Bonnes pratiques salaries

Comment se constituer une équipe de choc

, par Camille Boulate

Quand on s’installe comme franchisé, l’une des principales difficultés reste le recrutement. Que vous souhaitiez embaucher une ou plusieurs personnes, trouver le bon profil n’est jamais simple. Il existe pourtant quelques astuces pour tenter de réduire le risque et essayer de bâtir un lien de confiance rapidement.

 

Recruter peut vite devenir un enfer pour un chef d’entreprise. Même si en tant que franchisé, la tête de réseau peut vous donner un coup de main en vous mettant à disposition des annonces types, des fiches de poste voire en vous proposant des candidats, l’exercice peut devenir un véritable parcours du combattant. “La partie RH est une vraie problématique pour tout le monde, que vous recrutiez une ou plusieurs personnes”, souligne Caroline Morizot, dirigeante du cabinet de conseil CM Franchise et membre du Collège des experts de la Fédération française de la franchise. Pour vous simplifier la tâche, l’une des premières choses à faire est de bien définir le nombre de postes dont vous avez besoin mais aussi les missions pour chacun d’entre eux. “Souvent, un chef d’entreprise va dire qu’il a besoin d’un responsable, d’un conseiller ou d’un commercial. Mais ce qu’il faut déterminer c’est ce que recouvrent ces intitulés”, remarque Christophe Bellet, dirigeant du cabinet Gagner en franchise et membre du Collège des experts de la Fédération française de la franchise.

Pour cela, ne pas hésiter à passer du temps sur la définition du ou des profils est essentiel. “Quelles seront les tâches de l’employé ?” et “quelles qualités recherchez-vous par rapport à ses missions ?” sont les principales questions auxquelles vous devrez répondre au sein de la fiche de poste. “L’annonce doit être vraiment bien définie, souligne de son côté Fabien Pansa, franchisé La Mie Câline à Lille (Nord). Il est essentiel de bien délimiter la fonction et les compétences que vous recherchez. Vous gagnerez ainsi du temps en entretien et vous pourrez pendant celui-ci vous atteler à mieux connaître la personne.” De son côté, Caroline Morizot estime que dénicher les bons profils est aussi possible grâce à vos relations. “Faire de bonnes annonces c’est bien, mais les meilleurs salariés sont ceux que l’on vous recommande, que vous trouverez via votre réseau. Donc il ne faut pas négliger ce vivier”, estime-t-elle.

 

Misez sur des collaborateurs polyvalents

Au démarrage, si votre activité nécessite un effectif réduit, misez sur des collaborateurs polyvalents. “Notamment si vous ne devez recruter qu’une seule personne, c’est primordial”, conseille Christophe Bellet. Mais cela dépend aussi et surtout du secteur d’activité dans lequel le franchisé va évoluer. Par exemple, si vous vous lancez dans la restauration, il est évident que vous allez devoir embaucher une dizaine de personnes dès le démarrage. “Et dans des postes plutôt spécialisés comme le service en salle ou la cuisine”, ajoute Christophe Bellet. En revanche, si le secteur de la restauration reste l’un de ceux où il est compliqué de recruter ce n’est pas le seul. Sur des marchés de niche, comme la réparation de stores, les franchisés peuvent peiner à dénicher les bons profils.

 

equipe
 

“Vous aurez besoin de techniciens réparateurs, ce qui n’est pas simple à trouver, surtout si vous souhaitez des personnes opérationnelles tout de suite, explique Christophe Bellet. Les commerciaux sont également difficiles à dénicher. Généralement, s’ils sont bons et efficaces, ils sont déjà en poste…” De son côté, Caroline Morizot estime qu’en tant que franchisé il y a nécessité d’avoir des équipes polyvalentes. “Il est toujours conseillé de ne pas mettre les personnes dans des cases et de leur demander une aptitude à pouvoir dépanner en cas de coup dur ou d’activité intense. Surtout au démarrage de l’activité”, précise-t-elle.

 

Une relation de confiance

Demander de l’engagement et de la polyvalence de la part de ses salariés nécessite une contrepartie de la part du franchisé. Il faut, au maximum, responsabiliser et impliquer ses collaborateurs dans le développement de l’activité. “C’est primordial. C’est grâce aux équipes que l’entreprise va se développer. C’est du gagnant-gagnant et cela se fait sur tous les postes”, insiste Caroline Morizot. N’hésitez donc pas à communiquer sur les réussites mais aussi les échecs de l’entreprise. “Souvent, les franchisés font de la rétention d’information sans le vouloir. Ils se disent que ce sont des choses que leurs collaborateurs ne doivent pas savoir par peur de les stresser”, précise Caroline Morizot. Au contraire, sans pour autant tout dévoiler, il est conseillé de communiquer régulièrement avec ses équipes. Si votre chiffre d’affaires est en hausse, félicitez vos salariés. “Les managers ont malheureusement plus de facilités à pointer ce qui ne va pas, déplore Christophe Bellet. Pourtant, savoir dire ‘bravo’ crée une dynamique d’équipe.” Pour motiver et impliquer ses salariés, un franchisé peut aussi organiser des sorties d’équipes, renforçant ainsi l’esprit de groupe. “Cela peut se mettre en place dès le début et permet de souder les effectifs, de les fidéliser et de les motiver”, précise Caroline Morizot. “On peut avoir un degré d’exigence et créer un esprit de groupe”, ajoute Christophe Bellet.

Bâtir une relation de confiance avec les collaborateurs passe aussi par leur formation dès leur arrivée. “La définition même du management, c’est former, déléguer puis contrôler, rappelle Christophe Bellet. La formation est une étape essentielle, qu’elle soit dispensée par le franchisé ou la tête de réseau.” Il faut donc bien prendre le temps d’expliquer à vos salariés quelles sont les valeurs de votre entreprise, quels sont les clients et ce que vous attendez d’eux. “Le souci majeur des franchisés, c’est qu’ils veulent un collaborateur opérationnel tout de suite, admet Caroline Morizot. Or, les bonnes équipes se construisent quand on accorde le temps de formation et d’intégration nécessaire.”

 

Se séparer des mauvais profils

Se constituer une équipe de choc, c’est parfois tomber sur les mauvais profils et savoir s’en rendre compte. Mais avant de se séparer du collaborateur, demandez-vous s’il remplit ou non les objectifs, le cahier des charges fixé et ce que vous lui reprochez. “Faites passer le rationnel avant l’affectif. Il vaut mieux être en sous-effectif pendant un temps que de continuer avec une personne ne faisant pas l’affaire et qui risque de plomber votre activité”, souligne Christophe Bellet. N’hésitez pas non plus à renouveler la période d’essai si le collaborateur est en CDI. “Mais si vous avez un doute c’est qu’il faut généralement arrêter”, conseille le dirigeant de Gagner en franchise. En tant que franchisé, il faut donc accepter de former des personnes que vous risquez de ne pas garder sur le long terme pour des raisons multiples. “C’est la performance de l’entreprise qui en dépend”, ajoute Christophe Bellet.

 

 

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires