Actualités cryotherapieofficieldelafranchise

Cryotera, la franchise qui soulage par le froid

, par Valentine Puaux

Fascinés par les bienfaits de la cryothérapie sur leur père, souffrant d’une inflammation des articulations, Bastien Bouchet et son frère ont créé un centre de cryothérapie à Reims en 2016 puis décidé d’en franchiser le concept. Le réseau Cryotera compte 8 unités en France, dont une en succursale. Ils cherchent leurs prochains partenaires pour mailler tout le territoire.

Si l’idée d’aller vous immerger dans la glace pour soulager vos douleurs articulaires ou musculaires vous effraie, d’autant que cela peut s’avérer dangereux, optez plutôt pour des séances de cryothérapie corps entier. Celles-ci sont notamment dispensées dans les 8 centres qui composent le réseau Cryotera, fondé en 2016 par les frères Bouchet, à Reims. Pour autant, l’enseigne, qui évolue en franchise, ne décrit pas ses prestations comme médicales (traitement), mais comme des soins services de confort (bien-être). “On ne soigne pas les douleurs du corps humain, on les soulage et on améliore la qualité de vie de nos clients. L’idée, quand on a lancé ce projet, c’était qu’au-delà d’avoir des bonnes machines, il fallait proposer une expérience quantifiable et des bienfaits avérés”, explique Bastien Bouchet. Et le cofondateur de poursuivre : 

“Nous avons créé un comité médical composé de 9 acteurs issus du milieu de la santé, du sport et bien être : médecins, kinésithérapeute, préparateur physique, chercheurs, nutritionniste, etc. Ainsi qu’un pôle de recherches pour faire des publications dans des revues scientifiques. Et avons ensuite mis en place 6 prestations différentes pouvant accompagner différentes typologies clients : sport, bien-être, qualité de vie.” 

À LIRE AUSSI : L’Orange Bleue se repulpe avec un nouveau concept

Parmi elles, la cryothérapie (corps entier en chambre), idéale pour la récupération du sportif, l’amélioration du sommeil et de la qualité de vie des clients, ou encore la cryothérapie localisée à -150 degrés (idéale pour les personnes avec des tensions localisées), mais aussi la cryolipolyse (amincissement par le froid) et la pressothérapie (pour les problèmes vasculaires ou de rétention). Enfin, les centres Cryotera proposent des rendez-vous avec des nutritionnistes professionnels externes. “Cryotera ne veut pas concurrencer les acteurs de l’esthétique ou de la santé : nous sommes plutôt là en soutien et complémentaires. Nous proposons des compléments capables d’améliorer le bien-être général de nos clients, souligne Bastien Bouchet. De nombreux praticiens orientent leurs patients vers nos centres, les acteurs de la santé soignent, les centres Cryotera accompagnent leurs clients dans l’amélioration de leur qualité de vie au quotidien et leur bien-être. Par ailleurs, suite à une étude réalisée par notre pôle de recherche et publiée dans une revue médicale, nous recevons des personnes qui cherchent à améliorer leur odorat après, par exmple, avoir contracté la Covid”.

cryoteraofficieldelafranchise

À LIRE AUSSI : Fit20, un concept sportif et bien-être pour ceux qui n’ont pas le temps

Ouvert depuis 2019 à la franchise, le réseau entend démocratiser ses prestations, en s’étendant à tout le territoire. Au-delà de notre centre, en propre à Bezannes, dans l’agglomération rémoise, et de nos franchises de Marne-La-Vallée, Dijon, Limoges ou encore Valence, nous ambitionnons 5 à 10 ouvertures en 2023 pour faire grandir le réseau. Certains projets seront d’ailleurs concrétisés dès décembre prochain,” assure l’entrepreneur qui priorise les implantations en périphérie des agglomérations d’au moins 150 000 habitants plutôt que les ouvertures en centre-ville.

Pour ce faire, les futurs franchisés devront proposer un local d’au moins 100 m² à la tête de réseau, suffisamment grand pour disposer de plusieurs salles et accueillir les différentes prestations. Et situé de préférence en rez-de-chaussée.

Enfin, l’entrepreneur ou l’entrepreneuse qui souhaitera se familiariser avec les traitements par le froid, adaptés à tous les publics, devra s’assurer d’avoir les fonds nécessaires avant de candidater auprès de l’enseigne. L’investissement global se situe entre 250 000 et 300 000 euros, travaux compris, auxquels sont intégrés 20 000 euros de droits d’entrée. Il faut compter entre 40 000 et 50 000 euros d’apport personnel, suivant les accords bancaires. Quant aux redevances, elles s’élèvent à 6 % du CA,” souligne le franchiseur. Et ce dernier d’ajouter que Cryotera accueillera tous les profils d’entrepreneurs, à condition qu’ils ou elles disposent d’un bon relationnel et d’une appétence aux secteurs du sport, du bien-être et de la santé. Enfin, être issu de l’univers de la santé serait un plus pour gérer un centre, mais n’est pas un pré-requis au vu des parcours de formation dispensés par le comité et de l’existence de l’organisme de formation du réseau Cryotera (référencée Qualiopi).

“Ce qui compte avant tout, c’est l’humain et l’envie d’aider. Nous échangeons également avec des kinés et d’autres acteurs de la santé. D’autant que les salariés sont infirmiers ou aides-soignants, selon les zones où sont implantés nos centres. Nous ne sommes pas non plus fermés à l’idée d’accueillir des profils ayant déjà entrepris dans le secteur du sport ou du bien-être, en franchise ou non ,” ajoute le cofondateur du réseau.

Si l’entreprise atteint ses objectifs, elle pourra, un jour peut-être, se faire connaître à l’étrangerEtendre le concept à la Belgique, au Luxembourg ou à l’Europe en général? Ou bien se lancer dans la master-franchise selon les échanges qu’on aura ? Oui, pourquoi pas. Mais ce n’est pas un objectif à court terme pour l’enseigne car, pour l’instant, nous nous focalisons sur un développement en France,” conclut l’entrepreneur.

À LIRE AUSSI : Le centre de flottaison Expérience Silence cherche ses prochains franchisés

Avatar

Valentine Puaux


Sur le même thème