Épicerie fine : les papilles font de la résistance

, par Nicolas Monier

Dans l’un de ses derniers observatoires, Xerfi estimait à 6 % le repli du marché de l’épicerie fine tricolore en 2020. Crise sanitaire et chute du tourisme internationale oblige. En revanche, toujours selon les experts du cabinet d’études, il est fort probable que le retour à la normale d’un marché de7 à 9 milliards d’euros se fera progressivement en 2022 et 2023, après un rebond de 5 % en 2021. Une opportunité pour les candidats à la franchise.

 


Sandwicherie et snacking : No pain ! No gain !

, par Nicolas Monier

Dans un contexte post crise sanitaire, force est de constater que le secteur de la boulangerie et du snacking aura plutôt réussi à faire preuve de résilience. Si le terme est un peu galvaudé, il faut admettre que les enseignes ont su s’adapter et venir sur des créneaux qui leurs étaient jusque-là moins familiers, notamment une plus grande digitalisation et surtout la livraison.

 


Le marché du bricolage enfonce le clou !

, par Léo Potier

La dernière étude menée par la Fédération des Industriels du Bricolage (FMB) et les Industriels du Nouvel Habitat (Inoha) confirme la santé insolente du secteur qui enregistre une hausse de 10%  sur 2021. Jamais depuis la pandémie, les Français n’auront autant bricolé.





Soins et esthétique : la filière veut se refaire une beauté

, par Nicolas Monier

Face à la crise sanitaire et les confinements successifs, le secteur des instituts et autres centres de beauté a été durement impacté. D’autant qu’aux différentes réouvertures, les protocoles sanitaires ont été des freins au redémarrage rapide de l’activité


Glaces : un secteur qui ne subit pas la crise

, par Nicolas Monier

Avec une croissance de 10 % en 2020, le marché de la glace n’aura pas subi l’impact de la crise sanitaire et économique. De quoi rassurer les porteurs de projet au moment de se tourner vers les enseignes du secteur. D’autant que les premiers chiffres pour 2021 laissent entrevoir de belles perspectives.