel vous évoluez et la zone géographique où vous êtes implanté, la saison estivale aura forcément un impact sur votre activité. Qu’il soit positif ou négatif. “Les saisons hautes et les saisons basses ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Il est donc important de préparer les périodes d’affluence pendant les moments de creux, conseille Sylvain Bartolomeu. C’est extrêmement important d’avoir une bonne compréhension de son business.” Logiquement, les franchisés situés dans des zones touristiques comme les côtes Atlantique ou Méditerranéenne verront leur activité boostée par l’afflux de touristes Français mais aussi étrangers.

“Certains glaciers, par exemple, vont réaliser la moitié de leur chiffre d’affaires durant les mois de juillet et août”, affirme Emmanuelle Courtet.

Et il n’y a pas que le commerce ou la restauration qui peuvent afficher une hausse de l’activité durant la période estivale. En effet, des secteurs comme les services à personne peuvent être confrontés à un afflux de demandes. Comme en témoigne Davy Rodrigues, multi-franchisé Babychou Services dans le Sud de la France, installé à Cannes, Fréjus et Draguignan. Si les prestations de garde d’enfant à l’année sont logiquement en baisse durant l’été, celles liées à des gardes ponctuelles s’intensifient. “Au fil des années, cela s’est clairement accentué. Nous n’avions pas forcément conscience de ce marché-là avant de nous lancer. C’est aussi ce qui fait la plus-value du franchisé sur sa zone : pouvoir s’adapter à la demande locale, précise le franchisé. Résultat : nous réalisons de très bonnes performances l’été. Quand, au niveau national, l’activité des agences Babychou Services est en baisse sur les mois de juillet et août, nous arrivons à lisser l’activité et de prévoir ainsi la trésorerie pour les mois un peu plus calmes.” Même constat du côté de Sylvain Mazzocco, franchisé Générale des Services à Arcachon. “Notre activité sur ce territoire est soumise à une forte saisonnalité. C’est une cité balnéaire, avec beaucoup de maisons secondaires. Nous avons donc une hausse des demandes sur tout ce qui est prestations de ménage ou de jardinage pendant la période estivale”, insiste le franchisé.

À LIRE AUSSI : Vie de franchisé : évolution du concept, vous n’y échapperez pas !

D’autres réseaux, comme Idéasport, enseigne spécialisée dans les prestations sportives et dans la location de structures à destination des collectivités territoriales ou des associations sportives, réalisent une grosse partie de leur chiffre d’affaires durant la saison d’été. “80 % de notre activité se fait entre les mois d’avril et octobre”, affirme David Abelard, fondateur du réseau qui compte aujourd’hui trois unités. Du côté de Cyril Dubois, multi-franchisé Cyclable installé à Rochefort et La Rochelle, la demande est également accrue durant cette période. “Dès le mois d’avril, nous affichons une hausse de l’activité (+ 30 %) qui ne se replie qu’à partir de fin octobre/début novembre”, explique-t-il. Même constat pour Pierre de Wulf, co-dirigeant de l’enseigne Stratto, située majoritairement sur les aires d’autoroutes. “Nous avons des points de vente qui font 40 % de leur CA durant les mois de juillet et août. Ce n’est pas la majorité de nos restaurants, mais la saison est clairement importante.”

Anticiper et savoir staffer

Face à la hausse d’activité, il est donc primordial d’anticiper, notamment en matière de ressources humaines. Car il faut pouvoir répondre à la demande des clients. “Renforcer temporairement les équipes, avec des saisonniers, s’avère donc essentiel, insiste Laurent Delafontaine, dirigeant et fondateur du cabinet Axe Réseaux. Il est important de sécuriser, au plus tôt ces recrutements.” Dans un contexte global tendu, où les enseignes peinent à trouver de nouveaux collaborateurs, cela peut donc s’avérer compliqué. Notamment dans le secteur du commerce ou de la restauration. “Ce n’est pas toujours évident de trouver des saisonniers, concède Emmanuelle Courtet. Il est donc important d’anticiper au maximum, mais aussi d’être différenciant pour séduire les candidats.” N’hésitez donc pas à commencer, dès le mois de janvier, vos recherches en étant notamment présent dans des salons liés à l’emploi ou en mettant en place des job dating pour trouver les bonnes personnes le plus rapidement possible. “Penser sa stratégie de recrutement très en amont est essentielle, estime Emmanuelle Courtet. N’hésitez pas à travailler avec des étudiants ou des saisonniers sur des périodes courtes, dès le mois de février/mars. Cela permet de tester les profils et de les former au mieux pour qu’ils soient vraiment opérationnels au moment de la saison estivale”, conseille la directrice générale de Progressium. La question du recrutement semble centrale pour l’ensemble des franchisés mais aussi des enseignes que nous avons interrogés dans le cadre de cet article. D’ailleurs, David Abelard nous confiait début avril avoir déjà trouvé quasiment l’ensemble des saisonniers nécessaires pour absorber l’afflux d’activité durant l’été. “Que cela soit au niveau de la tête de réseau que du côté des franchisés, nous avons quasiment tout finalisé, insiste-t-il.

“Nous embauchons des profils d’animateurs ou d’éducateurs sportifs qui s’occuperont de la livraison du matériel ainsi que des animations quand cela est nécessaire.” “Il faut prévoir la masse salariale en conséquence et donc prévoir des vacances décalées pour les équipes”, ajoute de son côté Pierre de Wulf.

À LIRE AUSSI : Réseaux sociaux : 4 conseils pour bien gérer sa présence en ligne

En Pratique (Officiel de la Franchise)

Pour Sylvain Mazzocco, cette année, l’aspect recrutement est une vraie interrogation. Le franchisé, qui entame sa troisième saison estivale, l’admet : “Jusqu’à maintenant, nous suivions la croissance naturelle de l’activité. Nous arrivions à recruter du personnel supplémentaire au printemps, en CDI, ce qui nous aidait à passer la hausse d’activité pendant la période estivale sans aucun souci. Cette année, l’activité globale est stabilisée et nous faisons face à une forte demande pour cet été, constate le franchisé. J’aurais voulu embaucher des personnes en CDD mais je n’y parviens pas. Il nous faut du personnel compétent car la clientèle estivale est très exigeante, mais je ne trouve pas de profils. Le secteur n’attire pas, clairement. Si nous ne parvenons pas à embaucher, nous serons contraints, pour la première fois, à refuser des prestations.” Outre les recrutements de saisonniers, il est aussi primordial d’avoir une bonne gestion des plannings des salariés présents à l’année dans votre entreprise. “Durant les mois d’été, il y a forcément des salariés qui s’absentent pour des congés. Cela s’anticipe et il est donc important d’embaucher des renforts”, explique Cyril Dubois. Surtout, durant la période estivale, il est possible que vous modifiez vos horaires et les jours d’ouverture. Dans ce cas-là, il est primordial de bien communiquer en interne mais aussi auprès des clients.

“Motivez vos troupes et écoutez vos salariés sur leurs besoins. Il faut que tout le monde comprenne l’enjeu de la saison estivale, surtout si celle-ci est clé dans votre business model”, insiste Emmanuelle Courtet.

À contrario, si votre entreprise est située dans un endroit délaissé des Français ou des touristes, certaines décisions peuvent être prises. Par exemple, profitez de cette période de creux pour effectuer votre inventaire, certains travaux de rafraîchissement ou encore réfléchir à de nouveaux services. Cela peut être également le bon moment pour laisser vos salariés partir en vacances. Ou même pour vous, franchisé, de souffler un peu en prenant quelques jours de congés. “Certains franchisés décident de fermer leurs magasins. Pour certains points de vente, en fonction du secteur géographique et de l’activité, cela peut être pertinent. Pour d’autres, il faut éviter. Dans les métiers de la restauration ou du commerce, c’est toujours bon de rester ouverts”, soulève Sylvain Bartolomeu. Et surtout, si sur votre zone tous les concurrents sont fermés, cela peut être judicieux de garder votre point de vente accessible et capter ainsi une nouvelle clientèle. “Si dans une petite ville moyenne vous êtes le seul restaurant ou le seul coiffeur à rester ouvert, cela peut être une aubaine. Les locaux pourront venir ainsi que les gens de passage. Mais pour que cela soit pertinent, il faut communiquer sur ce maintien d’activité”, souligne Emmanuelle Courtet.

Travailler sa communication en amont

L’anticipation est en effet de mise, avant la période estivale, sur la communication. Il est nécessaire de bien prévenir en amont vos clients que vous serez ouverts pendant l’été et que vos prestations, produits ou services seront accessibles. Surtout si vous élargissez vos horaires et diversifiez vos prestations. Davy Rodrigues l’a bien compris. Le franchisé Babychou Services effectue un travail conséquent bien en amont de la période estivale pour démarcher ses futurs clients.

“Nous contactons tous les hôtels, les offices de tourisme ou encore les restaurants pour distribuer des flyers et faire connaître nos prestations. Sur la zone de Cannes, par exemple, cela sera notre première saison. Nous avons débuté ce travail dès le mois de janvier pour que cela soit le plus fluide possible durant l’été”, confie Davy Rodrigues.

Et pour faire part des bonnes pratiques mises en place dans ses agences, Davy Rodrigues participe à la commission créée au sein de son réseau et dédiée à la saison estivale. Pour le franchisé, c’est l’occasion d’échanger sur ce qui fonctionne et ce qui, au contraire, est à éviter. “L’idée est vraiment d’aider les agences qui sont sur des zones saisonnières. Et de prendre en considération toutes les bonnes pratiques”, insiste-t-il. Et le franchisé l’admet : si la période estivale est un moment fort pour lui, elle arrive avant une autre période cruciale pour son activité : celle de la rentrée scolaire. “C’est là toute la difficulté pour nous : préparer une période clé alors que l’activité est déjà intense. D’où la nécessité d’anticiper. Nous commençons à préparer la rentrée de septembre dès le mois de juin en faisant, notamment, le point avec nos intervenants sur leurs envies (volumes horaires, etc.) et en débutant les nouveaux recrutements”, détaille le chef d’entreprise. Autre point primordial aujourd’hui : la constitution des stocks. “Surtout avec les différentes pénuries et la tension mondiale liée à l’Ukraine, insiste Laurent Delafontaine. On voit aujourd’hui des ruptures sur l’huile de tournesol, sur la viande, etc. Cela peut durer. Quand votre secteur est impacté et qu’il vit une période clé durant la saison estivale, il faut sécuriser tout cela et anticiper. Même chose pour le textile.” La question de l’approvisionnement est un aspect qui est également partagé par Cyril Dubois. Le franchisé Cyclable en convient : l’anticipation est plus importante qu’avant. “On réajuste sans arrêt avec les fournisseurs. Avant, nous faisions nos pré-commandes de juillet à septembre pour l’année d’après. Désormais, nous effectuons les commandes de février à mars. Les fournisseurs ayant besoin d’une visibilité la plus en amont possible, notamment à cause des pénuries et de la forte demande sur le secteur”, conclut le franchisé. On le voit bien, pour que la saison estivale soit réussie, l’anticipation reste la clé !

À LIRE AUSSI : Devenir franchisé : 6 conseils pour convaincre votre banquier

 

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème