Bonnes pratiques rue_commercante_Officiel_Franchise

Ma rue devient piétonne

, par Camille Boulate

Si vous êtes un franchisé implanté en centre-ville, il n’est pas impossible que votre rue devienne piétonne. Face à ce changement et aux travaux qui seront engendrés, il va falloir s’adapter. Voici quelques astuces pour aborder cette nouvelle situation.

Trouver un emplacement en centre-ville est toujours une bonne chose. Forte affluence et dynamisme sont généralement au rendez-vous. Mais de plus en plus, les communes engagent de gros travaux d’aménagement pour piétonniser les cœurs de ville. Il n’est donc pas impossible que votre implantation soit un jour ou l’autre concernée par ce changement. “A priori, si votre rue devient piétonne c’est qu’elle était auparavant dédiée à la circulation, analyse Christophe Bellet, fondateur de Gagner en franchise et membre du Collège des experts de la Fédération française de la franchise. Donc cela signifie qu’il y aura une longue période de travaux, entre 4 à 6 mois, avant de profiter des bénéfices de la piétonnisation.”

Anticiper et s’organiser

Bien évidemment, cela va impacter votre chiffre d’affaires. Il faut donc anticiper et se préparer à cette période difficile. “L’une des premières choses à faire est de mesurer la durée des travaux auprès de la mairie”, indique Christophe Bellet. N’hésitez pas à vous allier aux autres commerçants de la rue pour communiquer ensemble sur l’avancement des travaux, notamment sur les réseaux sociaux, et ainsi tenir informée votre clientèle. “D’ailleurs, bien avant le début des travaux, il faut commencer à récolter un maximum de données clients, conseille Laurent Kruch, président du cabinet Territoires & Marketing. Car, une fois l’aménagement de rue terminé, il va falloir faire revenir les consommateurs qui se seront habitués à ne plus venir dans le quartier.” Profitez également de cette période creuse pour agencer différemment votre magasin voire le rénover si cela fait longtemps que vous ne lui avez pas donné un coup de jeune. “Heureusement, vous saurez assez longtemps à l’avance quand commenceront les travaux, ce qui vous laisse le temps de vous adapter et d’anticiper”, assure Laurent Kruch.

Réduire les coûts

Durant cette phase de travaux, il est aussi conseillé de réduire vos coûts au maximum. Par exemple, en minimisant votre masse salariale de façon temporaire. “Vous pouvez aussi essayer de négocier votre loyer pour cette période. Mais cela reste au bon vouloir du propriétaire”, prévient Christophe Bellet. “Proposer de rattraper le retard une fois que les travaux sont terminés et que l’activité aura repris permet généralement de trouver un compromis”, ajoute Laurent Kruch. Rapprochez-vous de la mairie pour savoir si des aides sont allouées pour absorber la perte de chiffre d’affaires. N’hésitez pas non plus à solliciter la banque pour réduire le montant de vos remboursements. “Vous pouvez aussi demander un coup de pouce à la tête de réseau qui pourra baisser ou décaler les redevances”, précise Christophe Bellet. Laurent Kruch l’admet :

“Malheureusement à part serrer les dents, il n’y a pas grand-chose à faire durant cette période difficile”.

En revanche, ce dernier déconseille fortement de s’installer dans une rue si l’on sait d’office que celle-ci deviendra piétonne à moyen ou long terme. “Il ne faut pas se jeter sur un tel emplacement. C’est un pari sur l’avenir et surtout une erreur stratégique, affirme le président de Territoires & Marketing. Car le projet peut évoluer et ne jamais ressembler à ce que vous avez vu au départ. Surtout, si vous y voyez des bénéfices à long terme, il faudra passer une phase longue et difficile de travaux avant de constater les répercussions positives sur votre activité. Et vous ne pourriez ne jamais bénéficier de la piétonnisation car votre affaire peut ne pas y survivre.”

S’adapter aux nouvelles habitudes

Toutefois, pour les commerçants déjà installés avant la validation du projet, le fait que la rue devienne piétonne ne peut être que positif selon les experts. “À la condition que le centre-ville soit dynamique et qu’il y ait les infrastructures en matière de transport en commun et de stationnement, le tout à des prix raisonnables”, précise Christophe Bellet. Et pour inciter les clients à revenir, une fois les travaux terminés, organisez un événement spécifique, comme si vous ouvrez pour la première fois. “Attirer les clients en leur présentant une nouvelle collection, un nouveau service ou si vous avez rénové votre point de vente en présentant le nouvel agencement”, détaille Laurent Kruch. Il va surtout falloir vous adapter aux nouvelles habitudes de consommation qu’entraîne la piétonnisation. “Par exemple en proposant de nouveaux services comme la livraison à domicile, notamment si vous proposez des articles lourds (meubles, caisses de vins)”, souligne Christophe Bellet. Ou bien en vous unissant avec les autres commerçants pour organiser des évènements (portes ouvertes, promotions etc.) et attirer de nouveaux les clients. “Globalement, une rue qui devient piétonne c’est toujours positif. On peut constater entre 10 à 20 % de chiffre d’affaires en plus dans une rue où les véhicules sont interdits, insiste Laurent Kruch. C’est toujours favorable pour l’animation et l’activité.”

gplus-profile-picture

Camille Boulate


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires