Actualités terresdecafeofficieelafranchise

Terres de Café veut cultiver sa marque en franchise

, par Valentine Puaux

Forte de 7 boutiques en Ile-de-France, l’enseigne créée par Christophe Servell en 2009 entend déployer son modèle en franchise pour accroître sa visibilité et démocratiser l’art de déguster un bon café. Si 3 adresses sont déjà franchisées, dix unités devraient encore ouvrir d’ici fin 2024. Explications avec le fondateur de la marque et Laurence Sinz, la directrice générale.

Déguster du bon café c’est bien, en apprécier l’amertume et en connaître sa provenance, c’est mieux. Ainsi, après avoir ouvert 7 adresses en Ile-de-France dont 6 à Paris et une à Versailles (78) depuis 2009, Christophe Servell, son fondateur et président, entend aller plus loin encore, en s’entourant de partenaires de confiance pour implanter la marque à travers tout l’Hexagone. Le concept de l’enseigne est simple : déguster du café au comptoir ou en acheter pour en consommer chez soi avec les accessoires adéquats (machines, ustensiles, etc).

“Nous nous sommes d’abord ouvert au secteur de la restauration pour avoir un outil de production plus efficace, puis au grand public. Aujourd’hui nous sourcons les cafés via des fermiers, principalement situés en Ethiopie afin de proposer des produits traçables et durables à nos clients. Soit 20 à 25 cafés permanents en boutique et des cafés éphémères changeant une fois par mois”, expliqueChristophe Servell, élu meilleur torréfacteur de France en 2015.

Et ce dernier de préciser : Tous nos cafés proviennent donc d’Afrique de l’est, du Kenya et des forêts éthiopiennes et sont garantis sans intrants [produits appliqués aux terres et aux cultures pour améliorer leur rendement].”

À LIRE AUSSIPalais des Thés : “Les franchisés sont nos meilleurs ambassadeurs de marque”

L’enseigne se veut d’ailleurs très différente de ses concurrents sur le marché du café comme les acteurs du CHR et les épiceries de centre-ville. Chez-nous, on essaie de raconter une histoire autour de chaque café avant de vous le servir. Terres de Café n’est pas un coffee shop à l’américaine avec une offre food en plus. C’est seulement du café et quelques sucreries en plus au comptoir”, insiste le dirigeant proposant aussi des coffrets pour Noël et une offre de café en vrac tout au long de l’année.

Dix nouvelles franchises d’ici 2024

L’objectif de l’enseigne désormais ? Accroître la visibilité de Terre de cafés affichant en cherchant de nouveaux investisseurs pour faire rayonner la marque partout en France. Et éduquer les consommateurs à mieux consommer ce type de denrée. Si 3 des 7 boutiques du réseau sont déjà franchisées, respectivement situées avenue de la Bourdonnais (Paris 7ème), rue Saint-Honoré (Paris 1er) et à Versailles (78), Christophe Servell entend en ouvrir dix de plus dans l’Hexagone. A noter qu’une autre boutique ouvrira cette fois en propre le 18 octobre 2022 à Saint-Germain-des-Prés (Paris 6eme).“Nous aimerions ouvrir dix nouveaux lieux en dehors de Paris d’ici fin 2023-2024, principalement en centre-ville et dans des rues piétonnes”, précise Laurence Sinz, directrice générale de l’enseigne. Et Christophe Servell de compléter ces propos, insistant sur le fait que le développement en franchise sera qualitatif et pas quantitatif pour à la fois garantir un bon service, du volume et de la qualité.  “Nous considérons proposer des produits accessibles, mais haut de gamme”, explique le fondateur.

 

Rue des Blancs Manteaux, Paris 4ème

Rue des Blancs Manteaux, Paris 4ème

 

Recruter des franchisés experts

Un levier pour y parvenir ? Recruter des franchisés passionnés de café, sinon experts en la matière, pour assurer une expérience unique de dégustation au public. Nous cherchons des personnes issues du commerce. Soit des profils investisseurs qui pourront être des multi-franchisés pour développer eux-mêmes des boutiques sur leur région. Soit des personnes ayant la compétence et l’appétence pour le café tout en maîtrisant les domaines de la finance et la gestion afin d’assurer la pérennité de leur projet”, détaille Laurence Sinz.

A LIRE AUSSI : Le groupe SO2R lance le concept Cafétéria Stratto pour les aires d’autoroute

Enfin, les candidats devront proposer eux-mêmes un local à l’enseigne, et disposer, de préférence, d’une terrasse pour augmenter le flux client. La surface devra être suffisamment large pour pouvoir à la fois disposer d’une partie bar et d’une partie retail (pour la vente de paquets à emporter, machines et accessoires). Côté formation, cette dernière se tient sur de deux semaines, à la fois sur le lieu de vente et le site de torréfaction de l’enseigne situé à Bezons (95) pour acquérir savoir-faire et apprentissage des bons gestes. Cela, en complément d’une formation continue pour garantir le niveau d’exigences de Terres de Café. “Il vous faudra également investir 100 000 euros, hors droit au bail pour installer, agencer la boutique et bénéficier de la formation”, complète le fondateur du concept avec qui il faudra vous engager sur un contrat pour une durée de 7 ans. La direction assure qu’elle aidera également ses partenaires à trouver des salariés qualifiés pour assurer un démarrage et une mise en place rapide de l’activité.

La tête de réseau pourra aider les franchisés à recruter des baristas, mais à chaque gérant ou gérante aussi, de constituer ses propres équipes”, indique Christophe Servell.

Bientôt d’ailleurs, Terres de Café sèmera de nouvelles graines. Alors que le boutique de Saint-Germain-des-Prés s’apprête à ouvrir sous de nouveaux codes architecturaux, mais sans pour autant changer l’offre produits, l’enseigne cible désormais l’étrangerNous avons signé deux boutiques en Corée du sud avec notre partenaire ainsi que trois nouvelles unités à la Réunion. Une nouvelle adresse sera aussi inaugurée en franchise à Carouge (Suisse) à la fin du mois d’octobre. Nous avons également des pilotes déjà prêts en Europe, en Asie et au Moyen-Orient”, conclut Laurence Sinz espérant aussi déployer la notoriété de la marque via des concours entre professionnels de la filière, tels que le Paris Coffee Show.

À LIRE AUSSI : Comtesse du Barry : séduire les franchisés avec un nouveau concept d’épicerie fine

Avatar

Valentine Puaux


Sur le même thème