Actualités victoretcompagnieofficieldelafranchise

Victor Et Compagnie mise sur une boulangerie résolument locale

, par Valentine Puaux

Déjà connue à travers ses deux boulangeries en succursale implantées  Ecully et Craponne (région lyonnaise), l’enseigne Victor & Compagnie, créee en 2012 par Christophe Girardet, entend aujourd’hui développer tout le territoire en se lançant dans la franchise. Explications avec Eloise Charroin, assistante réseau franchise chez Victor & Compagnie.

Christophe Girardet aurait pu se contenter de vendre des baguettes derrière son comptoir. Mais en 2012, inquiet de l’augmentation des allergies et autres intolérances au gluten et à certaines farines chez les consommateurs, donnant une mauvaise perception des produits de boulangerie, ce dernier décida de se lancer dans la création des boulangeries Victor & Compagnie. Il se met alors à bousculer les codes de la filière. Il fait évoluer les techniques de production et les machines, tout en conservant le savoir-faire traditionnel du boulanger. Et dans la foulée, crée Les Robins des Champs, une association d’agriculteurs de l’est lyonnais pour produire et sourcer localement ses produits au sein de ses deux boulangeries.

Depuis lors, l’enseigne propose ses propres pains, diététiques, ses propres farines tracées ainsi qu’une bière brassée localement réalisée à base d’invendus de pain, la Victorine. Nous proposerons d’autres produits d’épicerie comme de l’huile et des pois-chiches, fabriqués à quelques kilomètres de là pour rémunérer les agriculteurs au juste prix”, explique Eloise Charroin, assistante réseau franchise chez Victor & Compagnie.

À LIRE AUSSI : Pomme de Pain veut doubler son parc d’ici 5 ans

Bientôt 6 nouvelles franchises par an

Pains, tartes, viennoiseries, ce sont près de 800 baguettes par jour qui sortent des fourneaux des deux boulangeries, pour un chiffre d’affaires moyen annuel, par établissement, compris entre 500 000 et 1 million d’euros. D’ailleurs, le chiffre d’affaires est en hausse de 7 % à 10 % pour la filière boulangerie chaque année, ajoute Eloise Charroin. Un constat positif qui pousse aujourd’hui l’enseigne, proposant aussi une offre de traiteur, à rechercher de nouveaux partenaires, via un développement en franchise. D’autant plus avec un concept porteur et ancré dans son temps, puisqu’en phase avec les attentes des consommateurs et dans l’ère de la transparence alimentaire. Qui plus est, l’enseigne vient de remporter le prix du développement de réseau lors de la 7e édition du Passeport pour la Franchise.

Nous aimerions ouvrir deux franchises en 2023. Et nous développer à raison de 6 ouvertures par an dès la 2ème année. Dans l’idéal, au travers d’un développement en escargot, d’abord autour de la région, puis en s’étendant plus loin. Pour commencer, nous avons déjà une belle notoriété en Auvergne- Rhône-Alpes. Sans compter le fait que nous sommes déjà connus en tant que fournisseurs d’autres enseignes de restauration, ou de grands chefs, indique Eloise Charroin.

Et cette dernière de préciser : Nous sommes également prêts à fournir toute la France grâce à notre centrale d’achats. Mais ce sera avant tout un maillage local. Car pour s’étendre, il faudra avoir développé un réseau complémentaire de fournisseurs près de ces nouvelles zones d’implantation.

Enfin, pour rejoindre ce réseau et mettre la main à la pâte, il vous faudra prévoir un montant de 20 000 euros pour les droits d’entrée. Ajouté à cela 5 % de redevances. Quant à l’investissement, ce dernier est compris entre 500 000 et 600 000 euros. Mais le montant sera variable. Tout dépendra du fait qu’il s’agisse d’une création ou d’une reprise, précise Eloise Charroin. Car si c’est un relifting, il faudra compter entre 200 000 et 250 000 euros. Attention, ce montant ne comptabilise pas l’achat du fonds de commerce”.

À LIRE AUSSI : Sandwicherie et snacking : No pain ! No gain !

Savoir mettre la main à la pâte

Enfin, pour rejoindre l’enseigne, il faudra non seulement partager ses mêmes valeurs, mais aussi être capable de supporter les pics d’activité. La personne pourra déjà avoir été boulanger ou boulangère, ou même être en reconversion mais devra avant tout avoir la fibre entrepreneuriale et disposer d’une expérience de manager. Parce qu’ici, vous devrez savoir diriger une équipe de 5 à 10 personnes en boutique”, précise Eloise Charroin. L’enseigne souhaite également recruter des multi-franchisés. Mais toujours sur des établissements compris entre 150m² et 250 m², tant pour un format de centre-ville, que de périphérie. Les nouveaux arrivants seront également formés au savoir-faire de l’enseigne pendant un mois. Pour l’heure, cette formation coûte 200 euros par jour sur un total de 40 jours. De plus, nous sommes en passe d’obtenir la certification Qualiopi pour devenir un véritable organisme de formation”, conclut Eloise Charroin.

À LIRE AUSSI : Le Fournil de Pierre : “Nous rendons la boulangerie accessible aux non-initiés”

 

Avatar

Valentine Puaux


Sur le même thème